Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Corée du Nord : L'essai nucléaire qui change la donne


International
Mercredi 13 Février 2013 - 18:25

Il semble que la Corée du Nord soit désormais capable de se doter de missiles nucléaires susceptibles de menacer les Etats-Unis. L'objectif de dénucléarisation de la péninsule coréenne est dépassé.


Corée du Nord : L'essai nucléaire qui change la donne
Alors que l'analyse des caractéristiques techniques de son troisième essai nucléaire [le 12 février] n'est pas encore connue, Pyongyang a déjà déclaré avoir réussi la miniaturisation des armes nucléaires. A Séoul, on estime en tout cas que le Nord a fait un pas de plus vers la possession de d'armes de ce genre réellement utilisables et que ses menaces militaires prennent désormais une tout autre allure, surtout si de l'uranium hautement enrichi a été utilisé lors de ce dernier essai.

Son impact ne serait alors même plus mesurable, la dénucléarisation du pays n'étant plus à l'ordre du jour. Par ailleurs, la République populaire démocratique de Corée avait réussi à la fin de l'année dernière le lancement d'une fusée d'une portée estimée à 10 000 km. Les deux éléments combinés feraient alors que la Corée du Nord pourrait menacer directement les Etats-Unis et serait en mesure de leur imposer ses exigences.

Le succès d'un essai nucléaire n'entraîne pas systématiquement la reconnaissance du pays concerné comme Etat doté de l'arme nucléaire par la communauté internationale. "Posséder le nucléaire et être reconnu comme puissance nucléaire sont deux choses différentes", a tenu à préciser Chon Yong-u, premier secrétaire auprès du président sud-coréen chargé de la diplomatie et de la sécurité, après le communiqué officiel qui a suivi l'essai nucléaire.

L'approche des pays voisins doit changer

L'Inde, par exemple, a réussi son essai nucléaire il y a quarante ans [en 1974], mais ne bénéficie pas encore de cette reconnaissance [l'Inde possède l'arme nucléaire mais n'est pas signataire du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) ; après l'accord sino-américain de 2008, l'Inde a accepté en 2009 de soumettre ses réacteurs civils à la surveillance de l'AIEA, ce qui équivaut à une reconnaissance de fait]. La Corée du Nord peut se vanter de posséder des armes nucléaires, mais ne pourra pas être reconnue comme Etat doté de l'arme nucléaire dans le cadre du TNP [dont elle s'est retirée en 2003] tant que les autres pays ne lui accorderont pas ce statut.

Reste le fait que Pyongyang possède réellement la technologie nécessaire à la fabrication d'armes nucléaires, et ce fait doit modifier l'approche des pays voisins. La communauté internationale n'en est plus en mesure d'éradiquer le nucléaire en Corée du Nord [la dénucléarisation de la péninsule est le but affiché des pourparlers à six entamés en 2002], mais doit désormais œuvrer pour freiner le développement des capacités nucléaires du pays et l'exportation d'armes nucléaires à l'étranger.

Mun Jong-in, professeur à l'Universtié Yonsei à Séoul, estime que cet essai nucléaire de Pyongyang est "moins un moyen de pression vis-à-vis de Washington que l'expression de sa volonté de poursuivre son propre chemin tant que son indépendance, son autonomie et sa dignité ne sont pas garanties. Nous devons changer notre regard sur ce pays. A présent que l'hypothèse selon laquelle la Corée du Nord pourrait se doter de têtes nucléaires à uranium hautement enrichi s'est avérée fondée, nous devons nous concentrer sur une approche réaliste, comme celle évoquée par le scientifique américain Siegfried S. Hecker, appelée "Three No", à savoir "No more bomb, No better bomb, No export" (pas de bombe supplémentaire, pas de perfectionnement, pas d'exportation).

La Corée du Sud doit-elle aussi se doter de l'arme nucléaire ?

"Le Nord était probablement arrivé à la conclusion que s'équiper de missiles nucléaires efficaces lui donnerait plus de marge de manœuvre. Nous n'avons plus d'autre possibilité que de négocier", a affirmé de son côté Son Min-sun, ancien ministre sud-coréen des Affaires étrangères. "Il faut reconnaître que depuis un moment, les Américains et les Chinois ont négligé ce dossier", a-t-il ajouté en préconisant une reprise du dialogue.

Les analystes s'accordent à dire que le déséquilibre militaire entre les deux Corées ne pose pas de problème pour le moment, car l'alliance Corée du Sud - Etats-Unis reste plus forte que le Nord. Il n'en reste pas moins que ce dernier épisode suscite des inquiétudes chez les Sud-Coréens. Certains conservateurs tiennent un discours belliqueux, tel le député Chong Mong-jun, qui veut que la Corée du Sud se dote également de l'arme nucléaire. Mais une telle ambition risque de se heurter à l'opposition de Washington, dont la position est d'empêcher l'effet domino, et de constituer du même coup une source potentielle de tension entre Séoul et Washington.

Son Je-min
Pour Kyonghyang Sinmun
Lu sur courrierinternational.com
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire