Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Camus, un engagement «humain»


Vu de Mauritanie par MFO
Dimanche 10 Novembre 2013 - 14:11


Albert Camus
Albert Camus
La première grande œuvre du journaliste, essayiste, romancier, homme de théâtre et philosophe Albert Camus, est sans doute «La Peste». C’est sans doute aussi son œuvre majeure. C’est surtout celle qui permettait aux élèves que nous fumes d’entrer dans l’univers de Camus. En classe de terminale déjà… c’était loin tout ça… quand on enseignait encore la philosophie dans les lycées publics, quand les élèves pouvaient encore réfléchir, lire, encore réfléchir, discuter, rendre ce qu’ils ont lu… Autant dire que cela faisait longtemps. A peine si ce n’est pas comparable à ce temps où les bêtes parlaient encore.

Le docteur Rieux et le Père Panelou, deux idées de la vie, deux conceptions qui s’opposent et qui sont exprimées par le discours autour de La Peste. Pour l’homme d’église, ce mal est généré par une colère divine causée par les provocations et les comportements tendancieux des hommes. Pour le scientifique, il s’agit d’une épidémie qui, de temps en temps, frappe et se répand. Et quand il est pris par le vertige du souvenir du cycle meurtrier, le docteur ouvre sa fenêtre et reçoit en plein les bruits de la vie quotidienne : les gens qui s’activent, chacun apportant un savoir-faire, un élément de cette vie qui fait un tout… Là réside la force de l’homme : chacun doit accomplir sa part de responsabilité par le travail qu’il sait le mieux faire. Lui, le docteur n’a plus qu’à faire face à l’épidémie en tentant de l’éradiquer.

Nous apprenons alors, sans systématisation, que Camus n’est pas Sartre. Autant ce dernier nous parait «difficile à lire», quelque peu «nauséabond», toujours «écœurant», autant le second était «fréquentable», «lisible», «réconfortant»… autant l’un était désespérant, autant l’autre était prometteur… La perception ici est celle du lycéen que j’étais. Un lycéen qui découvrait avec délectation la philosophie existentialiste qui nous donnait l’impression de pouvoir nous libérer du diktat de la pensée des Lumières qui finissait par se scléroser pour devenir plutôt un carcan porteur de conservatismes «bourgeois». Mais à l’intérieur des «idéologues» de l’existentialisme, on faisait déjà la différence entre ceux dont la réflexion ne mène nulle part parce qu’elle est éternel questionnement devant la vie, et ceux dont la pensée pousse vers la culture d’un optimisme permettant de croire à un avenir possible. Les premiers sont «pétrifiés» par l’incapacité à sortir de «l’absurde» de la condition humaine, les seconds en sortent par la proposition d’action. L’absurde mène fatalement à l’inaction parce qu’il installe dans le tourbillon de la désespérance.

Dans L’Envers et l’Endroit, Camus écrit : «Il y avait une fois une femme que la mort de son mari avait rendue pauvre avec deux enfants. Elle avait vécu chez sa mère, également pauvre, avec un frère infirme qui était ouvrier. Elle avait travaillé pour vivre, ait des ménages et avait remis l’éducation de ses enfants dans les mains de sa mère. Rude, orgueilleuse, dominatrice, celle-ci les éleva à la dure». Il choisit de raconter sa vie comme on raconterait un triste conte qui finit pourtant de manière heureuse. Lui qui dira, rendant hommage à l’instituteur qui le prit sous sa coupe, «voilà l’homme qui tendit la main à un pauvre petit garçon pour l’aider à sortir de sa misère…»

Albert Camus a fini par devenir «Camus», l’auteur d’une grande réflexion présentée à travers une grande œuvre qui allie œuvre littéraire et réflexion philosophique et dont on retiendra : Caligula (1938, pièce de théâtre); Noces (1939, recueil d'essais); Le Mythe de Sisyphe (1942, essai); L'Étranger (1942, roman); La Peste (1947, roman); Les Justes (1949, pièce de théâtre); L'Homme révolté (1951, essai); La Chute (1956, roman)…

Quelques citations de Camus :
«Il y a dans les hommes plus de choses à admirer que de choses à mépriser» (La Peste)
«Celui qui désespère des événements est un lâche, mais celui qui espère en la condition humaine est un fou.» (Extrait des Carnets)
«La bêtise insiste toujours.» (La Peste)
«La tentation la plus dangereuse : ne ressembler à rien.» (L’Envers et l’Endroit)
«Un homme est toujours la proie de ses vérités.» (Le mythe de Sisyphe)
«Un homme est plus un homme par les choses qu'il tait que par celles qu'il dit.» (Le mythe de Sisyphe)
«J’ai compris qu’il ne suffisait pas de dénoncer l’injustice, il fallait donner sa vie pour la combattre» (Les Justes)

Albert Camus est né en novembre 2013. Il y a cent ans…

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter