Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

CENI : les dessous d’une campagne de dénigrement


Tribunes
Mercredi 18 Décembre 2013 - 20:36


Cheikh Fadhel Ould Maloumdine
Cheikh Fadhel Ould Maloumdine
Le docteur Abdallahi Ould Soueïd Ahmed a contribué, de manière active et agissante, à la réussite des premières élections libres du 23 novembre 2013. Tout le monde le sait, tout le monde en convient, aussi bien en Mauritanie qu’à l’étranger.
 
Le président de la CENI s’est démené, comme un beau diable, avec son équipe, pour être à la hauteur de cet événement, majeur dans l’histoire du pays. Et l’on peut dire qu’il a, dans l’ensemble, réussi le pari, malgré quelques petites défaillances, au premier tour de ce fastidieux processus électoral.
 
Les qualités intrinsèques de l’homme, connu pour son intégrité et son pragmatisme, font l’unanimité autour de lui. Abdallahi reste bien placé, pour présider l’instance supérieure indépendante des élections, en prévision des prochaines joutes électorales. 
 
Jusqu’ici, rien de particulier, dira-t-on, sauf que, ces derniers jours, le docteur fait l’objet d’une véritable campagne de dénigrement, sur les réseaux sociaux, mettant en cause sa probité, ses capacités et sa sincérité à mener à bien le processus électoral.
 
Ses occultes détracteurs l’accusent, en effet, de « mauvaise gestion de l’argent public » et de favoritisme, dans le choix de certaines personnes de la même wilaya et, surtout, de la même moughataa. Ces graves accusations sont-elles fondées ou, au contraire, gratuites ? Pourquoi maintenant ? Quel est, surtout, l’objectif visé ?
 
Quand bien même nul ne serait prophète en son pays, le docteur Abdallahi dérange, apparemment. Il dérange, peut être et surtout, ceux qui cherchent à faire main basse sur toutes les structures et les rouages du pays, pour garantir leurs succès d’antan, lors des prochaines élections. Et quoi de plus normal, dans ces conditions, que de tenter d’effacer une personne et son équipe un peu trop à cheval sur les principes, diront ceux qui le connaissent de près, pour la remplacer par une autre plus docile plus maniable et, certainement, plus malléable ?
 
Ceux qui, de surcroît, proclament, haut et bas, qu’ils étaient à l’origine de sa nomination ne sont pas trompés sur le choix de la personne car ils ont mis la main sur un spécimen d’homme rare dans notre société actuelle. Dans la course effrénée au pouvoir, tous les moyens sont bons, pour neutraliser les indésirables ou ceux qui risquent de constituer un obstacle à la réalisation des objectifs tracés. Ce qui est valable, pour les partis rivaux, l’est, certainement aussi, pour les individus, particulièrement ceux chargés de présider une structure aussi importante que la CENI.
 
Les coups sous la ceinture, devenus légion dans notre sphère politique, tendent, apparemment, à prendre des bretelles. Et ce sont toujours les mêmes méthodes, viles et amorales, qui sont utilisées, par les pêcheurs en eaux troubles, pour induire l’opinion publique en erreur et travestir la réalité, quitte à détruire l’image de ceux qui ont servi loyalement leur pays.
 
Mais les « suspects étant innocents », jusqu’à preuve du contraire, les accusations, contre la CENI, d’une manière générale, et son président, en particulier, sont irrecevables et infondées, tant que leurs auteurs ne les auront pas étayées par des faits tangibles. 
 
Les apôtres des manigances bassement politicardes ne risquent pas, en tout cas, de convaincre grand monde ni duper les Mauritaniens. Le docteur Abdallahi a offert ses services, à son pays, pour une mission ingrate et difficile. Il mérite plus d’égards et de reconnaissance car il demeure, pour l’heure, au-dessus de la mêlée et des soupçons.
 
Il faut aussi rappeler que ces élections sont les plus complexes qu’ait connues la Mauritanie, depuis le début du processus démocratique. La lenteur de la publication des résultats du premier tour découle, essentiellement, de la combinaison de quatre scrutins simultanés et de quatre urnes, dans chaque bureau.
 
Une situation auxquels les Mauritaniens n’étaient pas habitués. Et pourtant, en dépit de la difficulté, les opérations électorales se sont déroulées dans une atmosphère de transparence et de régularité exemplaires, sans aucune ingérence de l’Etat, a contrario du passé.
 
Il faut dire, aussi, que la perfection, dans le déroulement des élections, est chose rare car il faut des résultats sans appel, conformes aux procès-verbaux établis par les chefs de bureau et leur staff, tenant compte des erreurs parfois commises dans leur rédaction. 
 
Je dirais, simplement, à ceux qui n’ont pas réussi à obtenir un score satisfaisant au premier tour, de s’abstenir d’incriminer la CENI, mais, plutôt, d’en tirer le bilan avec leurs électeurs. Certains oublient que le pouvoir en place est, toujours normalement dans le Tiers-Monde, gagnant au 1er tour. Or, lors des élections du 23 novembre 2013 en Mauritanie, il ne l’est pas : l’UPR se trouve en difficulté, en ballottage dans la majeure partie des moughataas.
 
A cet égard, nous devons féliciter notre CENI d’avoir organisé, pour la première fois, des élections libres, dans un climat serein et transparent, avec, comme résultat, le traitement des partis de l’opposition, sur un pied d’égalité que le parti du pouvoir en place, chose que le citoyen n’avait pas l’habitude de voir. Ceci constaté, il est clair que les promoteurs de cette campagne de dénigrement ne cherchent qu’à torpiller, par tous les moyens, les avancées de la Mauritanie sur la voie de la démocratie.
 
N’en déplaise aux âmes en peine, la dictature ne pourra pas s’imposer ; pour une raison bien simple, c’est que le bien finit toujours par triompher du mal. Le peuple mauritanien y tient, en tout cas, comme à la prunelle de ses yeux… désormais libre de voir la réalité des choses et de distinguer le bon grain de l’ivraie.
 

Cheikh Fadhel Ould Maloumdine

Ingénieur de l’aviation civile

Nouadhibou

lecalame.info

 


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter