Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Déclaration de patrimoine du président et des ministres un an après leur accession au pouvoir: Un mauvais calcul


Actu Mauritanie
Mercredi 16 Mai 2012 - 13:36


Autres articles
Déclaration de patrimoine du président et des ministres un an après leur accession au pouvoir: Un mauvais calcul
LE CALAME: A l’instar de toutes les démocraties, la Mauritanie a adopté, en 2007, une loi astreignant à déclaration de patrimoine, au début et à la fin de leur entrée en fonction, les responsables assumant charges publiques, notamment le président de la République, le Premier ministre, les membres du gouvernement et les hauts cadres des forces armées et de sécurité. Cette loi fut présentée comme « un premier jalon sur le chemin d’une stratégie nationale de lutte contre la corruption, visant à renforcer l’intégrité des responsables publics et à garantir la protection des deniers publics ». Un outil de nature à renforcer la confiance du citoyen dans les institutions de l’Etat, la déclaration de patrimoine est faite devant une Commission Nationale pour la Transparence Financière (CNTF), placée sous la présidence du président de la Cour suprême.

L’obligation d’y procéder à l’entrée en fonction de ces hauts responsables appelés à gérer les affaires publiques découlent, ainsi, d’un souci de transparence et de bonne gouvernance. Tout près de chez nous, au Sénégal, la déclaration du nouveau président, Macky Sall, déposée la semaine dernière auprès du Conseil constitutionnel, suscite suspicions et vive polémique, du fait de l’importance des biens dont elle fait état. Dans le cas de la Mauritanie, le président de la République a bien déclaré son patrimoine, après l’élection présidentielle de 2009. Le Premier ministre et les membres du gouvernement s’en sont acquittés de même, au moment où l’opposition raillait la rhétorique sur le souci d’assainissement de la gestion des affaires publiques.

Illustration par une déclaration de Messaoud Ould Boulkheir, président de l’Assemblée nationale, expliquant que le retard constaté, dans le dépôt de la déclaration de patrimoine du président de la République, était dû à « l’importance de celui-là ».
Quelle que soit la polémique politicienne, l’idée d’astreindre les hautes personnalités politiques à déclaration de patrimoine fut bien accueillie et incontestable, en son principe et dans le contexte d’une floraison de discours sur le combat salvateur contre la gabegie, vouant, aux gémonies, tous les prédateurs qui ont sucé, pillé, dilapidé les biens de l’Etat et puisé, à fond, dans les caisses, avec le risque de mettre à genoux la République.

Double anomalie

Toutefois, cette louable démarche souffre de deux anomalies, gênantes, qui en réduisent, singulièrement, la portée. La première porte sur le mystère entretenu autour de ces déclarations dont il eut fallu rendre les détails publics, via, pourquoi pas, le Journal Officiel, dans le plus strict respect de la transparence énoncée par la loi. Le terme déclaration ne renvoie-t-il pas, expressément, à la notion de publicité ?

Le deuxième problème relève du timing et met en cause le mode d’accession au pouvoir de l’actuel président de la République. Mohamed Ould Abdel Aziz n’a pu faire sa déclaration de patrimoine qu’après une année d’exercice basique du pouvoir. Un constat également valable pour les membres de l’équipe gouvernementale, entrée en fonction dès après le putsch du 6 août 2008. Pour mémoire et de manière générale, une déclaration de patrimoine porte sur les biens immobiliers, les actions, les obligations, les titres de valeurs mobilières, etc. A force de garder le silence sur leur patrimoine, ces hommes qui nous gouvernent n’ont risqué qu’offrir un nouveau « combat » à une opposition constamment à la recherche de poux sur leur tête. Un bien mauvais calcul, semble-t-il…

Amadou Seck
lecalame.info


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires