Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Daddah la dernière victime de weylouleaks…


Blogs
Mercredi 12 Octobre 2011 - 18:53

Décidément c’est l’hécatombe. Toute proportion gardée, aussi terrible que la révélation selon laquelle maître Sylla aurait été prêt à contacter Israël et faire prendre les armes à ses fils pour en finir avec Aziz mort ou vif, voici le petit meurtre entre amis, sinon parents par alliance, où maître Daddah aurait dit aux américains que maître Ely serait l’homme le plus corrompu de Mauritanie, mêlé au trafic de drogue et ayant du sang négro-mauritanien sur les mains.


Daddah la dernière victime de weylouleaks…
Le démenti de maître Daddah comme celui de maître Sylla fait mal au cœur car on a mal pour eux. C’est très dur après les événements d’entendre pareilles confidences passées au micro-ondes. Quand on pense que madame Ely est de chez maître Daddah, ce n’est pas rien. Quand on pense que c’est Ely qui a créé pour maître Daddah ce statut de chef de l’opposition avec la cagnotte que l’on sait, ce n’est pas rien. Quand on sait surtout qu’en Mauritanie dire les choses en face ce n’est pas la coutume, car la coutume c’est le poignard dans le dos, ce n’est pas rien. Tout cela, ce n’est pas rien.

 
Pourtant, maître Sylla pouvait dire haut et fort «  oui, pour protéger la constitution j’étais prêt à aller jusqu’au bout avec les armes contre des gens qui font fi du choix du peuple avec les armes » ; de même maître Daddah pouvait dire haut et fort « Ely a été pendant 20 ans maître de la sûreté ce qui ne pouvait pas le laisser innocent face aux sanglants événements, Ely dit-on aurait une fortune colossale qui ne peut provenir de son salaire et Ely a été au sommet d’un système de la gabegie ce qui ne peut en faire un pauvre etc. ».

 
 Mais la politique chez nous, l’hypocrisie culturelle, l’art des poignards de salon, la connivence, les petits cadeaux  statutaires qu’on ne refuse pas et qui vous obligent au démenti... Tout cela montre nos hommes politiques comme ils sont : ils ne semblent parler le langage de la vérité que sous le parapluie d’un puissant étranger comme si finalement la force de la vérité et le courage de la dire ne sont pas dignes du mauritanien. On dirait que le mauritanien au fond et en surface méprise le mauritanien ; le mauritanien en particulier pense qu’il vaut mieux que le mauritanien en général. Que faire alors quand le mépris est si violent ? Comment se battre un pour tous et tous pour un quand l’un méprise tous et tous écrasent l’un ?

 
C’est peut-être l’une des plus grandes réussites des militaires que d’avoir trop joué avec nos anciens politiques ; les montrant finalement très intéressés comme les militaires sauf qu’ils n’ont pas le pouvoir. Nos hommes politiques comme la société civile semblent désintéressés par défaut ! On dirait que les grandes valeurs de la démocratie que les uns et les autres ont reçu par une greffe universitaire étrangère ne prennent pas à vie et ne souffrent pas longtemps la tentation…

 
C’est la force des gênes, la force de la culture de l’exploitation, de la loi du plus fort et du plus rusé, la loi de l’hypocrisie où tous les coups sont permis tant qu’il n’y a pas de preuve publique ! Et même si la preuve se trouve, l’omerta la couvre, l’étouffe et l’enterre ; restent les belles mines des notables chacun étant persuadé qu’il est le plus fin, le plus cultivé et que les autres ne se rendent pas compte de sa ruse et de son mépris. Tel titulaire d’une maigre licence des années 60 ou d’une laborieuse maîtrise datant du même siècle devient un héros familial, de grande famille bien entendu ; tel ayant un doctorat lambda comme des centaines de milliers d’anonymes dans le monde, devient tout d’un coup la fierté d’une tribu, un oracle infaillible ayant un avis sur tout.

 
De là de pauvres médecins gonflés, arrogants et ignorants, dépassés depuis 20 ans par la médecine, de là un psychiatre qui pique au hasard car il  est militaire donc plus apte que les médecins talentueux, de là des pédiatres qui signent les mêmes ordonnances toute la journée quel que soit le mal, de là des professeurs qui enseignent la sottise, des avocats qui ignorent le droit, etc.  partout soit des ânes qui se prennent pour des chevaux soit des lumières qui à force d’éclairer dans le vide se prennent pour des soleils tellement elles créent leurs propres sources comme autant de vérités scientifiques !

 
Ah ! Dieu ! Quel pays !

 
On vous le laisse !

 
Pourtant au cœur de tant de fanges, d’imposteurs, de voleurs, de crétins, de salauds, de minables, on trouve comme dans tout pays, les génies de la nation qui se battent et avancent avec sur le dos le pouvoir d’une culture parfaitement adaptée à la pauvreté, l’hypocrisie, la jalousie, l’exploitation et la médisance…

 
La preuve !

 
Aziz n’est pas Ely car malgré ses défauts, chacun vous dira que même s’il ne vous donne rien, Ely vous recevra toujours avec considération, Ely n’est pas un ingrat, et s’il peut vous rendre un service, il le fera au nom de la famille, des liens des uns et des autres ; Aziz dit-on est sec, la gratitude n’est pas ce qui l’étouffe mais n’est-ce pas la meilleure recette pour gouverner une élite pareille ?

 
Au fond, on aime bien Aziz car il fait ramper les opposants mais il ne donne rien non plus à ses partisans… Il sait que ce pays est devenu pourri, il s’en éloigne, s’enferme en se privant de rien mais refuse de jouer le jeu de la mauritanité ancestrale celle d’un Ely avec lequel certainement la crise serait moins dure même si cela ne serait qu’une fuite en avant vers le dépôt de bilan… Mais pour le bon mauritanien, demain est un autre jour, seul compte le présent dans tous les sens des termes…

 
chezvlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires