Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Convention pour l’alternance pacifique: “Non à un nouveau dialogue”


Actu Mauritanie
Vendredi 25 Mai 2012 - 15:15


Convention pour l’alternance pacifique: “Non à un nouveau dialogue”
Les trois partis se réclamant toujours de l’opposition et qui viennent de fonder une nouvelle structure politique : Convention pour l’alternance pacifique, ont tenu, lundi, au siège du parti Wiam, un point de presse au cours duquel ils avaient réaffirmé leur opposition à tout nouveau dialogue politique dans le pays. Les présidents des trois partis regroupés au sein de la ‘’Convention pour l’Alternance pacifique’’ : Messaoud Ould Boulkheïr (APP), Boidjel Ould Homeïd (Wiam), Abdesselam Ould Horma (Sawab) avaient animé, avant-hier, une conférence de presse au siège du parti Wiam. Objectif : faire entendre leur voix par rapport à certains points qui reviennent souvent, ces derniers temps, dans le débat politique. Surtout l’ouverture d’un nouveau dialogue entre le pouvoir et l’opposition.

Une perspective balayée d’un revers de main par les partis de la Convention. Ils le disent haut et fort : ils s’opposent à tout nouveau dialogue politique entre les belligérants de la scène politique. Leur raison est simple : le dialogue de l’année dernière avait ‘’satisfait à plus de 95% des doléances de l’opposition’’. Revenir à la table des négociations de nouveau parait, à leurs yeux, comme tout simplement une perte de temps pour le pays.

En plus de ce motif avoué, il y a le fait que de nouvelles négociations entre le pouvoir et l’opposition feront perdre à ces formations politiques la position très confortable d’unique partenaire pour le camp présidentiel. Un scénario qu’ils ne souhaitent pas du tout voir se réaliser et contre lequel ils ont déjà engagé leur bataille. 

Pour cela ils s’accrochent aux résultats du dialogue entre elles et le pouvoir et pressent ce dernier à l’application de ces clauses. Déjà le pouvoir avait fait passer les amendements constitutionnels préconisés dans le document du fameux dialogue. Tout comme, il a promulgué la loi relative à la mise en place d’une commission électorale nationale indépendante.

Ce début d’exécution des changements prévus dans le dialogue semble insuffisant et n’a pas empêché certaines personnalités et des partis de la majorité à demander une nouvelle entente entre les partis de la Coordination de l’opposition démocratique (COD) et le régime afin de sortir le pays de la logique de confrontation. Une position qui est soutenue par les partenaires étrangers de la Mauritanie, particulièrement l’ancienne puissance coloniale, la France. Son ambassadeur avait même invité à déjeuner les adeptes du “redialogue”.

Tirer sur la COD

Critiquer les partis de la COD parait être devenue une option stratégique chez les partis de la Convention pour l’alternance pacifique. Au cours de leur point de presse du lundi, ils n’avaient pas oublié de satisfaire à ce rite. Le président de l’Assemblée nationale, Messaoud Ould Boulkheïr a dit que ‘’certains des apôtres de la révolution aujourd’hui n’ont rien à voir avec la culture de l’émancipation et de la libération’’. Il poursuit, ‘’certains d’entre eux ont refusé de me soutenir au cours des dernières élections parce j’étais esclave’’…
Généralement plus modéré et moins tranchant dans le langage, Boidjel Ould Homeïd a surpris par ses réponses dans le point de presse. Il s’est dit, par exemple, opposé à l’autorisation de la constitution d’un parti d’obédience islamique. Par rapport à l’éventualité d’une révolution dans notre pays, il a dit qu’elle est tout simplement impossible parce qu’il connait bien les animateurs de l’opposition qui militaient avec lui au sein du FNDD, l’ancienne structure mis en place par les partis qui s’étaient opposés au putsch de Aziz en 2008. Il ajoute, ‘’celui qui craint l’eau froide et la police ne peut pas aspirer à fabriquer la révolution…

Ont-ils oubliés qu’ils sont opposants et que la logique veut qu’ils s’attaquent au pouvoir et non pas à ceux qui s’opposent à lui ? Certainement pas. Mais en politique, la règle est de s’en prendre d’abord à celui qui gène ta position ou qui chasse avec toi sur le même terrain. Et c’est exactement ce que font les partis de la nouvelle convention pour l’alternance pacifique. Comme quoi on a vu tout dans ce pays où une opposition s’attaque à une opposition et un camp du pouvoir qui s’adonne aux graffitis pour faire valoir ses positions politiques.


Mohamed Mahmoud Ould Targui
rimbiladi


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires