Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Convention de pêche avec les chinois : Pillage en attendant le démarrage…


Economie
Samedi 29 Septembre 2012 - 10:28

La convention de pêche signée, il y a un an et demi, entre l’Etat mauritanien et la société chinoise Poly-hondone Pelagic Fishery.Co continue de provoquer beaucoup de bruit et suscite vraiment la colère au sein des milieux de pêche. L’usine, dont la construction est achevée, n’a toujours pas démarré mais les bateaux, particulièrement les céphalopodiers, prévus dans l’accord, pêchent depuis plus de quatre mois chez nous et vendent leur production sans se référer à personne. Un privilège qui n’est pas accordé à n’importe qui, n’est-ce pas ?


Convention de pêche avec les chinois : Pillage en attendant le démarrage…
Il est vrai que la convention de pêche entre les chinois et l’Etat mauritanien n’a jamais eu bonne presse dans l’opinion. [Le débat qu’elle a suscité au sein du parlement et au cours duquel ses détracteurs, les députés de l’opposition, avaient pris le dessus a bien contribué dans ce discrédit]url:http://noorinfo.com/Convention-de-peche-Mauritanie-Chine-Deputes-et-professionnels-s-erigent-contre-un-blanc-seing-pour-un-pillage-organise_a126.html . Mais il faut tout de même accepter que cette convention accorde tous les privilèges à un partenaire difficile à traiter, véreux et qui bénéficie de complicité réelle dans les hautes sphères de l’Etat ou de ses plus proches soutiens. Au sens propre et au figuré.

C’est certainement ce qui explique que l’entreprise chinoise puisse se permettre de traîner et ralentir le démarrage de son usine, censée accueillir plus de 2000 travailleurs mauritaniens, mais dont la rentabilité n’est, peut-être, pas garantie. Du moins rapidement.

En effet Poly-hondone Pelagic Fishery.Co s’est limitée jusque-là à exécuter les parties qui l’arrangent du contrat léonin qui la lie avec la partie mauritanienne. Ainsi, elle a fait entrer, dans nos eaux territoriales, depuis déjà quatre mois, les bateaux qui pratiquent la pêche de fonds, l’un des chaluts à bœuf et plusieurs petits bateaux qui opèrent prêt de la côté, et qui, tous ne pêchent que le fonds. Les navires senneurs qui doivent théoriquement alimenter l’usine n’ont toujours pas été amenés dans notre pays.

L’autorité compétente, si on ose le dire, en pareille occurrence, le ministère des pêches, n’a pas jusqu’ici levé le petit doigt pour signifier au partenaire encombrant et gâté de satisfaire aux exigences de l’accord afin d’exécuter toutes ses clauses. Peut-être qu’il comprend bien ses limites ou plutôt les limites de ses prérogatives…’’Clémence pour celui qui sait mesurer sa taille, et se contente d’une posture bien en deçà.’’ Dit l’adage arabe...

En attendant de voir si les chinois vont enfin faire marcher leur usine, on dénonce, dans les milieux de la pêche, la pêche du poisson de fonds avec des méthodes archaïques et nocives pour la pérennité de la ressource. En attendant, les chinois vendent sur le marché au nez et à la barbe de la SMCP et ne rendent compte à personne.

L’accord, qui leur accorde tous les privilèges, ne prévoit pas pourtant ce cas de figure: pêcher dans les conditions avantageuses pour simplement vendre le poisson. Sinon pourquoi exclure les européens de la pêche des céphalopodes ? Ceux-ci exerçaient au moins dans un cadre moins opaque, l’accord de pêche Mauritanie-UE.

Tout cela se passe au moment où le secteur des pêches connait des difficultés énormes et suscitent tous les bruits à cause du débarquement d’un peu moins de trois mille personnes des bateaux européens et ceux des licences libres. Jusqu’ici, le gouvernement s’est limité à gérer le côté visible de l’affaire : exiger le versement des droits revalorisés des travailleurs.

Une action certes positive mais qui constitue juste un calment et non pas un remède à un problème qui apparaîtra, souligne un observateur, au lendemain de l’arrêt biologique, dans quelques jours. Après cela, poursuit-il, les travailleurs auront consommé leurs maigres droits et reviendront nécessairement de nouveau dans la capitale économique chercher du boulot.

B'...
pour Biladi
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires