Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Chasser la gabegie : elle revient au Galop


Actu Mauritanie
Mercredi 23 Mai 2012 - 10:47

Venue au pouvoir sous deux slogans, la lutte contre la pauvreté et la lutte contre la gabegie, le régime de Mohamed Ould Abdel Aziz a renforcé le camp de la misère tout en faisant l’apologie de la gabegie.


Chasser la gabegie : elle revient au Galop
Le président Ould Abdel Aziz a eu la prouesse de transformer les fonctionnaires de l’Etat, jadis véhiculés, logés et blanchis, en une armée de gueux. Son exploit est d’avoir transformé les avenues de Nouakchott en des pavées de la contestation sociale, et la présidence de la République en un mur des lamentations. Pour la première fois de son histoire, des villes jadis prospères sont devenues des camps de la protestation Kiffa, Maghta Lahjar Djigueny, entre autres….

La police, autrefois mesurée, est devenue une armée de la répression, chargée de museler toute voix discordante. Seuls privilégiés dans cette République des larmes, les militaires auquels tout a été donné au détriment d’autres citoyens qui n’ont comme tort que de n’avoir jamais mis le treillis. La femme du Chef d’Etat-major des armées est bombardée conseillère à l’ambassade mauritanienne à Washington pour s’offrir des soins dans les prestigieux hôpitaux américains. Pendant ce temps, tous les opérateurs économiques sont renvoyés au chômage pour que qu’une entité commerciale puisse investir seul le marché des importations, celui des infrastructures, celui des matériels hospitaliers, avec des factures astronomiques et des services clés en main médiocres et obsolètes.

Alors que la misère est partout perceptible et que les sociétés minières puisent à grandes gorgées des quantités incontrôlables de nos précieux minerais, sous l’œil torve de la parenté du président qui veille à leurs quotes-parts, la Mauritanie s’en va en lambeaux, endormis à coups de chiffres macroéconomiques aussi mensongers que les chiffres de Ould Taya.
Malheureusement, les défenseurs du régime n’ont à la bouche que les réalisations du président, quelques goudrons aujourd’hui ensablés et crevassées, des hôpitaux en panne, désertés par des milliers de malades chassés vers l’étranger, des projets d’alimentation en eau qui n’ont fait que créer des révolutionnaires de la soif dans plusieurs localités et hameaux, un excédent énergétique qui plonge le pays dans des coupures interminables…

Aujourd’hui, l’Etat est en panne, la société déconfite, alors que partisan de "Aziz Dégage ! " et ceux de "Aziz reste ! " se battent à coups de slogans creux pour une once de pouvoir. Quel pouvoir et dans quel pays, si de toutes parts, la main des fossoyeurs est plus dynamique que celle des bâtisseurs ?

JOB.
lauthentic


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires