Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Comment la COD s’est piégée


Vu de Mauritanie par MFO
Dimanche 6 Octobre 2013 - 19:45


Comment la COD s’est piégée
Autres articles
Il y a eu d’abord l’épisode de la plate-forme commune. Celle qui a vu tous les partis se réunir et définir ensemble les contours d’une plate-forme revendicative rassemblant les sujets autour desquels le dialogue doit s’engager avec la Majorité. C’est à ce moment-là qu’il faut situer aussi la volonté – plus ou moins évidente – de faire «hiberner» l’Institution de l’Opposition en attendant de lui donner la mort («clinique» et dans un deuxième temps «biologique»). Pour la remplacer par un regroupement dont on peut discuter, le moment venu, de la légitimité ou de la légalité.

Suivra l’épisode qui verra une partie de cette Coordination de l’opposition s’affranchir de ses engagements, poser «la réalisation de préalables» pour tout dialogue avec la Majorité et décider de ne pas participer au processus qui s’ouvre en grande pompe au Palais des Congrès. Avec la participation de deux grands partis de la COD : Alliance populaire progressiste (APP) de Messaoud Ould Boulkheir par ailleurs Président de l’Assemblée nationale, et Al Wiam de Boydiel Ould Hoummoid, qui seront rejoints par le parti Sawab des Baaths dirigés par Abdessalam Ould Horma. En fait, les partis qui formaront la Coalition pour une alternance pacifique (CAP).
 
Vient ensuite l’épisode des «initiatives» qui a vu les groupes, les individus, les partis et même les regroupements de partis s’embarquer dans tentatives de «réconciliation politique». La plus emblématique de ces initiatives était celle proposées par le Président Messaoud Ould Boulkheir. Elle comportait le traitement de vraies questions de fond, mais l’on n’en retiendra que le volet «constitution d’un gouvernement national». Malgré les déclarations publiques du Président Ould Abdel Aziz, de nombreux leaders vont s’accrocher à cette idée de gouvernement de consensus. Cela va occasionner une ruée de petits partis qui se trouvaient à l’étroit ailleurs vers la CAP et, en même temps, encouragera les composantes de la COD à trainer. Alors que l’échéance électorale se rapprochait inexorablement.

Entretemps, il semblait que le pays revenait à cette configuration de 2009 où la scène se divisait en trois «pôles politiques» : la Majorité (qui est la même), la CAP (qui ferait le rôle du FNDD) et la COD (un peu plus que le RFD de l’époque). Comme s’il suffisait d’avoir cette configuration qui rappelle celle d’avant, les leaders ont commencé à croire que le Destin mènera droit vers un accord comme celui de Dakar. Tout semblait aller de soi. Nouvelle source de nonchalance. Le temps passe.
 
Vint enfin le temps du rabattage. Il faut l’appeler comme ça parce qu’il correspond à une étape où il fallait rabattre le maximum d’acteurs pour légitimer les élections et, éventuellement, laisser se débattre à la marge les plus caciques des protagonistes.
 
Cela a commencé par les avances faites par le Président de la République à Néma. Mais au lieu de croire à une porte ouverte, la COD est entré dans un cycle de débats internes qui ne menaient visiblement nulle part. Tout le monde savait que ce qui unit ces partis, ce n’est pas une vision commune du monde, ce n’est pas un parcours commun, ce n’est pas une tradition commune du combat, ce n’est même pas une espérance commune d’un avenir commun… Rien que la haine d’un homme qui a commis deux actes fondamentaux : le 3 août 2005 et le 6 août 2008. Les deux actes mettaient fin à l’hégémonie de certains clans dont la grande partie, «blanchie» (comme on blanchit l’argent sale) entretemps, se trouvait dans les premières lignes de la COD.
 
Le rabattage se fait en deux temps : le temps de la rumeur sur les éventuels reports, les faiblesses du pouvoir qui «est obligé de lâcher du lest face aux pressions occidentales», la mauvaise humeur de ses partenaires de la CAP qui sont «sur le point de casser» et l’ouverture d’une fenêtre avec la décision de composer des délégations en vue de discuter. Un dernier service rendu au pouvoir qui n’en avait déjà plus besoin. Visiblement Ceux qui ont décidé de participer l’avaient préparé bien avant. Sinon comment comprendre que Tawaçoul dépose plus de 150 listes aux communales et l’UFP une quarantaine (dont certaines ont malheureusement été déposées après heure) ? Pourquoi avoir trainé tout ce temps ?
 
Parce qu’il faut le dire, la question de la participation ne devait jamais être posée. Les leaders islamistes ont raison de le dire. C’est une question de principe qui ne doit jamais être remise en cause. Il fallait donc se concentrer sur les conditions de l’organisation des élections de manière à en assurer la régularité. Avec des propositions concrètes et non des principes généraux comme celui «d’un gouvernement de consensus». Et les préparer comme il faut.
 
Comme par le passé, les politiques ont cru que le temps aura raison de l’adversaire qui sera obligé de revenir au processus suivant le chronogramme qu’ils auront choisi. Une fois de plus, ils se seront trompés. Tant pis pour eux et dommage pour la démocratie en Mauritanie.

Mohamed Fall. Oumeir
Oumeir.blogspot.com
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter