Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Dans un trou à Barcelone : Bar Pastis, un diable fou de Paris…


A.O.S.A
Lundi 1 Octobre 2012 - 18:45


Dans un trou à Barcelone : Bar Pastis, un diable fou de Paris…
En demandant à voir quelque chose d’unique à Barcelone, on m’a dit « viens tu vas voir, un cabaret unique à Barcelone ». Imaginez une pièce de moins 20 mètres carrés dans une rue «  malfamée » de Barcelone : là se trouve le plus incroyable personnage qui soit : un vieux catalan fou amoureux de la France ! Dans son repaire qui n'a pas de prix, à droite un bar derrière lequel on trouve pêle-mêle : tout plein de vieux tableaux et autres dessins d'artistes français, une antique photo de Sartre, une autre de Piaf, un képi de policier des années 30 et mille autres souvenirs vieux comme ce trou qui fête cette année sans une ride ces 65 ans ! 
 
Les murs, où s’entassent de vieilles bouteilles de vins et autres spiritueux français, sont noirs de crasse due à la fumée à l’époque où il était encore permis de fumer. Un coin pour Lautrec : de l’absinthe partout. Au milieu de tous ces restes d’une incroyable vie de taverne authentique dans une rue jadis sordide, des articles de presse qui parlent du coin car entre-temps ce coin qui s’appelle «  Bar Pastis » est devenu "célèbre..." Mille fois les autorités ont voulu le fermer, mille fois la résistance a tenu…
 
Dans ce trou en face en entrant une scène d’un mètre carré où les artistes se bousculent pour pouvoir jouer. Mardi ce sera Tango, samedi on a entendu  un sympathique argentin Andreas Ajrosmen qui m'a dit être allé jusqu'en casamance. Il n’y a ni pot ni chapeau à terre pour mettre quelques pièces ou un billet mais on peut acheter le CD de l’artiste du jour. La programmation du mois est faite et écrite d’une main colorée par l’hôte des lieux que je dois rencontrer Mardi pour mieux savoir sa trajectoire. C’est une gueule comme on dit en français pour parler d’un visage franc, ouvert comme un livre qui raconte une vie pleine, sculptée par les expériences, mais gentil comme si finalement après tant de galères voilà enfin son univers reconnu.
 
Heureux sont ceux qui ont connu l’endroit avant qu’il ne devienne « célèbre » car désormais, il n’y a plus vraiment l’âme car dehors la rue est morte… Barcelone a changé mais pas le trou ; il est resté tel quel avec quelques améliorations vu la nouvelle fréquentation des lieux : tout est vieux et authentique mais tout est propre jusqu’aux sanitaires refaits m’a-t-on dit sans trop ruiner l’atmosphère unique qui hante les lieux.
 
C’est vraiment un coin étonnant dans Barcelone à voir à tout prix. J’ai pu échanger quelques mots avec le « tavernier » : il ne parle pas français ! Et n’a certainement jamais dû quitter Barcelone ou juste récemment avec les nouveaux moyens.  Des endroits pareils, ils devaient en avoir des milliers chacun avec son délire et sa folie : celle des lieux c’est l’amour de la France ! Quand l’artiste du jour finit de jouer, c’est parti pour Brassens, Piaf et les autres. Quand on marche tous les jours dans une ville où on n’entend pas un mot de français, cela fait tout bizarre d’arriver chez un diable de catalan dans un trou adorable et merveilleux tout tapissé de ses rêves et autres fantasmes à Paris.
 
 

 
 
 
chezvlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires