Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

China Leaks: révélations sur les bonnes affaires des «princes rouges»


International
Mercredi 22 Janvier 2014 - 09:30

La deuxième économie du monde, l’économie chinoise, gangrénée par la corruption, par ceux que l'on appelle là-bas les « princes rouges ». C'est ce qui ressort d'une minutieuse enquête publiée par un consortium de grands journaux à travers le monde. Ces informations sont issues du travail d’enquête de journalistes du Consortium international de journalistes d'investigation. Il révèle qu'une partie de l'élite chinoise aurait tendance à dissimuler sa fortune dans des paradis fiscaux.


Le Capital Club, établissement très select de Pékin, les élites chinoises et internationales se retrouvent pour faire affaire. | LE MONDE
Le Capital Club, établissement très select de Pékin, les élites chinoises et internationales se retrouvent pour faire affaire. | LE MONDE
Ce China Leaks est en fait la suite de l'opération Offshore Leaks, lancée en avril dernier par l’ICIJ, consortium international de journalistes d’investigation basé à Washington auquel est associé, côté français, le journal Le Monde.
 
Au départ des révélations, il y a la fuite d’un disque dur contenant les données de deux fournisseurs de services offshore basés à Singapour et aux Iles Vierges britanniques. Deux millions 500 mille documents permettant d’établir qui cachait quoi et où. Le résultat de ce minutieux travail d’enquête avait permis dans un premier temps de révéler l’existence des comptes offshore de l’ancien trésorier de François Hollande, ou encore les fortunes cachées du président du Zimbabwe Robert Mugabe et de la fille de l’ancien dictateur philippin Ferdinand Marcos.
 
Mais la partie des informations concernant l'évasion fiscale en Chine et à Hong Kong a nécessité plusieurs mois de travail supplémentaire, notamment en raison d'erreurs de transcription ou de traduction du chinois dans les fichiers d'origine.
 
Les limites de la lutte contre la corruption en Chine
 
Ces révélations fracassantes éclairent autrement la vaste campagne anticorruption lancée par le dirigeant chinois Xi Jinping en 2012. La probité dont se targue le chef de l'Etat va être sérieusement mise à mal. Le beau frère de Xi Jinping, Deng Jiagui, multimillionaire, promoteur immobilirer, qui possède 50% d'une société offshore aux Iles Vierges britanniques, est ainsi épinglé par l'enquête. Parmi les 22 000 noms du fichier, on retrouve l'élite du pays et surtout la génération des « princes rouges », les enfants des cadres historiques du parti qui ont surfé sur l'ouverture de la Chine communiste à l'économie de marché dans les années 80.
 
On trouve aussi des membres de l'Asemblée nationale populaire, des généraux et des dirigeants d'entreprises. Ce que révèle cette enquête, c'est qu'aucun secteur d'activité n'échappe au phénomène. Au total ces pratiques d’évasion fiscale représentent plus de 3 000 milliards d’euros de pertes pour l’Etat chinois.

Source : RFI
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire