Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Communication: L'éclosion d'un secteur en croissance


Economie
Jeudi 6 Octobre 2011 - 15:00

Depuis 2005, on est passé, selon tous les patrons de boîtes de communication à Nouakchott, d'une inexistence de ce secteur, en termes professionnels, à un secteur aujourd'hui «embryonnaire, mais vivace». Panorama.


Communication: L'éclosion d'un secteur en croissance
À Nouakchott, on ne peut pas échapper à chaque rond-point, ou à chaque carrefour important de la ville, à un panneau publicitaire vantant les services méritocratiques de tel ou tel opérateur de téléphone, des doux bienfaits de telles couches de bébé. Vous ne leur échapperez pas non plus à la télévision, ou dans la presse.

Indéniablement l'explosion du service des téléphones portables a considérablement poussé la création des boîtes de communication mauritaniennes. «Le secteur de la télécommunication est un secteur à forte concurrence, surtout avec l'arrivée de Chinguitel, qui a boosté la communication des deux autres opérateurs, qui devaient bien, pour émerger de ce triumvirat, repenser et redynamiser leur stratégie de communication afin de faire fasse au nouvel arrivant» analyse Karim El Jailani, PDG de 308 Productions, une des premières boîtes de communication professionnelles à Nouakchott.

Mohamed Ould Hassen, PDG de Iris Multimédias, autre leader du secteur, abonde en ce sens. «Chinguitel a ravivé la concurrence dans le domaine des télécommunications, et permis au marché de la communication de faire un bond en avant. Mais la qualité n'y a pas forcément gagné» affirme le président de Iris Multimédias.

La concurrence donc, une forte corrélation à l'émergence de ce secteur. «Il y avait deux ou trois boîtes avant 2005, qui n'étaient pas réellement des structures de communications mais plutôt des boîtes de production qui ne disaient pas leur nom. En fait, avant cette date, la communication professionnelle n'existait pas en Mauritanie» constate Karim El Jailani.

«Les opérateurs et les entreprises étrangères ont résolument permis au marché d'assister à une explosion de l'offre et de la demande dans notre secteur» affirme satisfait Souleymane Ould Daddah, PDG de Crea COM, un des leaders nationaux.
C'est ainsi par exemple, que par rapport au budget d'une publicité télévisée d'un opérateur, ou d'une grosse structure d'entreprise, on est passé d'un coût moyen pour la confection d'une pub, de 200.000 UM à 1.600.000, soit une multiplication par 8 en cinq ans.

Mais ce ne serait pas la seule raison de l'éclosion, même embryonnaire de leur secteur d'activité. «Les opérateurs et les entreprises d'investissement, sont arrivés à un moment où les nouvelles technologies de l'information et de la communication explosaient avec internet, la télévision accessible à tous et le téléphone portable. Du coup, ces mêmes opérateurs et quelques-unes de ces sociétés étrangères se sont adaptés à cette abondance de supports multimédias qui appelaient nécessairement une relative abondance de communication, pour intégrer leurs produits, leurs services dans les habitudes de comportement des consommateurs. Pour y arriver, les budgets de communications ont été significativement augmentés» expose longuement Souleymane Ould Daddah.

L'inexistence d'un tel secteur était aussi dû à des situations de monopoles dans tous les secteurs d'activités de l'économie. «Il ne faut pas oublier que nous étions dans un système médiatique où les médias publics ultra-subventionnés n'avaient pas besoin de publicités; ils étaient juste des instruments de propagande» explique le jeune président de 308 Productions. ««Depuis 2005 la Mauritanie a réalisé des progrès importants en terme de liberté d’expression, de démocratisation et de libéralisation économique. Que peut-on espérer de mieux, nous les communicateurs!?" continue-t-il.

Les opérateurs téléphoniques sont le principal déclencheur de ce secteur
Les opérateurs téléphoniques sont le principal déclencheur de ce secteur
Des structures de communication plus professionnelles

Avec la timide émergence de boîtes professionnelles, et avec l'arrivée des premiers gros appels d'offres, «pas mal de boîtes sacs à dos sont venus se greffer au niveau de l'offre, qui en réalité est composée de trois ou quatre vraies boîtes de communications» souligne Mohamed Ould Hassen.
Mais avec le temps, et l'arrivée de demandeurs de leurs services, issus des ONG et des institutions internationales, en quête de qualité, «il y a eu un élagage au niveau du marché, grâce à ces structures internationales qui ont commencé à travailler il y a deux ans avec les opérateurs nationaux, et qui elles sont demandeuses de qualité et de professionnalisme» continue-t-il.

Au-delà de la structure du marché même, la formation des ressources humaines de ce secteur est plus importante, car les jeunes percevraient de plus en plus des débouchés futurs dans cette branche, en Mauritanie. «Il y a de plus en plus de demandes de stages, de plus en plus d'étudiants dans le domaine de la communication, qui sont de mieux en mieux formés, notamment au Maroc ou au Sénégal. Cette dernière année, j'ai eu autant de demandes de stages et d'emplois que lors des dix années précédentes!» explique le PDG de Iris Multimédias.

Façade de Créa Com à Nouakchott
Façade de Créa Com à Nouakchott
Une demande à dynamiser

Dans un marché où une grosse majorité de la demande émane des opérateurs téléphoniques, et sporadiquement de structures étrangères, de commerçants nationaux, et des institutions, le tissu économique, notamment des petites et moyennes entreprises (PME) ne permet pas encore au secteur de s'épanouir totalement, même si les choses évoluent.

C'est fort de ce constat que le PDG de 308 Productions compte lancer une émission mensuelle à la TVM pour justement présenter ce tissu en quête de vigueur. «Il y a beaucoup d'entreprises déterminés, dynamiques, mais dont le mode de fonctionnement est relativement opaque, qu'on ne connaît pas, et dont on veut présenter les activités, pour montrer que le secteur privé mauritanien est dynamique, pourvoyeur d'emplois, et surtout citoyen» souligne Karim El Jailani.

«La comm' en Mauritanie est un secteur où une partie de la jeunesse peut trouver sa place, si le secteur des entrepreneurs privés se dynamise, car on n'a pas besoin de beaucoup de moyens pour débuter. Mais attention, je parle de communication, pas de production» rappelle-t-il.

Mattel, comme Mauritel ou Chinguitel ont participé à éveiller une conscience consumériste et à un changement de mentalité par rapport à la publicité
Mattel, comme Mauritel ou Chinguitel ont participé à éveiller une conscience consumériste et à un changement de mentalité par rapport à la publicité
Un changement des mentalités

Un des plus grands défis, voire le plus grand défi, auquel se sont confrontées les entreprises de communication en Mauritanie, est clairement à l'unanimité, la mentalité défiante vis-à-vis de la publicité, des patrons d'entreprises du pays.
«Non! Me disait-on. Si je fais de la publicité, on va dire que mon produit n'est pas bon. Toute publicité était automatiquement assimilée dans l'esprit des entrepreneurs à de la publicité mensongère, qui ferait percevoir négativement ses produits par le consommateur» se souvient Mohamed Ould Hassen.

Karim El Jailani est tout aussi amusé quand il raconte cette période où les entreprises jouaient la carte de la discrétion. «La publicité ne pouvait convenir qu'à un mauvais produit, qui n'arrivait pas à se vendre. Quelle utilité d'une pub, si mon produit marche? Me rétorquait-on» raconte-t-il.

Aujourd'hui, avec la professionnalisation du secteur, l'intégration de la notion de communication et le consumérisme qui touche aussi la Mauritanie, les choses ont changé. «Les concepts d'études de marchés, de cibles, d'objectifs, et des moyens d'atteindre ces objectifs intégrés par les nouvelles boîtes de communication, ont permis à la pub mauritanienne d'avoir un plus fort impact sur le consommateur» estime Souleymane Ould Daddah.

Mamoudou Lamine Kane
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires