Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Daech et les Frères Musulmans : Deux menaces qui pèsent sur la Mauritanie


Actu Mauritanie
Jeudi 10 Septembre 2015 - 11:10

Après l’arrestation de Mohamed Salem Mejlissi dont l’apologie en faveur de l’Etat Islamique dans les mosquées de Nouakchott semble subitement rappeler la menace que fait peser l’Islam radical en Mauritanie,


Daech et les Frères Musulmans : Deux menaces qui pèsent sur la Mauritanie
une autre confidence non moins terrible d’un ancien dirigeant des Frères Musulmans en Mauritanie, Abdallahi Ould Mohamed Welid, fait ressortir le danger que représente cet autre courant.
 
Plus que les idéologies de type communautariste, celle du mouvement Haratine et des courants négro-africains, c’est surtout l’Islam radical et l’islam politique qui semblent le plus créer de danger pour l’avenir de la Mauritanie.
 
Le constat est de plusieurs observateurs avertis qui voient la montée du salafisme sous ses formes les plus violentes se développer insidieusement en Mauritanie. La sortie il y a quelques jours de Mohamed Salem Mejlissi, l’un de ses théoriciens qui semble aujourd’hui épouser l’idéologie Daech, est l’illustration la plus évidente de l’intrusion intra muros de ce dangereux courant qui fait des ravages au Moyen-Orient et en Libye.
 
Plusieurs fois arrêté pour sa philosophie de violence empreinte de Takfirisme, Majlissi avait envahi plusieurs mosquées de Nouakchott, y prêchant la théorie du Khalifa, faisant l’apologie de l’Etat islamique et sa verve destructrice. Ses vidéos probablement pris par des éléments des Renseignements généraux infiltrés dans les lieux de culte et relayés par leurs indics infiltrés dans la presse indépendante en sont une parfaite illustration.
 
Arrêté juste après ses prestations largement suivies par des Mauritaniens peu avertis du danger qui se cache derrière ses tribulations, Majlissi serait aujourd’hui aux mains de la sûreté mauritanienne pour des interrogatoires. Exercices dont ce multirécidiviste plusieurs fois arrêté pour ses discours violents est désormais habitué.
 
Mais à côté du Salafisme radical, qui se bat à visage découvert, montrant ses véritables intentions et ses armes, les Frères Musulmans se révèlent encore plus dangereux, si l’on en juge les confidences d’Abdallahi Ould Mohamed El Welid, l’un de leurs illustres compagnons, aujourd’hui en rupture de banc.
 
Pour ceux qui ne s’en rappellent pas, Abdallahi Ould Mohamed El Welid est celui qui avait giflé l’érudit Ould Deddew en 2014. Selon lui, les raisons de sa démission du mouvement des Frères Musulmans est leur nature hypocrite, traitant ses dirigeants de menteurs et d’amoureux de la vie et de la chaire.
 
Abdallahi Ould Mohamed El Welid qui a exercé les fonctions de responsable du site Internet du mouvement pendant des années et membre influent de la Commission chargé du recrutement et principal agent de recouvrement déclare avoir définitivement méprisé les Frères Musulmans lorsqu’il vit comment ils détournaient les dons offerts pour la construction des mosquées ou pour subvenir aux besoins des nécessiteux.
 
Il s’est dit encore plus rebuté lorsqu’il vit comment Ould Deddew qu’il connut étudiant pieux dans la Mahadra de Ould Qoura a changé de train de vie et de morale au contact des Frères Musulmans.
 
Ces derniers, selon lui, sont plus dangereux que tous les mouvements extrémistes réunis, car ils tissent leur toile rempli de venin sous le couvert de la religion et de la démocratie, prônant un discours lénifiant plein de bonnes valeurs alors qu’en réalité ils nagent dans la compromission et la trahison, même envers Ould Deddew qu’ils vilipendent en son absence et qu’ils adulent en sa présence.
 
MOMS
lauthentic
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires

Le bain turc de la SNIM

18/08/2016 - Noorinfo