Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Décentralisation où es-tu ?


Société
Lundi 10 Juin 2013 - 10:19

La Mauritanie se développe. C’est ce que croient certains. C’est ce que tous les gouvernants répètent à qui veut les écouter. C’est surtout ce que traduisent les chiffres – les chiffres ! – d’une économie qu’il faut cependant lire à plusieurs échelles : celles du pays, des capitales régionales, des moughataas (départements) et des zones rurales.


Décentralisation où es-tu ?
Des villes où il ne fait pas bon vivre, on en compte à gogo en Mauritanie. Des villes où les habitants se délassent faute de travail, où les citoyens sont pris entre le marteau des commerçants et l’enclume de l’administration. Le « développement » dont on parle, et encore, se limite aux villes de Nouakchott et de Nouadhibou qui concentrent ce que le pays compte d’unités industrielles et de centres d’intérêts. Le reste des cités souffre, depuis l’indépendance du pays, de l’absence d’une politique de développement qui prend en compte leurs spécificités, à l’image d’Aleg, ville mise subitement sous les feux de l’actualité, en décembre 2007, par le meurtre de quatre touristes français. Aleg, une ville où il n’y ni projet agricole, ni usine, ni centre de formation est l’illustration parfaite du mal développement que connaît la Mauritanie.

A part les commerçants et les travailleurs de l’Administration, tout le monde survit grâce à des activités informelles auxquelles on ne peut même pas donner de nom ! Chacun s’improvise un métier, en espérant que les autres éprouvent le besoin de faire appel à ses services : Vendeuses de légumes, charretiers, boulangers, manœuvres, coiffeurs, « michelins », un nom bien de chez nous, restaurateurs, bouchers, voilà à quoi s’occupent les gens de l’intérieur. Il n’y a ni usine qui a besoin d’ouvriers, ni ferme agricole qui nécessite une main-d’oeuvre, comme cela se voit partout dans le monde.

Si Nouakchott et Nouadhibou concentrent aujourd’hui plus du tiers de la population du pays, c’est certainement la faute à la trop forte concentration des activités économiques dans ces deux villes qui n’arrivent plus à satisfaire une demande d’emploi de plus en plus forte.

Si le gouvernement de Moulay Ould Mohamed Laghdaf veut bien mettre à profit les financements attendus des bailleurs de fonds, tel que cela s’est dégagé de la table ronde de Bruxelles et des autres accords et conventions qui en ont découlé, il faut que l’on pense à apporter des correctifs à la politique de développement du pays, en l’orientant vers les régions.

Mais attention, l’expérience de l’irrigué dans la Vallée est là pour prouver qu’il faut éviter l’improvisation et la précipitation qui ont fait perdre à l’Etat des milliards d’ouguiyas dans les zones marécageuses du Trarza, du Brakna et du Gorgol. Parce que les populations de ces zones n’ont pas été associées, de manière directe, aux programmes mis en œuvre par les pouvoirs publics, les politiques économiques s’appuyant sur d’importants financements de la Banque mondiale, du FMI, des fonds arabes et africains se sont transformées, inévitablement, en éléphants blancs.

Qu’il s’agisse du PDIAM (Programme de développement intégré de l’agriculture en Mauritanie) ou de l’UNCACEM (crédit agricole), les fonds alloués ont servi à autre chose (construction de villas, entretien de bétails, commerce de l’import-export) qu’à développer et moderniser l’agriculture dans une zone qui pouvait aider à combler le déficit céréalier chronique du pays. L’expérience de la riziculture et de la production des fruits et légumes dans la Vallée a tourné au fiasco non par manque de financements mais de volonté. L’Etat avait déclassé la SONADER (Société nationale de développement rural) qui encadrait les producteurs locaux au bénéfice d’un agro-business certes volontariste mais sans expérience dans le domaine. Dans les villes de l’intérieur, du Sud, de l’Est et du Centre, les spécificités économiques doivent être prises en compte, comme pour Zouerate et Nouadhibou, pour le développement harmonieux de l’ensemble du pays. C’est cela que le gouvernement actuel doit comprendre pour résoudre l’équation des déséquilibres entre Nouakchott et le reste de la Mauritanie.

Source:Elhourriya
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter