Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

De quel côté on est?


Vu de Mauritanie par MFO
Lundi 21 Janvier 2013 - 08:51


De quel côté on est?
Deux logiques peuvent être suivies face à la guerre qui se déroule à nos frontières. La première est celle qui mène fatalement au soutien de l’autorité malienne, donc de l’action de la communauté internationale. La seconde mène quant à elle au soutien des groupes armés qui ont fait main basse sur le Nord malien après avoir frappé les pays de la région.

La première logique «contient» une nuance qui veut que le soutien de toute action visant à rétablir l’intégrité territoriale du Mali et la légitimité politique dans ce pays, n’implique pas forcément un engagement sur le théâtre des opérations. Ce doit être – c’est déjà – la position officielle des autorités mauritaniennes. Lesquelles peuvent – et doivent – rappeler à tous les détracteurs d’hier, que sans les efforts consentis, souvent incompris, la Mauritanie aurait été l’objet des visées de ces groupes qui cherchaient un sanctuaire d’où ils pourraient agir impunément. Le Nord du Mali, le Sud de l’Algérie et tout le Nord-Est de la Mauritanie devait servir de base à leurs visées. Notre pays a réagi à temps. Il est momentanément hors danger aujourd’hui.

La seconde logique est celle développée par une partie de l’intelligentsia religieuse et politique. Elle part de la considération qu’il s’agit d’une nouvelle «croisade» chrétienne en terre d’Islam. Menée par la France contre de «pauvres frères Musulmans», cette guerre est injuste et toute aide des «agresseurs» (la France, les Maliens, les Africains…) est une hérésie. Même si dans leurs litanies, nos penseurs ne poussent pas le bouchon, on en comprend aisément que l’obligation d’aider les «frères» est la moindre des attitudes justes.

Jamais réactions aussi violentes n’ont été faites par cette intelligentsia. Comme si on les avait touchés dans le plus profond d’eux-mêmes.

Aucune guerre ne peut, à mon avis, être moralement justifiée. Aucune ! Mais il est difficile de ne pas essayer de faire la part des choses. Ce qui se passe au Mali est une guerre de libération et non une occupation. Quand les groupes islamistes composés de Maliens (oui), de Mauritaniens, d’Algériens, de Burkinabés, de Nigériens, de Nigérians, de Sénégalais, de Français… sont venus perturber l’innocence au Mali, détruisant le patrimoine culturel, violant tous les sacrés, amputant, flagellant on ne sait au nom de quelle loi… laquelle de ces voix s’est élevée pour dénoncer les auteurs de ces crimes ?

L’effondrement de l’Etat malien a suivi les actions de sape de ces groupes auxquels est venu se greffer le mouvement national touareg. La partition d’un pays voisin sur la base d’une revendication ethnique (très) discutable ne peut être acceptée par un pays comme le nôtre dont la diversité du peuplement pourrait bien susciter des envies.

La guerre provoquée par les agissements inconsidérés de ces bandes armées est légitimée par la demande du peuple malien à travers son gouvernement. Toutes les Fatwas du monde n’y peuvent rien : l’agresseur est bien celui qui a provoqué cette situation de guerre. On peut se demander combien de Maliens se battent aujourd’hui à Djabali, à Konna, combien sont présents à Gao, Tombouctou, Kidal et ailleurs ? et de quel côté ?

Quand les Américains et les forces de l’OTAN sont venus en Irak ou en Afghanistan, ils ont détruit un pays, ils ont écrasé – ou essayé d’écraser – une force nationale de résistance. Ce sont les Irakiens qui se sont battus contre les envahisseurs. En Afghanistan, ce sont des Afghans qui ont fait face. C’est pourquoi ces envahisseurs sont aujourd’hui obligés de quitter ces pays. Mais au Mali ? Qui a occupé qui ? qui a détruit quoi ?

Je comprends qu’une frange de cette intelligentsia pense qu’une guerre au Mali pourrait retarder – ou remettre en cause définitivement – le principe d’une intervention en Syrie. C’est le souci essentiel qui anime une partie de ceux qui se sont prononcés. D’ailleurs ils ne l’ont pas caché dans les communiqués où il est question de la situation catastrophique dans ce pays. A qui la faute ?

On exige l’intervention des Occidentaux pour la Syrie, dernier pays à tenir tête à Israël et à l’hégémonie américaine, aujourd’hui à jamais détruit. Mais on refuse ce droit au peuple malien qui fait face à plus fort que lui.

Ce sont les mêmes avions, probablement les mêmes hommes qui ont détruit la Libye après des semaines de bombardements continus, les mêmes probablement qui occupent le ciel malien. Les voix qui s’élèvent aujourd’hui pour les dénoncer, les avaient bénis à l’époque. Peut-être qu’à leurs yeux, les Bambaras, les Songhaïs, les Touaregs, les Peulhs… toutes les populations du Mali ne méritent pas le secours de leurs alliés quand celui de leurs frères et voisins leur manque cruellement.

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter