Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Contribution à une meilleure lecture des propos de M. Messoud sur TVM


Tribunes
Dimanche 27 Mai 2012 - 12:49

L’entretien que vient d’accorder M. Messoud Ould Boulkheir à la TVM a levé le voile sur bien des questions que se posaient les Mauritaniens, aussi bien sur l’actualité politique que sur la vision que se fait le Président de l’APP du futur immédiat du pays.


Contribution à une meilleure lecture des propos de M. Messoud sur TVM
Cependant, bien des téléspectateurs sont restés sur leur soif, enregistrant quelques points d’inquiétude suscités par la position de M. Messoud sur des questions considérées comme essentielles.

D’abord à propos de la question de l’esclavage sur laquelle Messoud était particulièrement attendu suite à ses déclarations de la veille, affirmant, haut et fort, que l’esclavage existe bel et bien en Mauritanie. Que la loi l’a criminalisé, alors que des cas récents sont enregistrés, mais qu’aucun procès n’a été tenu et aucun « contrevenant » n’a été condamné.

De telles déclarations, qui contredisent le discours officiel, affirmant « qu’en Mauritanie il n’ya plus comme esclaves que ceux qui veulent le rester », devraient, en toute logique, avoir pour conséquence immédiate, la création, par le Président de l’Assemblée Nationale, d’une commission parlementaire indépendante, pour éclairer l’opinion sur l’application de la loi criminalisant l’esclavage et sur la suite donnée par la justice aux plaintes déposées contre des auteurs da cas avérés de pratique d’esclavage, souvent sur des mineurs.
Sur ce point, M. Messoud, a laissé bien des téléspectateurs, dont probablement les nombreux militants des droits de l’homme que comptent l’APP et El HOR, face à de grandes interrogations.

Sur son appréciation de la crise multiformes que connaît le pays, les solutions envisagées pour en sortir, les résultats du dialogue et leur applicabilité, le Président Messoud a réussi, sans grande difficulté, à « glisser » entre les doigts des journalistes, sans donner de réponses convaincantes.
En effet, le fait d’affirmer que « la révolution ne peut jamais être envisagée comme solution pour les problème de la Mauritanie », que la COD ne compte que deux partis politiques (sur 12) puisque les autres « doivent d’abord exister », est un peu réducteur, à la fois pour l’envergure politique de M. Messoud, lui-même, et pour la contribution qu’il pourrait attendre des ses compagnons historiques de l’opposition, pour la restauration de la démocratie et la fin des régimes d’exception.

Sur la question du « passif humanitaire », le vide, l’amnésie, se sont emparés de la question, ne laissant à M. Messoud d’autre choix que de l’esquiver. Etant donné que la non réponse à une question de cette taille peut être interprétée de mil et une manières, il faudra plus que de simples téléspectateurs pour l’apprécier. On peut ne pas regretter d’avoir raté le convoi et la prière d’INAL, mais profiter du passage à la télé et des questions des journalistes pour formuler, publiquement, sur TVM, le vœux qu’une commission d’enquête sur les événements en question, soit mise sur pieds, comme le réclame « tout le monde », y compris certains bourreaux eux-mêmes, pour se laver. Dommage, l’occasion était pourtant bonne.

Soueylem Val
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter