Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Crise du Sahel: Pourquoi le Niger ne bouge pas


International
Lundi 22 Octobre 2012 - 09:37

Encerclé par la rébellion des cousins Touaregs du Mali et les groupes terroristes qui font la loi à l'Ouest, la confusion qui règne encore confuse en Libye à l'Est et l'activisme violent de Boko Haram qui s'étend sur le flanc Sud du pays, le Niger affiche une stabilité surprenante. Pour combien de temps encore?


Chef touareg malien au Niger, 5 mars 2005. REUTERS
Chef touareg malien au Niger, 5 mars 2005. REUTERS
Octobre 2012, le climat dans la grande vallée de l'Azawak s'est adouci après les brûlantes envolées de l'été, où les températures montent à 50°, et les turbulences météo du Printemps arabe, qui a aussi touché les zones mixtes arabo-africaines et réveillé les berbérités sahélo-sahariennes.

Des bâches bleues alignées en plein désert, aux fins fonds du Sahara. Dans ces camps précaires disséminés le long de la frontière nigéro-malienne comme à Mangaizé, Gaoudel, Ayourou, Banibangoun, Chinagoder, Abala ou encore Tililia, près de 100.000 Touaregs maliens fuyant les combats entre milices et les exactions à Gao et Tombouctou, se sont réfugiés.

Pas loin de chez eux, au Niger, des Touaregs réfugiés chez des Touaregs, par une absurde frontière coloniale de 850 kilomètres qui les a séparés. Si à l'Ouest, la complexité est connue, entre rebelles nationalistes touaregs, islamistes touaregs et groupes armés islamistes de l'Aqmi, Mujao et Al Qaïda, à l'Est, le Niger est relativement stable, même s'il scrute avec angoisse les plaines arides et regs cassants qui le séparent de son voisin.

Un peuple, deux pays

Mais quelles sont les différences entre le Nord Mali et le Nord Niger? Peu nombreuses. Des paysages pauvres et désertiques, la même géologie avec un petit massif montagneux au centre, l'Ifoghas au Mali (région de Kidal) et l'Aïr au Niger (région d'Agadès), autour desquels vivent plus d'1 million et demi d'Imouhagh et Imajaren (tels que se désignent les Touaregs, berbères sahariens). 700.000 d'un côté, près d'un million de l'autre, soit le dixième chacun de la population de leurs Etats, Mali et Niger.

Les mêmes peuples, avec la même culture, la même langue, et qui partagent tristement les mêmes sécheresses chroniques et les mêmes places dans les bas de tableaux d'indices de développement humain. Une même pauvreté, avec des Etats centraux ethno-différenciés bien plus au Sud, peu soucieux de leur sort, ce qui a donné plusieurs et mêmes mouvements de rébellion. Les similitudes s'arrêtent à peu près ici.

Séparés par la grande vallée de l'Azawak, affluent mort du fleuve Niger mais reliés par ce dernier, les Touaregs de l'Igoghas malien et ceux de l'Aïr nigérien ne sont plus d'accord sur la nécessité de créer un grand Etat targui (touareg) au milieu de nulle part.

«On a fait deux rébellions, la seconde a coûté beaucoup de vies, un retard énorme au nord et une troisième risque d'être l'enfer pour la communauté touareg», a expliqué lors d'un forum sur la paix et le développement qui s'est tenu dans l'Aïr au début de l'année, Rhissa Ag Boula, ex-rebelle armé des deux insurrections targuies au Niger (1991 et 2007).

Le retour de Libye

Contrairement au Mali et à la suite des rébellions, l'intégration au Niger a réussi, et nombreux sont les Touaregs dans l'armée, administration, aux postes de chef d'état-major ou de comme l'actuel Premier ministre Brigi Riffini ou encore Rhissa Ag Boula, ancien ministre, et qui est d'ailleurs devenu conseiller du président nigérien Mahamadou Issoufou, élu en 2011.

Si la répression au Mali contre les Touaregs a toujours été beaucoup plus féroce qu'au Niger, au retour de Libye, les Touaregs militarisés par Kadhafi n'ont pas eu la même destinée. Au Niger, ils ont été désarmés à la frontière.

Les Maliens en revanche ont gardé leurs armes, c'est toute la différence. Même si au Niger comme au Mali, on n'était pas vraiment contre Kadhafi, qui les soutenait financièrement et arrivait à contenir les islamistes, on dit que ce sont les Touaregs maliens qui ont «donné» l'ex-dictateur libyen aux Français, livrant sa position GPS lors de sa fuite, en échange d'un retour sain et sauf au Mali, avec armes et bagages.

En cause, l'inconscience de Amadou Toumani Traoré, l'ex-président malien renversé, ajouté à son indifférence au sort des populations du Nord, selon les Touaregs nigériens. Entre les deux, les positions sont aujourd'hui bien tranchées et les Touaregs de l'Aïr soutiennent leur président, favorable à une intervention militaire internationale et qui insiste sur la nécessité de réserver à l’Etat «le monopole de la violence», même si tous ne sont pas d'accord sur la présence de militaires français et américains sur leu sol. Au milieu de ce chaos qui s'annonce les réfugiés se serrent en plein désert, tirant un peu plus sur leurs bâches bleues.

Un modèle pour la région

Des élections libres, un régime semi-présidentiel, des indicateurs macroéconomiques en amélioration constante et des institutions qui fonctionnent. C'est la république du Niger d'aujourd'hui, bon élève de la région.

Pour saluer les nouvelles démocraties d'Afrique, le président américain Obama lui-même a choisi d'honorer le Niger en invitant l'année dernière Mahamadou Issoufou, son président. Même chose pour le FMI, qui prévoit 14% de croissance au Niger pour cette année, et Christine Lagarde qui pour sa tournée africaine, a choisi d'atterrir à Niamey.

Depuis le retour à la démocratie en 2011 et l'élection de Mahamadou Issoufou, le Niger est l'exemple à suivre, où toutes les vieilles querelles, guerres de clans et de territoires se règlent dans un cadre démocratique.

Tout n'est pourtant pas simple, avec un faible PIB de 10 milliards de dollars (uranium et un peu de pétrole), les dépenses militaires ont dû augmenter pour contrer les menaces extérieures et des dizaines de milliers de travailleurs expatriés ont du quitter la Libye pour venir grossir les rangs du chômage.

Le modèle du radicalisme islamique

De plus, la situation sociale est fragile. Musulmans à 90%, les Nigériens sont comme les pays de l'islam, travaillés par les pétrodollars et la propagande qatarie et saoudienne, qui veulent y imposer un modèle salafiste strict et austère. Souples et bon buveurs (ancestrale bière de mil, produite localement), les Nigériens s'inquiètent déjà.

L'alcool devient plus rare et il n'est aussi plus anachronique de voir à Niamey des femmes en voile intégral et des milices du mouvement radical Haoussa Boko Haram traîner dans les villes du Sud.

Si les enlèvements, d'Occidentaux en général, ont toujours lieu au Niger, la stabilité est encore là. Pour combien de temps encore? L'intervention militaire au Mali, prévue pour les prochaines semaines, va tout compliquer, même si pour beaucoup de Nigériens, ce sera moins pire que le contrôle de la région par le consortium diabolique Aqmi-al-Qaida-Mujao.

Pour les Maliens réfugiés en revanche, c'est tout le ciel et leurs bâches bleues qui risquent de leur tomber sur la tête, avec une nouvelle guerre et de nouvelles errances. Dans tous les cas, rien ne se fera sans les Touaregs, qui sont aujourd'hui au centre de la bataille et qui feront de leur pays des Etats de droit ou des terres sans Etats.

Chawki Amari
Pour slateafrique.com
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire