Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Ce qu’on ne nous a pas dit sur les Salafistes


Vu de Mauritanie par MFO
Jeudi 12 Février 2015 - 19:12

L’affaire de la prison qui a secoué le pays il y a deux semaines, continue de mettre en lumière ses nombreuses zones d’ombre. Au-delà des dysfonctionnements graves du système judiciaire et pénitencier à la source de la rébellion, il y a aussi le déroulé de l’action qui a été plus ou moins occulté, sinon qui n’a pas été suffisamment explicité.


Ce qu’on ne nous a pas dit sur les Salafistes
Nous avons toujours su que ce ne sont pas les 34 prisonniers salafistes qui sont entrés en sit-in cette semaine-là. A peine une dizaine dont un seul des quatre prisonniers dont la peine avait expiré. Mais nous ne savons pas pourquoi la Garde nationale a décidé ce jour-là de passer à l’action. Qu’est-ce qui a commencé à déranger dans le mouvement, jusque-là pacifique, de la dizaine de prisonniers ? et surtout comment les deux Gardes ont-ils été pris en otage par les prisonniers ?
 
Si on n’a pas de réponse à la première question, la deuxième peut trouver réponse dans la familiarité qui s’est tissée entre prisonniers salafistes et Gardes. Une convivialité qui prend des aspects nauséabonds quand on sait que les prisonniers sont avertis de l’imminence des contrôles et de toute mesure exceptionnelle qui les vise. Les Gardes prennent sur eux de les mettre dans des conditions de confort maximal, de leur passer des messages, y compris des téléphones. Ils ferment les yeux sur ce que les parents et amis apportent aux prisonniers. Ils sont moins exigeants dans le contrôle… Tout ça ne se fait pas gratuitement. Tout ça ne relève pas du secret : toute la hiérarchie du commandement de la Garde le sait, les Magistrats et les avocats le savent, les journalistes le savent… Il y a d’ailleurs eu par le passé plusieurs affaires qui ont mis en lumière le trafic qui s’organise autour des prisonniers et l’économie qui s’en nourrit.
Alors, ces deux Gardes que faisaient-ils au milieu des prisonniers ? Etaient-ils venus pour les avertir de l’imminence de l’intervention du groupement spécial ? Ce n’est pas important à savoir peut-être…
 
Plus important sans doute de savoir ce qui se passait à l’intérieur de la prison. Depuis toujours, les prisonniers salafistes ne sont pas d’accord. La plupart d’entre eux font partie de ceux qui ont choisi le repentir. Mais ayant commis – ou participé – à des crimes de sang, les Autorités ont évité de les faire bénéficier d’une liberté anticipée. Ce qui ne les empêche pas de rompre avec l’esprit du Jihad violent.
 
Face au noyau dur, ils entretiennent des relations conflictuelles continuelles. Même pendant la crise da la prison, ce conflit a été exacerbé par les positions des uns et des autres. Au point d’en venir à une profonde mésentente qui a failli dégénérer.
 
D’abord autour de la question du sit-in. Les modérés – appelons comme ça – y voyaient un risque d’affrontement avec les forces de l’ordre. Un affrontement qui compromettrait leurs bonnes conditions carcérales. Leurs craintes devaient se confirmer. Au beau milieu de la crise, surgit la deuxième source de confrontation idéologique : la prise d’otage.
 
Les modérés contestent le mauvais traitement auquel pourraient être soumis deux Gardes qui ont, par le passé, aidé le groupe. Il n’est pas question pour eux de continuer le bras de fer avec les Autorités. Alors qu’ils arrivaient à un compromis – il suffit d’une promesse des Autorités concernant la libération de leurs amis – pour libérer les deux Gardes, que le régisseur est intervenu pour proposer la mise en scène qui a été finalement adoptée.
 
L’action menée par une minorité a compromis sérieusement toutes les chances de voir les modérés bénéficier d’une confiance à même de permettre une révision de leurs conditions ou de prendre au sérieux leurs déclarations de repentir. L’étau s’est resserré contre eux et ils ont désormais moins de facilités.
 
Dans quelques semaines, quelques mois, on entrera de nouveau dans la routine. Les rapports avec les Gardes redeviendront ce qu’ils ont toujours été. D’autres prisonniers seront retenus en détention malgré l’expiration de leurs peines. Un nouveau sit-in, de nouvelles escarmouches, une nouvelle prise d’otages, de nouvelles libérations sous la contrainte… Qu’est-ce qui empêcherait une telle éventualité ?

Mohamed Fall Oumere
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter