Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Corridor Nouakchott/Bamako: Un chaînon important de l'intégration économique


Economie
Jeudi 22 Décembre 2011 - 00:12

Sans littoral maritime, le Mali fait transiter ses importations par différents ports ouest-africains, notamment ceux dakarois et abidjannais. Pourtant, de l'aveu même des autorités maliennes, la «logique économique et géographique» voudrait que l'essentiel de ces importations passe par les ports mauritaniens. Une étape devrait être franchie avec le développement du corridor commercial entre Nouakchott et Bamako, que les maliens sont venus raffermir à l'occasion des «journées portes ouvertes des entrepôts maliens en Mauritanie (EMAMAU)», ce mercredi 21 et jeudi 22 décembre à Nouakchott.


Les ministres malien et mauritanien de l'équipement et des transports, Ahmed Diane Séméga (d) et Yahya Ould Hademine
Les ministres malien et mauritanien de l'équipement et des transports, Ahmed Diane Séméga (d) et Yahya Ould Hademine
Ce n'est pas moins de cinquante personnes que le ministre malien de l'équipement et des transports a amené avec lui à Nouakchott pour cette occasion de participer à la facilitation des transits des marchandises importées maliennes, à partir du port de l'Amitié de Nouakchott.
Une forte délégation qui «marque l'intérêt croissant que les autorités maliennes accordent au développement de leurs transits à partir de la capitale», selon certains acteurs portuaires réunis au palais des congrès ce mercredi.

L'extension et la modernisation du port de Nouakchott n'est pas étranger à ce regain d'intérêt. «Pour répondre aux besoins commerciaux des deux pays et faciliter le transport des biens et des personnes, le Mauritanie s’est lancée dans un programme ambitieux. On peut en citer l’élargissement du port de Nouakchott dont les travaux prendront fin en 2013, la construction d’un quai pour conteneurs à l’horizon 2017 et l'aménagement d’autres ports secondaires sur le long de la frontière avec le Mali» soutient le ministre mauritanien des transports, Yahya Ould Hademine, dans son discours inaugural.

Si le corridor existe depuis quatre ans maintenant, entre les deux «capitales sœurs», «force est de reconnaitre que celui-ci, malgré ses atouts en terme d’infrastructures et de réglementations, reste confronté à des difficultés auxquelles il faut trouver des solutions idoines. Il s’agit, entre autres, de difficultés liées au nombre importants de postes de contrôle, avec pour effet le surenchérissement du coût de transport et des marchandises doublé d’une perte considérable de temps et d'autres difficultés liées au transport voyageur entre les deux pays» tempère de son côté Ahmed Diane Séméga, le ministre maliens des transports. Tout en rappelant le rôle primordial que le transport joue dans le développement d'un état, d'autant plus enclavé comme l'est celui du Mali. «Pour réussir, l’intégration économique doit cesser d’être un mot dans nos discours. Pour une intégration économique de nos deux pays, dans un contexte de mondialisation, nous devons impérativement jouer sur les facteurs, aussi décisifs, de l’ accessibilité des marchés pour faciliter la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux» insiste-t-il.

Politique de désengorgement

Ce corridor augure peut-être d'un embryon d'intégration économique entre les deux pays. c'est ce qu'espèrent les acteurs des deux parties lors de ces deux journées portes ouvertes
Ce corridor augure peut-être d'un embryon d'intégration économique entre les deux pays. c'est ce qu'espèrent les acteurs des deux parties lors de ces deux journées portes ouvertes
Le corridor Nouakchott-Bamako s'ajoute à une liste de sept corridors, exclusivement ouest-africains (Dakar, Accra, Abidjan...). «Nous allons ouvrir d'ici la fin de l'année 2012 trois nouveaux couloirs, notamment à Freetown, San Pedro et Bissau, ayant en tête de désengorger au maximum les autres corridors, et surtout de ne pas mettre tous nos œufs dans les mêmes paniers; les diversifier au maximum» explique Ousmane Babalaye Daou, président du conseil malien des chargeurs (CMC), présent à Nouakchott pour l'occasion.

Tâche à laquelle le directeur du port de l'amitié, Ahmed Mohamed Ould Moctar, veut bien participer à aider. «Nous avions un trafic de 400 000 tonnes en 1987; en 2010 on a franchi le seuil des 2,8 millions de tonnes» soutient-il. «Encore aujourd'hui, à peine 50% de la superficie totale des terre-pleins sont aménagés. Vous imaginez la marge de progression du port, dans le même temps de sa modernisation» présente-t-il visiblement satisfait. La modernisation et l'extension du port justement ont débuté il y a deux ans. La fin des travaux est prévue pour dans un an, portant la capacité totale du port à sept postes à quai au lieu des quatre actuels, «ce qui devrait le placer en bonne position parmi les plus grands ports de la côte ouest-africaine» conclut le directeur du port.

Haïballah Maïga, directeur des entrepôts maliens en Mauritanie (EMAMAU) abonde dans cet optimisme: «Au-delà de cette extension et de la modernisation du port de Nouakchott, il faut insister sur le fait que c'est le seul port de la sous-région où vous recevrez votre nouvelle voiture sans le suspens stressant de retrouver votre automobile désossée avant de la sortir. Et c'est le port le plus proche de Bamako et qui peut facilement desservir quatre grande régions maliennes» affirme le directeur d'EMAMAU.

Les volontés politiques mauritanienne et malienne semblent s'être raffermies pour continuer le chemin délicat de l'intégration économique. Si les choses avancent, particulièrement sur la voie de ce corridor, peut-être les deux pays tiennent-ils le bon bout pour «renouer avec les flamboyants échanges commerciaux mais aussi, culturels qui remontent entre ces deux régions africaines, à l'empire du Ghana, au 8ème siècle» espère Haïballah Maïga.

Mamoudou Lamine Kane
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires