Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Dialogue 5+5 de Malte : Les pays du sud demandent plus de coopération avec les européens


Actualité
Samedi 6 Octobre 2012 - 12:15

Les dirigeants des pays du Sud de la Méditerranée se sont attachés à rassurer leurs homologues sur l'état de la démocratie dans leurs pays et appeler de leurs voeux une plus ample coopération, à l'occasion du sommet du Dialogue 5+5 vendredi à Malte.


Mohamed Ould Abdel Aziz et François Hollande à Malte, le 5 octobre 2012.
Mohamed Ould Abdel Aziz et François Hollande à Malte, le 5 octobre 2012.
Autres articles
"Pour la première fois de notre histoire, nous partageons les valeurs de la démocratie", s'est réjoui le président tunisien Moncef Marzouki, au cours de la cérémonie d'ouverture de ce sommet 5+5 (Espagne, France, Italie, Malte, Portugal + Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie, Tunisie), le premier depuis le "Printemps arabe" de 2011 qui a entraîné la chute des dirigeants tunisien et libyen.

Les changements en cours sur la rive Sud de la Méditerranée "ne constituent pas une menace pour l'Europe", a déclaré M. Marzouki, en appelant par exemple à "ne pas avoir peur des groupes salafistes". "Le peuple n'accepterait jamais des systèmes islamiques non démocratiques. Nous voulons la démocratie islamique, pas l'autocratie", a-t-il insisté.

"L'Europe est notre destin", a ajouté le président tunisien. Selon lui, les pays européens "vont trouver beaucoup d'opportunités dans notre région", qui a "un besoin criant d'infrastructures".

Même écho de la part du président mauritanien : "La région a connu des développements politiques qui vont contribuer à la stabiliser", a assuré Mohamed Ould Abdel Aziz.

Pour lui, le dialogue 5+5 "devrait contribuer à affronter des défis comme le terrorisme, le crime transfrontalier, le trafic d'armes qui imposent de changer de mentalités". "Nous sommes complémentaires", a ajouté le président mauritanien, plaidant en faveur d'"un dialogue entre civilisations", sans "toucher aux questions religieuses ni léser la dignité des peuples" et en respectant "les spécificités".

"Transition démocratique"

Pour sa part, le président français François Hollande a évoqué "deux défis". D'abord "accompagner la transition démocratique et le respect des droits des peuples", en faisant "en sorte que la dignité des personnes soit partout respectée". Puis le "défi économique", avec le "développement de la rive Sud de la Méditerranée" et "la croissance qui doit être stimulée au nord de la Méditerranée", les deux allant "de pair".

Parmi les projets, il a cité "l'autoroute du Maghreb", qui bute sur le conflit au Sahara occidental divisant Alger et Rabat. Le président français a cité parmi ses priorités la jeunesse, évoquant "un Erasmus" - programme d'échanges entre étudiants européens - afin de permettre "la mobilité des jeunes de la rive Sud de la Méditerranée", ainsi que l'énergie, les transports et les infrastructures". Enfin, "il y a la sécurité de la région" du Sahel avec la question du Mali, a-t-il noté.

A côté du gros dossier du co-développement, les dirigeants ont parlé d'immigration clandestine, de terrorisme et de nouveaux domaines de coopération possibles comme la formation professionnelle ou les énergies renouvelables.

Pour le Premier ministre italien Mario Monti, "notre aide aux pays du Sud doit devenir plus systématique car la démocratie se renforce grâce au développement".

Une discussion de côté entre Hollande et Aziz

Parallèlement à cette rencontre, le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a eu des discussions avec son homologue français, François Hollande, en marge du Sommet des 5+5 tenu à Malte.

Et selon ce que rapporte l’Agence Mauritanienne de Presse (officielle), les deux présidents ont débattu des relations bilatérales entre leurs pays et des voies et moyens de les renforcer, ainsi que des questions d'intérêts communs.

A signaler que c’est la première rencontre entre les deux hommes depuis l’arrivée de François Hollande à la présidence française. La rencontre survient également dans des circonstances particulières caractérisées par la crise malienne et les préparatifs que mènent la communauté internationale pour une expédition militaire de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest) destinée à libérer le nord Mali de l’étreinte des groupes islamistes armés qui contrôle la zone depuis près de six mois.

Avec JA et Saharamedias.net
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires