Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Centrafrique: l'ONU dénonce "un nettoyage ethnico-religieux ciblant les musulmans"


International
Samedi 1 Mars 2014 - 18:03

Le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a appelé vendredi à augmenter les forces internationales en Centrafrique, estimant que la violence y était comparable à celle qui avait précédé le massacre de Srebrenica dans l'ex-Yougoslavie.


Centrafrique: l'ONU dénonce "un nettoyage ethnico-religieux ciblant les musulmans"
Autres articles
"Cela me rappelle Srebrenica, la violence est aussi forte", a déclaré lors d'un point presse Philippe Leclerc, en charge pour le HCR de la protection des civils en Centrafrique. A Srebrenica, 8.000 hommes et garçons musulmans avaient été tués par les troupes des Serbes de Bosnie en juillet 1995. 

"Un nettoyage ethnico-religieux est en cours, ciblant les musulmans. Les gens sont pris au piège en essayant de sauver leur vie, c'est quelque chose dont nous avons été témoins", a dénoncé M. Leclerc. En Centrafrique, la minorité musulmane est la cible de violences de milices à majorité chrétienne (les anti-Balaka). 

"La réponse militaire est la plus indispensable", a-t-il souligné, expliquant que "s'il y avait plus de forces internationales il y aurait moins de violations des droits de l'homme et moins de raison (pour les civils, ndlr) de fuir". "Il est très important" que les forces internationales soient accrues et que des "efforts politiques" soient faits pour "prévenir ces massacres", a-t-il insisté. "Il n'est pas trop tard", a-t-il dit. 

Le responsable onusien a expliqué que le HCR tentait de mettre en place des processus de médiation pour éviter que les gens fuient. Mais, a-t-il dit, ce n'est pas toujours possible et l'ONU est parfois obligée d'évacuer des populations. 

Le 14 février, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a affirmé que la communauté internationale devait agir d'urgence en Centrafrique pour éviter de nouvelles atrocités et écarter la menace d'un nettoyage ethnique contre les musulmans. 

Le président français François Hollande était vendredi à Bangui pour afficher son soutien aux soldats français engagés en Centrafrique. Il s'agit de la deuxième visite à Bangui du président français depuis le déclenchement le 5 décembre de l'opération Sangaris. 

Amnesty international avait mis en garde mi-février contre le "nettoyage ethnique" de civils musulmans qui se déroule selon cette organisation dans l'ouest de la Centrafrique et que les forces internationales ne "parviennent pas à empêcher".

Source : Alterinfo
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire