Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

COALLITION POUR UNE ALTERNANCE PACIFIQUE (CAP) : Nous n’accepterons pas un deuxième dialogue avec le pouvoir


Actu Mauritanie
Jeudi 24 Mai 2012 - 10:38

Les Présidents de la Coalition pour une Alternance Pacifique (CAP) , Messaoud Ould Boulkheir du parti APP, Boidiel Ould Houmeid du parti El Wiam et Abdesselam Ould Horma du parti Sawab ont rejeté toute réplique des Printemps arabes en Mauritanie ,ainsi que tout dialogue bis avec l’opposition démocratique. C’était au cours d’une conférence de presse animée hier à Nouakchott.


COALLITION POUR UNE ALTERNANCE PACIFIQUE (CAP) : Nous n’accepterons pas un deuxième dialogue avec le pouvoir
Au cours d’une conférence animée hier, les leaders de la CAP ont déclaré qu’ils ne prendront plus part à un dialogue bis avec le pouvoir en place, soutenant que le pays ne peut pas vivre en vase clos sous le cycle infini des dialogues. En effet, au cours de leurs interventions, le président du parti Alliance Populaire Progressiste (APP), Messaoud Ould Boulkheir , celui d’El Wiam, Boidiel Ould Houmeid et leur homologue Abdesselam Ould Horma du parti Sawab ont déclaré que le dialogue conclu entre eux et le régime en place, boycotté par l’opposition dite radicale, est assez suffisant pour régler l’ensemble des problèmes politiques du pays. Les résultats auxquels il a abouti sont, selon eux, le fruit de plusieurs mois de débats aux termes duquel les 98% des exigences de l’opposition prise dans son ensemble ont été solutionnées

Les trois leaders politiques ont ensuite répondu à ce qui semble être un défi que l’autre opposition leur a lancé et qui serait relatif à leur degré de popularité respectif. Les partis APP, El Wiam et Sawab se prévalent ainsi d’une base populaire assez importante, rappelant qu’au cours des dernières élections présidentielles, le président Messaoud Ould Boulkheir serait venu deuxième après le président actuel, avec les 18% des voix.

Les présidents de la CAP justifient d’autre part leur opposition aux thèses maximalistes de la COD par leur souci de l’intérêt général du pays qui ne peut selon eux supporter des troubles nuisibles à sa stabilité et à sa quiétude, invoquant au passage, les multiples dangers qui guettent la Mauritanie de toute part.

Ils précisent que les problèmes socioéconomiques du pays, dont la pauvreté, la sécheresse, le chômage, le terrorisme, le faible pouvoir d’achat des ménages, sont assez pertinents pour inciter les Mauritaniens à se serer les coudes et à lutter ensemble au lieu de disperser l’effort national dans les querelles byzantines.

D’autre part, ils trouvent que le rôle de tout parti politique est de parvenir au pouvoir par des voies démocratiques, à l’exemple du Sénégal. Ils trouvent que chercher à dupliquer en Mauritanie les printemps arabes serait une mauvaise inspiration .Par rapport à la répression policière, les dirigeants de la CAP ont soutenu être contre toute répression d’une manifestation autorisée, ajoutant que pour les mouvements de protestation non autorisée, c’est l’affaire des organisations et de la police.

Pour répondre aux persifleurs, ils ont fait remarquer que parmi les partis membres de la COD, certains ont faits plusieurs va-et-vient entre le camp du pouvoir et celui de l’opposition, tandis que d’autres avaient bien applaudi le coup d’Etat de Mohamed Ould Aziz contre Sidi Ould Cheikh Abdallahi.

En tant qu’opposition, les dirigeants de la CAP ont déclaré privilégier l’intérêt du pays et l’usage des armes démocratiques pour l’accès au pouvoir.

MOMS.
lauthentic


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires