Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

CUN: L’état débite le compte de la Communauté Urbaine de 600 millions d’ouguiyas


Economie
Vendredi 25 Novembre 2011 - 13:01

Le Président de la Communauté Urbaine de Nouakchott étant en mission au Brésil, le trésorier de la République a débité le compte de la Communauté Urbaine de Nouakchott sans son aval. Une pratique «irresponsable» et «illégale».


Ahmed Hamza, président de la Communauté Urbaine de Nouakchott
Ahmed Hamza, président de la Communauté Urbaine de Nouakchott
Il s’agit d’une dépense extra budgétaire qui dénote d’une situation inexplicable et irresponsable loin du respect des procédures légales de gestion budgétaire. Quel droit donne au trésorier de la République de débiter le compte d’une institution étatique qui ne dépend pas de lui d’autant plus que cette institution est régi par des textes clairs? Elle est ainsi coiffée par un conseil urbain élu localement qui a un pouvoir électif. Ne serait-il pas plus juste d’adresser une lettre à cette institution pour demander son avis ou son aide?

Même le président de la Communauté Urbaine de Nouakchott ne peut pas débiter le compte de son institution d’un tel montant sans l’accord du conseil urbain. D’après des sources concordantes,l’État utilise ce montant pour couvrir le nettoyage des ordures alors que la Communauté Urbaine de Nouakchott a déjà voté l’année passée par son conseil urbain une délibération pour une redevance concernant les ordures ménagères permettant à la CUN de bien assurer le nettoyage de la ville.

Cette délibération a été pourtant bloquée par le ministère de la décentralisation. Cependant, dans l’ensemble des capitales de par le monde cette taxe existe.
Par ailleurs, le président de la République a déclaré solennellement, au cours de sa dernière interview avec les citoyens, que la question des ordures est prise en charge par l’État et que la prestation relative au nettoyage de la ville est versée à la société Pizzorno selon un contrat signé entre elle et la Mauritanie.

Des problèmes évidents de liquidités, malgré ce qu'en dit le gouvernement?

Les montants de cette prestation sont versés à ladite société par le ministère des finances; et le suivi de l’exécution des clauses du contrat est assuré par l’Agence de développement urbain. Alors que selon les normes, le suivi devrait être du ressort de la Communauté Urbaine de Nouakchott. Ainsi, l'état devrait verser ces montants à la CUN. Une aberration administrative. Les membres du gouvernement multiplient pourtant les déclarations, criant partout que l’État est solvable, et que le trésor public n’a aucun souci de liquidité.

En tout cas, débiter le compte d’une institution autonome, sans que celle-ci ne donne son accord ou son avis, démontre que soit l’état est en faillite, soit que celui-ci fonctionne de manière anarchique, hors du cadre légal et de l'administration.

Rappelons que dès que le Président de la Communauté Urbaine de Nouakchott s'absente du pays, en mission, le gouvernement pratique ce genre de «coups tordus». C'est en ce sens que le gouvernement a déjà arrêté les travaux des ronds-points financés par la CUN sans justification, aucune. Il a déjà également arrêté les travaux des parcs de la ville.

S’agit-il d’une guerre non déclarée à l’encontre du président de la CUN, Ahmed Hamza?

Noorinfo
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires