Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Conseil des ministres : centralisation, réseau routier, et "cassage" de procédure


Actu Mauritanie
Vendredi 20 Septembre 2013 - 10:41

Le conseil des ministre du jeudi 19 septembre marquait la première du tout nouveau gouvernement d'Ould Laghdaf, le premier ministre mauritanien. Au menu : l'ENER aura du boulot de 2013 à 2015, et une zone pétrolière échappe mystérieusement à toute procédure d'appel à la concurrence.


Ce conseil a également évoqué la situation des accidents de la route "équivalente à celle de 2012".
Ce conseil a également évoqué la situation des accidents de la route "équivalente à celle de 2012".
D'abord, un projet de loi "vise à confier la construction et la réhabilitation de la voierie urbaine à l'Etablissement National de l'Entretien Routier (ENER) compte tenu de l'ampleur du développement, ces dernières années, du réseau routier et des limites techniques qui empêchent les communes à y faire face". Un, ledit "développement" du réseau routier a été bien arrêté par les quelques gouttelettes de ces derniers jours, mettant à nu le peu de qualité mis en chantier à l'ENER dans la construction des routes, mal planifiées et conçues.
 
Deuxièmement, "les limites techniques des communes": comme le rappelle le même jour la cérémonie de transfert de biens financés par la coopération espagnole, dans le cadre de la décentralisation, il faut débloquer les communes en leur permettant de s'approprier les objets (cadre administratif, légal et biens) pour qu'elles puissent mener à bien leurs missions communales. Or ce blocage existe encore.
 
Parallèlement, Ould Laghdaf a présenté une communication relative à l'état d'avancement des "projets structurants mis en oeuvre par le Gouvernement". "Dans ce cadre, le Président de la République a réitéré ses instructions en vue d'accélérer l'exécution des Projets de développement en rapport avec l'accès des citoyens aux services de base, notamment les infrastructures routières, l'assainissement, l'eau potable, la santé et les ouvrages collectifs". Son ministre de l'intérieur aurait dû les informer que plus tôt dans la journée de leur conseil, dans ses propres locaux, 35 maires d'une demi-douzaine de wilayas du pays, tombaient d'accord avec le directeur des collectivités locales, ainsi que les partenaires financiers européens, que ces besoins ne pouvaient efficacement être satisfaits que dans un cadre local, dans un processus de décentralisation.

"Cassage" de procédure
 
La deuxième mesure importante de ce conseil des ministres new look, tient à un projet de décret "portant dérogation à la procédure d'appel à la concurrence pour une zone du domaine pétrolier". "Le présent projet de décret vise l'obtention d'autorisation en vue de déroger à la procédure d'appel à la concurrence pour une zone du domaine pétrolier définie comme étant le bloc-1 du Bassin Côtier" explique le communiqué du gouvernement.

Pour quelles raisons supérieures engageant les intérêts des mauritaniens, un tel tour de force de la procédure légale tente-t-il d'être effectué? On ne l'explique pas. On nous informe juste. Le reste se passera entre les gens sérieux qui président aux destinées mauritaniennes.
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires