Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

De quoi demain sera fait ?


Vu de Mauritanie par MFO
Lundi 23 Décembre 2013 - 15:50


De quoi demain sera fait ?
Une élection comme celle qui vient de se dérouler est une étape nécessairement cruciale dans le devenir d’une Nation. Avant même que les résultats officiels et définitifs ne tombent, nous pouvons déjà tirer quelques leçons.

Concernant la CENI, organe central dans l’opération, il y a lieu de saluer les efforts accomplis entre le premier et le second tour. Tout le monde, y compris les opposants les plus aguerris comme le président de Tawaçoul Jemil Mansour, ont noté avec satisfaction les améliorations évidentes dans l’organisation des opérations électorales. ce qui laisse espérer que la CENI est viable en tant qu’appareil chargé d’organiser des élections en Mauritanie.

Concernant la configuration née de ces élections, il faut noter la réussite de l’UPR lequel a pu, malgré la conjugaison des efforts de ses détracteurs «d’en haut et d’en bas», s’assurer une majorité confortable qui le rend libre de tout engagement vis-à-vis de ses pairs. L’UPR n’a plus besoin de coalition pour faire passer un gouvernement devant l’Assemblée nationale. Libre à lui d’associer les partis qui le voudront bien et qui exprimeront ce désir.

En face, Tawaçoul a bien consolidé son rôle de futur leadership de l’Opposition. Il donnera incontestablement le futur Chef de file de l’Opposition et aura donc la gestion de l’Institution de l’Opposition démocratique. C’est à lui maintenant de donner un sens à l’existence d’une telle Institution dont le Statut correspond à celui de Premier ministre de l’ombre. Il peut entraîner avec lui les partis Al Wiam, APP et AJD/MR. Soit par des accords politiques formels, soit par des associations circonstancielles, soit par la prise en charge des préoccupations des uns et des autres. Un rapprochement entre l’AJD/MR et Tawaçoul n’est pas à exclure, surtout que le montage de la Communauté Urbaine peut en être l’occasion.

En effet la bataille suivante est bien celle de la Communauté Urbaine de Nouakchott (CUN). Les résultats du deuxième tour laissent ouvertes toutes les possibilités, aucun parti ne pouvant à lui seul prendre le directoire de la CUN. Il s’agit d’un collège de 37 délégués envoyés par les neuf communes de Nouakchott. L’UPR qui a gagné les communes de Teyaret, Ksar, Tevraq Zeina et Riyad, va avoir à nommer 17 délégués. Tawaçoul a 9 délégués avec les communes de Dar Naim et Arafat. Avec la mairie de Sebkha, l’AJD/MR a 6 délégués et l’APP en a 5 avec El Mina. Seule une coalition peut permettre le passage de l’un ou l’autre des partis. Entre l’AJD/MR et Tawaçoul, les négociations sont avancées, mais l’UPR peut toujours rattraper le temps perdu. Soit trouver un terrain d’entente avec l’APP, soit avec l’AJD/MR. Mais que peut-il leur donner en échange d’un soutien à la CUN ? Comme par le passé, on pense au poste d’adjoint, mais est-ce suffisant aujourd’hui ? Alors on peut envisager une entente qui englobera un ou plusieurs postes dans le futur gouvernement avec en prime l’association à la Majorité présidentielle. Le réalisme politique peut l’emporter à l’AJD/MR ou à l’APP. Sait-on jamais ?

Autre attendu de l’après-élection, la constitution d’un nouveau gouvernement qui doit obligatoirement suivre dans les jours à venir (juste après l’expiration des délais légaux pour les contestations).
Dans la perspective de la présidentielle, le Président qui devra nommer un gouvernement forcément accepté par le Parlement, aura à prendre en compte les exigences électoralistes. Choisir dans les rangs de ses fidèles, ceux qui peuvent lui apporter des voix. De nombreux ministres et hauts responsables actuels ont prouvé leurs insuffisances en la matière.

Il devra aussi réorganiser son dispositif, tout le dispositif, pour faire face aux défis futurs : réaménager le parti, promouvoir des compétences techniques capables de capitaliser «les acquis» du mandat actuel, manœuvrer pour ne pas rester en face d’un seul interlocuteur (Tawaçoul) qu’il faut craindre pour l’échéance future, trouver de vrais politiques d’ouverture capables de rectifier le tir en drainant toutes les forces politiques dans ce qui va suivre.

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com


Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter