Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

COP 21 : Le bon, la brute et le truand. Un western financé par les plus grands criminels du climat !


International
Lundi 7 Décembre 2015 - 10:25

La COP 21, événement majeur de cette fin d’année 2015, qui se déroulera du 29 novembre au 11 décembre au Bourget et à Paris fait — depuis quelques semaines — couler beaucoup d’encre dans nos médias.


Cette conférence internationale pour le climat fait débat notamment lorsque l’on s’aperçoit que les plus grands criminels du climat financent cette COP 21. À coups de lobbies et d’acteurs privés, ces multinationales dépensent sans compter pour faire des démonstrations spectaculaires de leurs admirables performances climatiques, pour prétendre aux pratiques sociales les plus vertueuses et accroître leurs bénéfices.

Cette « Conférence Climat » devrait, théoriquement, parfaire le nouvel accord mondial pour l’après-2020. En effet, les sociétés devraient s’engager à des réductions massives de leurs émissions de gaz à effet de serre, et amorcer une transition énergétique profonde, en changeant radicalement leurs systèmes de production et de consommation. Retour sur un fait d’actualité…
 
La COP 21, ou symbole identitaire du « Grennwashing » est l’une des plus importantes manifestations de cette fin d’année. Alors que les manifestations civiles seront annulées suite aux attentats du 13 novembre, quel sera le poids pour contrebalancer ces décisions, si la société civile — étant donné que celle-ci dénonce les « fausses solutions » promues par les entreprises —n’y est pas présente ?

Comment croire ces multinationales qui se jouent de nous quand on s’aperçoit — il y a quelques mois — que Wolswagen produit des logiciels « anti-Pollution » pour contrecarrer certaines normes écologiques ?
 
Plutôt que de prévenir la catastrophe climatique, les COP servent donc de plus en plus d’expositions et de salons publicitaires aux plus grands criminels du climat que compte la planète. Le gouvernement français, qui entend agir en “leader mondial” dans la naissance de cet accord historique, a confié 20 % du financement de cette conférence à certaines des entreprises privées les plus polluantes du monde.

Parmi les grands logos qui décoreront les murs de la Conférence tout au long des deux semaines, on verra donc nombre de champions de la pollution tels que Engie, EDF, Renault-Nissan, Air France, BNP-Paribas, Michelin ou Suez Environnement.
 
La COP serait-elle au final un événement majeur pour les multinationales pour parfaire leur image « Verte » ?
 
Une publication du Corporate Europe Observatory (également partie prenante du Lobby Planet) détaille les ingrédients de la « mauvaise cuisine climatique » que les multinationales concoctent pour la COP : une recette cuisinée à base de croissance économique et de compétitivité à tout prix, d’une bonne dose de gaz présenté comme une « énergie propre », d’un zeste de marché avec le « prix mondial du carbone » comme solution miracle, et servie en compagnie de « fausses solutions » technologiques plus ou moins hypothétiques. Un plat finalement très allégé en véritable transition énergétique, repoussée aux calendes grecques.
 
Le plus remarquable dans tout ça, c’est l’appropriation des multinationales pour trouver elles-mêmes leurs propres solutions. Comment cela est-il possible ? Grâce à la mise en place de « Solutions Cop 21 » qui se déroulera au Grand Palais à Paris, qui n’est en rien une initiative des pouvoirs publics. Parmi les partenaires de Solutions COP21, on trouve bien quelques organismes publics et collectivités, comme la Mairie de Paris, la région Pays de Loire ou encore l’Agence française de développement.

Mais on trouve surtout une ribambelle de multinationales, parmi lesquelles Engie, Carrefour, Ikea, Suez environnement, Michelin, Schneider Electric, Generali, Renault Nissan, L’Oréal et La Poste – toutes déjà par ailleurs des sponsors officiels de la COP21. On retrouve aussi parmi les autres partenaires de Solutions COP21 des entreprises comme Veolia, Sanofi, Avril-Sofiprotéol et Coca-Cola.
 
 Maintenant, regardons quelques chiffres qui émanent des ces grandes multinationales en faveur de la transition énergétique : Les PME se comptent sur les doigts de deux mains. En revanche, des grandes entreprises comme Engie (27 solutions, près de 10% des solutions du site !), Suez environnement (18), Veolia (12) ou Bouygues (11) sont présentes en force. Un peu plus d’une quarantaine de solutions proviennent de collectivités locales, et à peine 17 sont d’origine associative.
 
Aujourd’hui les alternatives pullulent, la résistance citoyenne face à ces jeux de lobbies et de surconsommation fera-t-elle la différence face à ces géants ?

multinationales.org 
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire