Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Carnet de « L’Authentique » du 30 Novembre 2015


Actu Mauritanie
Jeudi 3 Décembre 2015 - 10:12

Le Colonel à la retraite, Oumar Ould Beibacar est toujours entre les mains des forces de l’ordre (...) Jeudi dernier, le directeur des Droits de l’Homme au Commissariat à l’action humanitaire, M. Cheikh Tourad Abdel Malick faisait le pied de grue devant son chef, M. Rassoul Ould Khal, commissaire adjoint de cette même institution qui l’avait fait convoquer (...)


Carnet de « L’Authentique » du 30 Novembre 2015
Carnet de « L’Authentique » du 30 Novembre 2015
Arrêté.

Le Colonel à la retraite, Oumar Ould Beibacar est toujours entre les mains des forces de l’ordre qui ont procédé à son arrestation immédiatement la conférence de presse (voir page 5) qu’il a tenu samedi dernier.

Il faut dire que depuis quelques semaines, l’homme dérange. Témoin oculaire d’événements tragiques qui se sont produit dans le pays au moment où il était officier de la garde nationale, il est de plus en plus présent sur la scène, révélant le cas échéant, bien de secrets « militaires ».

Des révélations qui seraient « en train d’ébranler le système » a-t-on appris, et qui risquent de toucher davantage d’officiers. Ce serait pour cela qu’il serait arrêté.
 
Administration.

Jeudi dernier, le directeur des Droits de l’Homme au Commissariat à l’action humanitaire, M. Cheikh Tourad Abdel Malick faisait le pied de grue devant son chef, M. Rassoul Ould Khal, commissaire adjoint de cette même institution qui l’avait fait convoquer.

Le lendemain matin, ce dernier se présentait au Bureau de son commissaire qui l’avait fait convoquer ! Comment cela peut-il arriver ?... Simple : dans la soirée de jeudi, M. Cheikh Tourad a été promu commissaire de l’institution ! Telle est l’administration mauritanienne.
 
Licencié.

Le rédacteur en chef de Radio Mauritanie a été licencié ; sans droit, pour faute professionnel ! C’était jeudi dernier. Notre confrère est accusé de laxisme après que la Radio nationale ait diffusé les résultats du conseil des ministres.

Le problème, c’est que le communiqué consacrant les travaux des membres du gouvernement diffusé n’est pas celui du jour même. Par on ne sait quoi, le texte rendu public consacrait un conseil de ministres qui s’est passé en… 2014 !
 
Décoré.

Les personnalités devant être décorées par le président de la République le 28 novembre dernier à Nouadhibou, ont été saisies par le protocole d’Etat le 27 novembre. Elles devaient se trouver à l’aéroport de Nouakchott le jour-même à 16 heures, puisqu’elles devaient effectuer le déplacement dans l’avion présidentiel.

Toutefois, nombre de généraux et d’officiers supérieurs à la retraite ont effectué le déplacement du jour et n’ont pas été décorés. C’étaient des invités d’honneur du président de la République. Qui disait que les militaires ignoraient la solidarité ?
 
Décoré (bis)

De sources dignes de foi, l’avocate mauritanienne Me Fatimata M’Baye a décliné une proposition de décoration adressée par la Présidence mauritanienne, en guise de protestation contre la situation des droits humains dans le pays et du passif humanitaire, qu’elle juge toujours pendants.

J’ai reçu un appel du protocole de la Présidence, me demandant d’être présente dans la ville de Nouadhibou pour être décorée aurait-t-elle affirmé, précisant avoir rejeté cette invitation.
 
« Je ne peux accepter d’être décorée au moment où le passif humanitaire mauritanien n’a pas été apuré, où des militants des droits de l’homme sont également en détention et où les libertés sont en régression." aurait-elle dit.
 
Décoré (Ter)

Le président mauritanien a décoré des généraux de l’armée à la retraite, à l’occasion de la célébration, ce samedi 28 novembre à Nouadhibou (Nord), du 55e anniversaire de l’indépendance du pays.
Il s’agit de Félix Negri, ex-chef d’état-major de la Garde nationale, Mohamed Ould Hadi, ancien secrétaire général du Ministère de la Défense, Mohamed Ould Mohamed Znagui, ex-patron du Bureau des Etudes et de Documentation (BED-Renseignements Extérieurs) et du général-médecin, Ghoulam Ould Mohamed, ex-directeur de la Santé Militaire. Qui disait que les militaires ignoraient la solidarité ?
 
Répression.

C’est une vive réaction des forces de l’ordre qui a accueilli les militants de IRA qui tentaient d’organiser une arche samedi dernier or réclamer la libération de leur leader Biram. Dans un communiqué publié à l’occasion, l’organisation qui réclame la libération de son chef, a également déploré « plusieurs blessés et beaucoup d’arrestations parmi les militants à savoir Toutou mint Sidi, Ghamou mint Achour, Jettou Fofana, Lalla mint Kory, Vadily Tourad, Samba Sidi, Sidi Ahmed Salem, Bomba Mohamed, Ahmed Mohamed, Oumar Yaly, Hassane et Yahya ».

Le mouvement antiesclavagiste a estimé que cette " répression sans précédent s’est abattue sur les militants qui n’ont fait qu’exercer leur droit de manifester pourtant garanti par la constitution".
 
Rassemblé par Oumr El Moctar 
lauthentic.info 
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires