Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Crise dans le secteur des Transports : L’Union Européenne cherche des explications


Actualité
Vendredi 13 Juillet 2012 - 14:10

La bataille entre les transporteurs terrestres et la nouvelle Autorité de régulation routière connaît depuis la semaine dernière un troisième larron. Il s’agit de l’Union européenne, principal bailleur de fonds du secteur. L’Authentique s’est procurée une lettre, synonyme de demande d’explication, que l’ambassadeur de l’Union européenne a adressée la semaine dernière au ministre de l’Equipement et du transport, l’invitant à lui fournir des précisions sur les raisons d’être de l’Autorité de régulation.


Crise dans le secteur des Transports : L’Union Européenne cherche des explications
Le principal bailleur du secteur du transport terrestre en Mauritanie, la Délégation de l’Union européenne, s’est invité dans la bataille que se livrent depuis quelques semaines, les transporteurs publics et la toute nouvelle Autorité de Régulation du transport. Dans une lettre adressée la semaine dernière au ministre de l’Equipement et du Transport, le chef de la Délégation à Nouakchott n’est pas passé par quatre chemins pour être porté aux faits. Et il pourrait bien en avoir droit quand on sait l’appui que son institution n’a cessé d’accorder au secteur des routes dans le pays. Rien que dans le cadre du 9ème FED, l’Union européenne a mis en place une enveloppe financière de 2 millions 200 mille Euros en appui au secteur des transports dans le pays.

Fort des informations qu’il a pu recueillir dans les sphères du transport, l’ambassadeur a dit l’intérêt qu’il porte à la crise qui envenime les relations entre les transporteurs et l’autorité de Régulation des Transports, notant en substance que tout porte à croire que ce sont ces redevances, liées à l’obtention d’un bon de sortie, qui auraient causé la grève des transporteurs depuis le 18 de ce mois. Rappelant au ministre l’attention et l’intérêt que l’Union européenne a toujours manifesté au secteur du transport terrestre en Mauritanie, et revenant sur le grand bon qualitatif qu’a connu ledit secteur depuis sa libéralisation en 2005, l’ambassadeur n’a pas manqué de noter l’importance du transport dans le développement d’une nation. Une manière pour lui de dire combien la crise qui secoue actuellement le secteur, peut être préjudiciable à la bonne marche du pays.

" Dans le cadre de nos interventions actuelles, au titre du projet du 9ème FED, ainsi que celui du 10ème FED qui passera au comité FED en juillet 2012, je souhaiterais compter sur vous afin de mieux comprendre comment ces changements s’intègrent à votre stratégie sectorielle et donc aux projets que nous finançons ". Ce passage du document que l’ambassadeur a adressé au ministre du transport est révélateur de son sentiment, voire de sa position dans cette crise. En effet, le chef de la Délégation européenne considérerait que l’institution d’une instance de régulation du transport, dans sa forme actuelle, ne sied pas dans un secteur livré à la concurrence privée.

L’ambassadeur voudrait ainsi attirer l’attention des autorités sur le fait que l’Union européenne ne pourrait dorénavant pas accorder son appui au secteur, notamment dans le cadre du 10ème FED. A moins que le ministre ne réponde aux interrogations du bailleur répertoriées ainsi qu’il suit : " est- ce que l’application du bon de sortie, tel que mis en œuvre aujourd’hui, implique de facto un ordre de sortie imposé à partir des gares routières ? Comment est -ce que ce dernier s’applique aux diverses catégories de services proposés ? Ya-t-il un cahier de charges pour les gares routières, définissant leur fonctionnement et leurs services minima, sur lequel se base l’Autorité de Régulation ? Comment s’intègrent les gares routières privées dans la régulation prévue par cette dernière ?Avez-vous une idée de l’assiette fiscale que procureront les redevances, et est-ce que leur usage sera destiné au secteur des transports terrestre ? "

Si cela ne s’appelle pas des colles, les questions de l’Ambassadeur de l’union européenne n’en sont pas trop loin. En attendant, l’Autorité de régulation qui cherche à s’ériger en un nouveau BNT (Bureau national du transport) dissout en 2007 pour sa nocivité dans le secteur des transporteurs sous l’ère Ould Taya, n’a pas sa raison d’être dans un secteur privatisé depuis 2005.

JOB
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires