Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Crise de la dette: Comment elle ricocherait sur la Mauritanie


Economie
Mardi 9 Août 2011 - 12:51

Les bourses des pays les plus avancés économiquement ont été touchées de plein fouet ce lundi par la dégradation de la note de crédit des États-Unis. Et malgré les apparences lointaines de cette crise, les conséquences pourraient être inquiétantes pour des économies telles que les nôtres africaines, particulièrement de la Mauritanie, qui dépend beaucoup de ses exportations de matières premières qui voient leurs cours commencer à baisser.


La crise des principales bourses mondiales pourrait se répercuter sur les économies africaines
La crise des principales bourses mondiales pourrait se répercuter sur les économies africaines
Véritable coup de tonnerre pour les marchés financiers: Standard and Poor's a retiré vendredi aux États-Unis la prestigieuse note AAA, la reléguant à AA+ avec une perspective négative. Si les marchés asiatiques ont fortement baissé lundi (entre 2 et 4%), le krach (baisse soudaine et précipitée des actions touchant une ou plusieurs places financières) redouté par certains n'a pas eu lieu à l'ouverture des places européennes, qui ont toutefois replongé dans la foulée. Les économistes s'accordent à dire qu'il y a krach quand l'indice perd plus de 10% en une séance, et/ou 20% en quelques jours, ce qui n'est arrivé que deux fois au cours du 20ème siècle, en 1929 et 1987. Même en 2008, au plus fort de la crise financière, nous n'avons pas assisté à un krach boursier, mais simplement à une très forte volatilité des cours. Cela ne signifie pas que la situation n'est pas inquiétante pour autant. En effet, depuis le dernier plus haut, le 22 juillet, plusieurs indices européens, dont le CAC 40, ont perdu plus de 15%. Par ailleurs, l'inquiétude des investisseurs porte davantage sur la baisse consécutive des cours que sur l'ampleur de cette baisse: depuis 10 jours maintenant les marchés chutent sans interruption. Cela signifie qu'en 15 jours, aucun indicateur économique n'a permis aux indices de souffler.

Le cours du fer depuis septembre 2010 à aujourd'hui
Le cours du fer depuis septembre 2010 à aujourd'hui
Un effet ricochet sur les pays exportateurs de matières premières

Un pays comme la Mauritanie a surfé ces quatre dernières années, sur une hausse relativement continue du cours des matières premières, notamment les minerais. Après le petit krach des cours de minerais en mai dernier, la chute pourrait reprendre, vu qu'une partie du cours de ces matières, tient à la spéculation. Même si «il faut bien prendre conscience qu'une autre partie du prix de ces matières premières est due aussi à la forte demande des investisseurs, particulièrement chinois, qui impriment le ton sur le long terme» explique un ancien cadre de la SNIM.

«L'une des caractéristiques principales de ce genre de krach, est l'effet panique qui voit les investisseurs tous vendre en même temps, créant ainsi une spirale infernale» continue l'ancien cadre. Un krach financier, dans la situation actuelle, pourrait engendrer une crise plus grave que la grande récession de 1929. Et la Mauritanie, comme tous les pays du Maghreb et de l'Afrique de l'ouest ne pourrait échapper à un scénario aussi catastrophique. Il va sans dire qu’une crise de cette ampleur pourrait contribuer à l’effondrement durable des cours du pétrole, mais aussi des matières premières qui fondent une grande partie du PIB mauritanien, comme le fer, et les minerais exportés.

Les incertitudes croissantes au sujet de l’économie mondiale ont fait plonger le baril de pétrole de 92,59 à 85,23 dollars. Les cours du fer pourraient suivre. «A court terme ,nous ne sommes pas trop concernés par cette crise, d'autant que les contrats annuels ont déjà été signés. S'il n'y a pas de récession importante en Europe, au niveau du minerais on peut ne pas le ressentir, mais si la crise dure, il faut s'attendre à une forte baisse d'ici quelques mois. À ce moment là, même l'ogre dévoreur de matières premières que sont la Chine et les États-Unis ne pourraient nous sortir de ce cyclone économique» termine l'ancien de la SNIM.

Mamoudou Lamine Kane
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires