Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Culture: La diva du désert n'est plus


Société
Dimanche 5 Juin 2011 - 17:23

Dimi Mint Abba est décédée ce samedi 4 juin, à 53 ans, dans un hôpital à Rabat (Maroc) suite à une hémorragie cérébrale. Celle qu'on surnommait la «diva du désert» laisse un immense héritage musical, et humain aussi.


Dimi Mint Abba, digne héritière du Ardin
Dimi Mint Abba, digne héritière du Ardin
Dimi est l’héritière d’une tradition familiale exceptionnelle: sa mère, Mounina Mint Eida, était une joueuse d’Ardin émérite . Dès l’âge de dix ans, elle est initiée à l’art subtil de cette harpe maure dont la pratique est réservée aux femmes. Son père, Sidaty Ould Abba, est descendant d’une famille d’Iggawin historique (la plus ancienne et la plus réputée) et l'auteur de l’hymne de Mauritanie. Il présida la Société des Auteurs Mauritaniens. Issue d’une prestigieuse lignée d’Iggawin (équivalent des griots pulaar ou soninké), Dimi Mint Abba chante les poésies anciennes, les épopées fondatrices des empires passés et les amours tragiques des amants transis. Ses chants incarnent toute la mémoire d’un peuple et redonnent corps à toute une poésie ancestrale et mémorielle.

Une nuée de prix

Très jeune Dimi Mint Abba s’impose par ses talents d’instrumentiste, d’interprétation et surtout par sa voix exceptionnelle (que certains comparent aujourd’hui à Nusrat Fateh. Dès lors les récompenses internationales pleuvent: en 1976, elle représente la Mauritanie au festival Oum Kalthoum en Tunisie, au festival de la jeunesse arabe en Syrie l’année suivante. Petit à petit, elle commence à se produire à l'étranger et à mettre en lumière la culture de son pays. En 1990, forte de sa réputation grandissante, elle enregistre, à Londres, son premier disque en studio pour le label World Circuit. A ses côtés se trouve un virtuose, son mari Khalifa Ould Eide, joueur de tidinit et de guitare électrique, aujourd'hui décédé. Dimi et Khalifa tissent une mélodie, mêlent instruments et voix sur des rythmes stricts mais laissant place aussi à l'improvisation. En 1994, le Transglobal Underground, invite la chanteuse à la voix pure et puissante, à participer à son album "International Times". Malgré ce succès, Dimi Mint Abba, que se déchirent les grandes familles maures pour leur mariages, continue à se faire rare sur les scènes européennes.

Une humble icône

«Dimi a révolutionné la musique mauritanienne dans les années 80, par de nouveaux accords avec le ardin, de nouvelles sonorités modernes mais aussi par la portée internationale qu'elle a donné à notre musique.» témoigne son frère Ahmed Ould Abba.
«C'était la révélation musicale de la décennie il y a trente ans, quand elle a foudroyé la scène musicale de l'époque par sa puissance vocale et sa maîtrise de la harpe ardine. Et c'est véritablement une icône nationale que tout le pays a perdu.» approuve Monza, organisateur du festival hip-hop Assalamalekoum, qui a été le dernier à la programmer en Mauritanie lors de la dernière journée de la musique en 2010. Les témoignages tendent aussi à mettre en exergue sa bonté et son humilité naturelles. «Bonté et humilité, ces deux mots la définissent entièrement. Il n'y a rien à ajouter.» murmure d'une voix enrouée son frère.
«Elle a compté pour moi dans ma vie d'artiste, et c'était une véritable maman-conseil, une amie sincère, surtout une combattante acharnée pour l'unité de ce pays.» dit Monza.

Mamoudou Lamine Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter