Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Daech, le cheval de Troie que les USA utilisent partout où ils veulent


Lu sur le web
Samedi 30 Avril 2016 - 12:02

Le 25 avril, Barack Obama a confirmé qu’un contingent américain de 250 combattants serait envoyé en Syrie pour aider les rebelles à faire face à l’Etat islamique. Cependant, étant donné que la Syrie est un Etat souverain, membre de l’Onu, quel droit les Etats-Unis ont-ils pour l’envahir sans autorisation du gouvernement syrien?


Auparavant, il s’était avéré que la Maison Blanche envisageait d’envoyer en Syrie un contingent supplémentaire de forces spéciales à l’initiative du Pentagone dans le cadre de la lutte pour la libération de la ville de Raqqa actuellement aux mains des terroristes du groupe Etat islamique.
Le président Obama a pour sa part confirmé le déploiement en Syrie de jusqu’à 250 militaires américains supplémentaires des forces spéciales en affirmant qu’ils allaient participer à l’entraînement et à l’assistance des forces locales qui luttent contre l’EI.
 
Sputnik a interrogé Seyed Hadi Afghahi, politologue iranien, expert pour les problèmes proche-orientaux, sur le déploiement du contingent américain.

Selon M.Afghahi, en général, la politique américaine dans la région est une politique d’agression et de deux poids deux mesures, parce qu’au niveau international, les Etats-Unis se font passer pour des militants de la paix, en appelant à dialoguer, à mener des négociations pour résoudre les crises, notamment, yéménite, irakienne et syrienne.

Mais dans la pratique, selon l’expert, au moment le plus crucial et sensible des négociations, les Américains ne permettent pas d’atteindre le moindre résultat.
« Un exemple frappant est les négociations de Genève sur le règlement de la crise syrienne. L’opposition syrienne, qu’on appelle +groupe Riyad+, a soudainement annoncé sous différents prétextes qu’elle quittait la réunion et partait de Genève », a-t-il fait remarquer.
 
Selon l’analyste politique, dans la région, Washington agit en faveur de tous les terroristes et de leurs soutiens régionaux contre le peuple syrien et les forces gouvernementales et ainsi contre la sécurité du pays dans son ensemble.
 
Au cours de l’un de ses voyages, Barack Obama a publiquement déclaré qu’il n’enverrait de forces militaires ni en Irak ni en Syrie. Actuellement, 4000 à 5000 soldats américains sont déployés en Irak pour lutter prétendument contre Daech, souligne M.Afghahi.

Maintenant, c’est la Syrie, un Etat souverain, membre des Nations Unies. Quel droit les Etats-Unis ont-ils d’envoyer ces 250 soldats en Syrie?
« Pourquoi les Etats-Unis, sans autorisation du gouvernement central légitime de Syrie, laissent-ils entrer leurs forces militaires sur le territoire de cet Etat souverain sous le prétexte de lutter contre Daech? Aujourd’hui, l’EI devient un véritable cheval de Troie que les Etats-Unis utilisent partout où ils veulent », s’est étonné l’interlocuteur de Sputnik.
 
C’est Washington qui a créé Daech, poursuit M.Afghahi, en précisant que ce fait a été confirmé par un certain nombre d’alliés américains, ainsi que par un certain nombre de documents secrets rendus publics.
 
Ainsi, Hillary Clinton, dans son livre intitulé « Hard Choices », confie que les Etats-Unis et le Royaume-Uni se sont efforcés de créer l’Etat islamique dans l’un de leurs projets au Proche-Orient.
« Et maintenant, quand le projet est en crise, les Etats-Unis viennent et disent que Daech est terroriste, et nous luttons contre lui. Et de plus, ils affirment que toute action des autres pays contre Daech doit être coordonnée exclusivement avec les Etats-Unis », a conclu M.Afghahi.
 
source: https://fr.sputniknews.com/international/201604291024638086-daech-cheval-troie-usa/
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires