Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Deuxième édition du festival des villes anciennes : Les préparatifs vont bon train


Tribunes
Lundi 19 Décembre 2011 - 10:01

Lors du dernier conseil des Ministres, la Ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports Mme Cissé Mint Cheikh Ould Boidé a présenté une communication relative à l’état d’avancement des préparatifs de l’organisation de la deuxième édition du Festival des Villes Anciennes prévue du 04 au 10 février 2012 à Ouadane dans la wilaya de l’Adrar. Elle a expliqué l’objectif de cette manifestation « qui est de mettre en relief tous les aspects du patrimoine matériel et immatériel des quatre villes anciennes (Chinguetti, Ouadane, Tichit et Oualata) et valorise le rôle historique qu’elles n’ont jamais cessé de jouer dans le rayonnement de la culture islamique et dans la formation de la culture mauritanienne ».


Deuxième édition du festival des villes anciennes : Les préparatifs vont bon train
Travail sur le terrain
A la lumière du rapport de cette visite, le comité interministériel s’est mis au travail et une commission technique a été mise en place pour débuter le travail sur le terrain. Le Directeur de la Fondation pour la Sauvegarde des Villes Anciennes (FSVA) a entrepris une autre visite sur le terrain pour voir l’état d’avancement de la route et les sites qui vont abriter les manifestations. Sur place les populations de la ville travaillent déjà en commission pour préparer l’événement qui va jeter un coup de projecteur sur leur ville.  Au delà de l’aspect culturel, le festival vise aussi à relancer le tourisme crucial dans cette région. D’ailleurs,  le Président de Point Afrique a annoncé l’arrivée des charters pour le festival de Ouadane. Il faut dire que l’aspect sécuritaire,  qui a entouré l’organisation de la première édition,  à de quoi rassurer les récalcitrants parce que quoi qu’on dise la Mauritanie est de plus en plus sure.
 
« Un premier dossier brulant »
Le  festival des villes anciennes, qui est une incitative du Président de la République, est à saluer à plus d’un titre : il nous permet connaissance avec l’authenticité de notre culture à travers ces piliers que Chinguetti, Ouadane, Oulata et Tichit, classées au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1996. Le festival est aussi l’aboutissement d’un travail de longue haleine pour sauver ces qui étaient menacées de déclassement et de disparition totale n’eut été la volonté affichée par les  autorités.  
C’est d’ailleurs le premier dossier « brulant » dont a hérité l’actuelle ministre de la Culture, de la Jeunesse et des sports dés sa nomination. Très vite, elle s’est mise au travail pour constituer un solide dossier enfin de plaider auprès de l’UNESCO. Pour cela, il lui a fallu sensibiliser les populations locales de participer à la préservation du patrimoine de leurs villes. A  travers la Fondation pour la Sauvegarde des Villes Anciennes  un travail sur le terrain a été entrepris pour identifier et corriger les manquements.  C’est ainsi que très vite des actions concrètes ont été entreprises, aussi bien dans le domaine de la conservation du patrimoine (préservation des manuscrits, réhabilitation des monuments historiques, activités promotionnelles…), que dans le domaine du développement (éducation santé, environnement, lutte contre la pauvreté…).  Il faut dire que les longues périodes de sécheresse, ont causé à ces villes d’innombrables dégâts. Vidées d’une grande partie de leurs populations, elles étaient fragilisées par l’avancée du désert. Donc elles se devaient d’être sauvées à travers des actions concrètes.

Grâce à la volonté des autorités et la prise de conscience des populations les villes ont été maintenues au classement de l’UNESCO et continueront à resplendir avec leur culture millénaire. Le festival des villes anciennes, qui est une action pérenne, sera l’occasion chaque année de faire rayonner l’une d’elle.  C’est pourquoi la deuxième édition qui doit se dérouler du 04 au 10 février 2012, sous la présidence de la République, doit être l’occasion pour tous les Mauritaniens d’apporter leur contribution. C’est en tous le vœu des organisateurs, qui ont besoin de la diversité de notre culture pour mieux vendre l’image de notre pays.


Ouadane, la capitale caravanière
Fondée au 6ème siècle de l’Hégire (XIIème après J.C), Ouadane était une importante étape du commerce caravanier transsaharien. Les Produits de l’Afrique Sahélienne y étaient y étaient échangés contre ceux du Maghreb. En 1487, les Portugais atteignirent Ouadane et y fondèrent un entrepôt commercial, espérant pouvoir détourner à leur profit  le commerce de l’or et d’autres produits du Soudan. Le ville a connu une intense activité culturelle et scientifique. On pouvait compter jusqu’à quarante savant dans une même ruelle. Le premier commentaire de l’abrégé de Khalil était rédigé dans ses murs.
Ouadane présente aujourd’hui un tableau archéologique impressionnant. Sur les trois milles maisons que comptait la ville, seules quatre cent sont encore habités.




Mohamed Ould Feily dit Antar


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter