Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Coopération bilatérale : Sur la question de l’Assainissement, de la corruption, de la crise économique


Actu Mauritanie
Vendredi 16 Octobre 2015 - 10:29

« L’assainissement ne semble pas être une priorité pour vous ». Telle est la réponse que les Chinois auraient donnée à Aziz lors de sa récente visite chez eux. Ils lui auraient également fait comprendre d’autre part que la capacité d’endettement de la Mauritanie a presque plafonné.


Les Présidents mauritanien et chinois accompagnés de leur épouse
Les Présidents mauritanien et chinois accompagnés de leur épouse
 Aziz aurait reconnu effectivement que l’assainissement de Nouakchott n’était pas réellement une priorité face aux défis posés par les déficits criards en matière d’infrastructures de base, en matière de routes, de centres de santé, d’écoles...
 
Le réaménagement du centre ville de Nouakchott aurait pu aussi coûter à l’Etat mauritanien, selon les informations fournies par un économiste, le triple voire le quadruple de ce qu’il allait décaisser pour l’assainissement. Imaginez le nombre de goudron à casser, le nombre d’édifices publics à démolir, de familles à déménager…

Aussi, le projet d’assainissement retenu ne viserait que les communes périphériques, comme Sebkha, El Mina, le Nord de Tevragh-Zeine pour une enveloppe d’environ 65 Milliards d’UM sur un financement d’un groupe financier indien. Et cette enveloppe va alourdir davantage la dette publique mauritanienne, dont le service de la dette seulement représenterait actuellement quelques 15% du PIB.

Ce taux étant progressif, il friserait d’ici deux ou trois années 20 à 30 % du PIB. Le drame est qu’il n’y a pas de ressources qui entrent, avec le prix du fer aussi bas sur le marché mondial de telle sorte que certains évoquent les mesures drastiques que la SNIM pourrait prendre sous peu, avec l’épouvantail d’une compression du personnel que certains prévisionnistes agitent ; une compression qui pourrait laminer la société à partir de sa tête.
 
Beaucoup d’économistes s’accordent à dire que la situation économique et financière du pays est dans une pente dramatique. L’attesterait, le départ précipité de la dernière délégation du FMI, qui avait séjourné ces derniers jours à Nouakchott et qui n’aurait pas été convaincue ni par les chiffres qu’on lui avait présentés ni par les fausses performances miroitées. Il s’agirait paraît-il d’une nouvelle équipe qui aurait succédé à l’ancienne dont les conclusions toujours mirobolantes pour la Mauritanie semblent cette fois avoir été battues en brèche.
 
Entre autres causes qui expliqueraient la déconfiture économico-financière actuelle, les mauvais choix économiques, l’investissement public dans des secteurs improductifs, l’incompétence de l’équipe économique qui a géré, et de la pire des manières, la période d’euphorie financière que le pays avait connue entre 2010 et 2014, et qui aurait drainé dans les caisses de l’Etat quelques 300 Milliards d’UM, soit l’équivalent de la SNIM en 15 années sous Heyine.

Mais comme la « SNIM Ma Ndorou Barkat Ha » comme Aziz l’aurait déclaré dans une rebuffade à quelqu’un qui lui conseillait de ne pas dilapider les recettes faramineuses obtenues durant la période d’euphorie financière, cette société minière a servi de vache à traire à toutes les folies du pouvoir, aviation, aéroport, transport, manifestations de prestige, routes, campagnes politiques…

C’est surtout l’ampleur de la corruption qui a atteint les sommets les plus inimaginables ainsi que l’orientation de la politique économique basée en grande partie sur le secteur de l’importation, ajouté à la faillite du système bancaire et la recrudescence de la thésaurisation qui fait aujourd’hui seuls environ 10 Milliards d’UM sont dans les banques et plus de 300 Milliards d’UM sont dans des coffre-fort familiaux, tout cela est venu s’ajouter au marasme général.
 
Encadré
 
Pour donner une illustration de l’ampleur de la corruption, imaginez que tout le volet communication d’un des départements de l’Etat don nous tairons le nom, une enveloppe de 100 millions d’UM a été exclusivement accordée à deux individus, dont l’un est dans la presse privée et l’autre n’a qu’une lointaine attache avec le monde de la presse, son seul crédo est qu’il est le frère de…

Je passerais rapidement sur d’autres privilèges indus obtenus par un journaliste, parmi les moins en vue d’ailleurs, et qui aurait sur simple recommandation dégotté la bagatelle de 25 Millions d’UM à lui tout seule auprès d’une importante société publique à Nouadhibou.

Alors que le reste de la presse privée est en train de mourir, des gens qui n’ont ni journaux, ni sites ni quoi que ce soit se sucrent tout seuls sur les budgets de communication faramineux logés dans chaque département de l’Etat. Sans recommandation de quelques puissants, ces fonds sont interdits à la presse privée, selon « des instructions fermes reçues d’en haut »
 
C.A
lauthentic.info
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires