Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Dénégrification : "Mais bon sang, qui ne veut pas de cette Mauritanie plurielle, arabe et noire !?"


Tribunes
Mercredi 12 Septembre 2012 - 16:29

"La haute administration sécuritaire du pays est quasiment toute blanche, parce que la Mauritanie est blanche". C’est écrit dans une étude récente d’un regroupement d’ONG du pays. Une révélation pourtant évidente n'est-ce pas. Le dernier mouvement des responsables de la police n’a démentir cette recherche fouillée et chiffrée.


Une scène de "vivreensemble" d'Abderrahmane Sissako, contre le racisme en Mauritanie.
Une scène de "vivreensemble" d'Abderrahmane Sissako, contre le racisme en Mauritanie.
Ce mouvement était si chauvin et si honteux qu’il ne pouvait passer inaperçu. Et cela a déclenché un tollé de protestations, n’en déplaise au cercle obtus de mesquins qui veulent que ce pays soit ainsi. Ces obtus se moquent de notre histoire, de notre vécu réel et des rigueurs de notre quotidien.

Cette multitude des communautés qui composent notre nation, pour un destin et un pays commun, cette Mauritanie plurielle n’est pas de leur goût. Alors, tous les moyens sont bons pour exclure l’autre. Pour frustrer l’autre. Pour écraser l’autre. Et tout ça pour une entreprise incontestablement vouée à l’échec : la Mauritanie ne peut être ethnique, ni communautaire. Elle est un ensemble historique d’une évidence sociétale connue.

Le système sectaro-chauvin et raciste de ces dernières décennies, qui continue à être pérennisé à notre époque, va échouer et doit échouer pour le bien de la Mauritanie. Cette Mauritanie à plusieurs couleurs, juste et égalitaire entre ses fils.

Mon Général (patron de la DGSN), vous en avez surpris plus d’un. Dans le mauvais sens. On vous savait du système mais on vous reconnaissait surtout des qualités rares dans une Mauritanie où beaucoup de vos collègues brillent plutôt par le courroux qu’ils déclenchent chez les citoyens tant ils inspirent méfiance au petit peuple.

On vous savait intègre, pieux, franc, « propre » et juste, par-dessus le marché. C’est dire combien la déception est grande parmi tous ceux qui vous connaissaient et qui, aujourd’hui, ne cachent plus leur déception.

Mon Général, que vous est-il donc arrivée ? Comment avez-vous pu cautionner ce mouvement ethno-tribalo et régionaliste au détriment de la compétence et de l’égalité de chances entre les citoyens de ce pays ?

Non mon Général, la Mauritanie ne peut-être exclusivement blanche. Elle ne peut non plus continuer de souffrir l’irrédentisme ethnique et tribalo-régionaliste.

On a trop souffert et chacun de nous a sa petite histoire à conter sur la façon de faire de ce système qui a tiré vers le bas nos valeurs. Les tenants de l’exclusion ont pourri ce pays en répandant le faux au point de faire passer la Mauritanie, à l’extérieur, comme étant totalement blanche. Je ne voudrais multiplier les exemples tirés de mon expérience personnelle mais l’occasion me permet d’en conter trois :

1- En 1995, alors journaliste à l’hebdomadaire l’Eveil-Hebdo, j’avais couvert une conférence de presse des militants des droits de l’homme de retour de la session africaine des droits de l’homme et des peuples, tenue à Alger. Les Mauritaniens ayant assisté à cette rencontre avaient été surpris d’apprendre auprès de leurs frères arabes, comment la Mauritanie officielle avait expliqué les événements de 1989. Une Algérienne (l’Algérie est notre voisine du Nord pourtant) s’était approchée de nous après la prière de Dhohr, pour nous dire qu’elle était étonnée de voir des Mauritaniens noirs et musulmans. « Nous en Algérie et dans beaucoup d’autres pays arabes nous avons appris que la Mauritanie est blanche et que les événements de 89 était une bagarre de religion. Car des animistes noirs ont voulu envahir le Sud du pays ; et pour stopper cette occupation par le refoulement de ces populations vers chez eux, cela a généré un conflit entre les communautés ».

2- En 2007, aux USA (Washington), un citoyen du Congo (RDC) s’était étonné de mon appartenance à la Mauritanie, mon pays. Il s’interrogeait : « Mais, il y a des noirs en Mauritanie ?! Je n’ai jamais vu et jamais entendu qu’il y a des noirs en Mauritanie. Dans des rencontres et forums internationaux, je n’ai rencontré que des blancs ».

3- En 2012, au Cameroun (Yaoundé), au cours d’une discussion, le même étonnement était perceptible sur le visage de mes vis-à-vis dès qu’ils apprennent que je suis Mauritanien. Dans leur esprit, il n’y avait pas de Mauritanien noir !

Très curieux, tout ça ! Mais bon sang, qui ne veut pas de cette Mauritanie noire ?! Cette Mauritanie plurielle, arabe et noire. Cette Mauritanie tout court qui tire ses fondements de son histoire authentique.

Allah soit loué ! Cette version voulue par le système qui a foulé au pied nos valeurs est vouée à l’échec. Et la Mauritanie plurielle gagnera. Inch’ALLAH.

Camara Seydi Moussa
Pour La Nouvelle Expression
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter