Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Dialogue national: Feuille de route ou de déroute?


Tribunes
Mercredi 26 Octobre 2011 - 15:33

La feuille de route décidée, en faveur du fameux dialogue national, entre le président et sa majorité, d’une part, et l’opposition participante, de l’autre part, a été rendue publique en grande pompes mercredi dernier. Le document final touche, certes, plusieurs aspects. Un comité de suivi et de la mise en exécution des recommandations du dialogue a été même mis en place. Les deux parties, en conclave, depuis un mois, se réjouissent, d’ores et déjà; des résultats de ce dialogue. La Coordination de l’opposition démocratique (C.O.D) rejette, en bloc, des résultats qu’elle considère insuffisants et n’apportent rien aux vrais problèmes du pays.


Dialogue national: Feuille de route ou de déroute?
Le comité de suivi mis en place, qui est incontestablement une structure nécessaire, aura, certes, à entreprendre un travail titanesque. Et, en un temps limite. Car, on ne saurait l’oublier, le pays vit presque dans une situation, frisant les frontières de l’anticonstitutionnel. Avec un Parlement, dépassant la période de sa législature et ne saurait continuer indéfiniment à légiférer, en dehors de son mandat imparti, même à l’aide d’un concours juridique généreux de la part du Conseil Constitutionnel, l’exceptionnel ne pourrait supplanter la normalité.
En plus de cela, il y a, aussi, tout le dispositif à la fois légal et matériel pour réamorcer un processus électoral fiable. A savoir, la confection du fichier électoral, l’état civil, la production du matériel électoral et la mise en place de toutes les instances nouvellement créées, en faveur de cet accord, pour que les futures élections pourront répondre aux exigences de transparence revendiquées par les uns et les autres.
Au-delà des ces contraintes, la feuille de route, en soi, renferme tout de même beaucoup de points positifs. Mais, en parallèle, elle décline, paradoxalement, des instruments de blocage. En parallèle, par exemple, à une CENI, qui est à la fois permanente, indépendante et compétente, devant préparer le processus électoral dans toutes ses phases, en amont, et en aval, se crée une direction au niveau du ministère de l’intérieur qui est, aussi permanente, aussi compétente, en matière électorale. Comment peut-on lire ce dédoublement ?

Une cuillerée de communautarisme

Toutefois, la feuille de route a essayé de toucher affectueusement, dit-on, les différentes communautés du pays. Une cuillérée du communautarisme a été servie à chaque entité ou presque. Pour caresser l’égo de certains, ici, amadouer d’autres, là, les parties ont convenu de la nécessité de renforcer et de consolider l’Unité nationale, autour des valeurs dictées par le caractère multiculturel de notre peuple et le droit à la différence, qui impliquent, tout en consacrant l’arabe comme langue officielle du pays, la promotion et le développement de nos langues nationales. Un geste à double sens envers à la fois les communautés maures et négro-mauritaniennes. Mais qui n’apporte pas de nouveau !
Les harratines, eux aussi, on a songé, à eux, en inscrivant dans la feuille de route, la volonté politique affirmée d’éradiquer les séquelles de l’esclavage et d’assurer aux couches les plus vulnérables de notre population, des conditions de vie décentes, qui, souligne le document, constitue une condition sine qua none pour la préservation de l’unité du peuple mauritanien et de sa cohésion sociale. Là aussi, rien de nouveau, dans la mesure où des lois incriminent déjà le fléau de l’esclavage.
En outre, il y a lieu de citer les différents autres points se rapportant à la responsabilité du PM, désormais, devant le Parlement, la réforme de la HAPA…etc.

La COD rejette tout

Tout cela, la Coordination de l’Opposition Démocratique, réunie, au lendemain de l’annonce des résultats du dialogue n’en a cure. Elle le rejette en bloc, et crie à la politisation de la HAPA, en rappelant que le dialogue avait passé outre les véritables problèmes que vit le pays. Et, que l’essentiel des questions nationales, celles surtout qui menacent la stabilité, notamment, le sort du BASEP, n’ont pas été débattues. On s’attendait objectivement à une telle réaction de partis hostiles au dialogue avec Aziz, partenaire pas du tout fiable à leurs yeux.
Mais au-delà du scepticisme de l’opposition, tout le monde s’interroge sur la suite de l’opération. Si Boidiel Ould hommeid avait prononcé un discours d’une teneur fort louable et très politique, son vis-à-vis, le ministre de l’éducation nationale a, semble-t-il, voulu présenter la feuille de route comme un acquis concédé gracieusement par le Président de la République. Ce qui renvoie à des appréhensions tant galvaudées par l’opposition se rapportant à la sincérité de Mohamed Ould Abdel Aziz.
En tout état de cause, les péripéties du dialogue sont, aujourd’hui, bien derrière nous. En face, il n’y a que la feuille de route. On verra bien laquelle des routes nous emprunterons.

AVT
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter