Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Conseil de sécurité de l'ONU: La Mauritanie reste sans voix


Actualité
Samedi 22 Octobre 2011 - 15:14

Le Pakistan, le Maroc, le Guatemala et le Togo ont été élus vendredi membres du Conseil de sécurité pour une durée de deux ans à compter du 1er janvier, lors d'un scrutin organisé à l'Assemblée générale des Nations unies. La Mauritanie qui a beaucoup espéré pour ce scrutin, repart bredouille.


Le lieu de réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
Le lieu de réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
La Mauritanie s’est activée de longs mois sur le plan diplomatique pour s’adjuger un siège non-permanent au Conseil de Sécurité dont le renouvellement des mandats des membres non permanents s'est effectué ce vendredi 21 octobre à New York. Pourtant très optimiste durant la campagne de séduction pour l'obtention des voix, la Mauritanie est repartie complètement bredouille, derrière le Maroc qui a obtenu 151 voix, contre 61 pour la Mauritanie; mais aussi derrière le Togo qui a recueilli 131 voix.

Un cuisant revers, alors que, contre tout réalisme, la plupart des médias nationaux, et certains cadres du ministère des affaires étrangères, évoquaient, «un match très serré entre le Maroc et la Mauritanie». On a parlé alors du «lobbying forcené» mené par le ministres des affaires étrangères et de la Coopération, Hamady Ould Hamady, lors de la Conférence des Pays Non Alignés, qui s’est tenue à Belgrade au début du mois de septembre.

Mais cette vérité des urnes met à jour les conséquences «logiques», selon un ancien ambassadeur mauritanien à la retraite, d'une politique étrangère non concertée, et ne «tenant pas compte des intérêts suprêmes du pays» explique-t-il. Le soutien indéfectible et quasi-unique à Bachar Al Assad, qui continue à tirer sur sa propre population en Syrie, alors que le monde entier lui tourne le dos, «a forcément joué» argue l'ambassadeur. Ou encore la lune de miel avec le régime iranien, dont le chef, Mahmoud Ahmadinajad, récemment de bref passage à Nouakchott, honni par la plupart des pays arabes du Maghreb, du Moyen-Orient, mais aussi par la quasi-totalité du monde Occidental. Et avant même ce vote, notamment celui des pays du Golfe, des anecdotes mettaient en lumière cette tension. Comme celle-ci: Lors d'une escale à Dubaï, il y a un mois, à son retour de Chine, Mohamed Ould Abdel Aziz a refusé de descendre de son avion, après avoir été informé de la réduction du niveau de son accueil, à l’aéroport. «Il s’agit d’un message de protestation contre le développement des relations irano-mauritaniennes couronnées par la visite du président iranien, à Nouakchott», expliquait alors une source diplomatique citée par l'ANI.

Les marocains jubilent à l'annonce des résultats des votes, ce vendredi 21 octobre 2011
Les marocains jubilent à l'annonce des résultats des votes, ce vendredi 21 octobre 2011
«Le Maroc a bossé»

Coté marocain, la diplomatie a été mise en branle des mois avant celle mauritanienne. Et elle a réussi à briguer son troisième mandat onusien après celui accompli entre 1962-63, et entre 1992-1994. Le Royaume chérifien a bénéficié de l'appui fort de la Turquie et de la plupart des monarchies du Golfe.

Le ministre marocain des affaires étrangères, Taib Fassi Fihri, indiquait durant tous ses points de passages en Afrique, comme en dehors du continent, que la candidature marocaine, était «en premier lieu et avant tout, une candidature de l'Afrique au service de l'Afrique». Il a toujours insisté sur l'engagement du Maroc à «tirer profit de son mandat» pour «promouvoir la voix du continent et défendre ses intérêts». «Beaucoup de voix africaines, que la Mauritanie espérait compter pour elle, se sont dirigées vers le Maroc, qui a eu un discours panafricain dans sa campagne de lobbying. Ils ont bien bossé en ce sens là».

Hamady Ould Hamady, ministre des affaires étrangères et de la coopération
Hamady Ould Hamady, ministre des affaires étrangères et de la coopération
Une diplomatie en échec

Ce travail de lobbying n'aurait pas été fait par la diplomatie mauritanienne. «Cet échec est celui de tout le ministère de tutelle, avec à sa tête Hamady Ould Hamady; mais aussi du délégué permanent de la Mauritanie à l'ONU,Abderrahim Ould Hadrami qui devait être admis à faire valoir ses droits à la retraite depuis février 2011 et qui est resté à son poste contre toute-logique, du Commissaire aux Droits de l’Homme Ould Khattra, du représentant de la Mauritanie à Genève Ould Zahav et de toute la diplomatie mauritanienne» estime le site d'informations à chaud mauritanie24.

«Je rappelais sur votre site il y a quelques semaines déjà, que 3/4 de la diaspora mauritanienne se trouvait en Afrique noire; et par rapport à ça au moins, les liens avec l'Afrique auraient dû être, devraient être plus importants. Un pays n'a que des intérêts. Et toute la stratégie diplomatique doit aller en ce sens des intérêts du peuple mauritanien. Beaucoup des voix africaines se seraient alors reportées sur la candidature de la Mauritanie» estime Ely Ould Alaf, ancien ambassadeur, à la retraite.

Quant aux voix orientales, particulièrement arabes, «les mauritaniens ont fait preuve de naïveté» continue l'ancien diplomate. ««Le Moyen-Orient est assurément la zone du monde la plus complexe. Et les mauritaniens en réalité ne comprennent rien à ce qui s'y passe. On devrait être moins naïf, plus prudent quand on s'y aventure. Surtout quand on ambitionne d'avoir un rôle même temporaire au conseil de sécurité de l'ONU» conclut Ould Allaf.

Actuellement trois pays africains, le Nigeria, le Gabon et l’Afrique du Sud siègent au Conseil onusien de sécurité et dont les mandats (de deux ans) s’achèvent respectivement en 2011 pour les deux premiers et en 2012 pour le dernier.

Mamoudou Lamine Kane


Repères:

Le Conseil de sécurité comprend 15 sièges dont 10 non permanents tournant en alternance entre les pays membres de l’ONU par vote. Les sièges permanents, qui détiennent le pouvoir du veto, sont occupés par les USA, la Russie, la Chine, La grande Bretagne et la France. Une réforme est prévue pour élargir le nombre des pays membres permanents au Conseil de Sécurité pour l’amener à 10. La Turquie, le Brésil, le Canada, le Japon, l’Allemagne, la Suède, l’Italie, l'Argentine, l’Inde, l’Australie, l'Afrique du Sud, le Nigeria et le Pakistan se disputent le podium onusien.
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires