Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Contre Aziz, Il n’y a pourtant plus que cette carte à jouer…


A.O.S.A
Samedi 6 Juin 2015 - 12:41


Contre Aziz, Il n’y a pourtant plus que cette carte à jouer…

Le luxe du pouvoir et l’une des plus pathétiques victoires d’Aziz sur l’opposition, c’est de la battre même sur le terrain démocratique à savoir la rue. Pourquoi laisser Aziz parcourir tranquillement les 4 coins du pays en ayant pour perturber la promenade de santé que quelques audacieux militants hélas en trop petit nombre ? Pourquoi n’avoir pas profité des balades présidentielles pour aller aussi vers les populations en faisant partout des contre-meetings et en préparant partout des « guérillas » démocratiques à base de slogans, banderoles et tout le boucan nécessaire là où Aziz passerait ?


Pourquoi n’être pas allé aussi au contact des populations comme Aziz pour déconstruire en live et in media res son discours et son bilan ? Aziz ne demandait certainement que ça pour en découdre, il n’a rien trouvé devant lui sinon ici et là, quelques militants vite coffrés ou un rappeur laissé presque pour mort histoire de faire un exemple. 


Au lieu de ça, l’opposition reste à Nouakchott où elle fait désormais une marche tous les six mois pour se dégourdir les jambes ankylosées par les salons où toutes les révolutions naissent dans la fièvre de l’esprit pour s’éteindre sitôt sonnée  l’heure du tagine. Sinon l’opposition se contente de convoquer un leux pour faire un communiqué pour dénoncer in vitro « la mascarade » « la visite carnavalesque » et autres petites formules comme autant de private joke qui ne font plus rire que les incapables.


Face à un régime militaire civilisé qui se paye le luxe de cultiver un discours démocratique, il est peut-être temps pour l’opposition radicale de penser à d’autres modes d’action en occupant le terrain de sorte à pousser le pouvoir à la faute pour lui retirer ce vernis démocratique et qu’il montre son vrai visage, celui d’un régime vertical. Si l’opposition ne peut même pas perturber démocratiquement les balades du président dans le pays, c’est qu’il n’y a vraiment plus rien à espérer.


D’ailleurs ce qui est étonnant quand on regarde les populations venues courir après le cortège présidentiel, il semble que toute la Mauritanie soit noire ! Les blancs restent dans les maisons sauf les mains tendues qui attendent le président quand il descend de son carrosse pour saluer les tributaires. Quand on sait l’ennui qui se passe dans ces villes, l’arrivée du président et son cortège de bolides représente en termes de divertissement l’événement de l’année. Faut pas s’étonner que tous les badauds, les pauvres diables et les enfants des rues viennent courir autour d’Aziz, le président du syndrome de Stockholm.


Même les islamistes de Tawassoul ne peuvent plus parler la bouche pleine depuis qu’Aziz leur a mis dans la bouche la cagnotte et les privilèges de chef de file de l’opposition.


Le mieux à faire pour animer un peu la scène politique, c’est dissoudre l’assemblée. Ça va occuper tout le monde quelque temps histoire de sortir de cette léthargie avilissante pour les téléspectateurs de la TVM.

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires