Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Budget 2013 : Environ 400 milliards d’UM !


Economie
Jeudi 29 Novembre 2012 - 11:06

Le rituel qu’est désormais, à pareille époque de chaque année, le projet de loi de finances, a repris dimanche, vingt-quatre heures seulement après le retour du président Mohamed Ould Abdel Aziz. Deux importantes remarques à ce sujet : Comme depuis plusieurs années (pour ne pas dire depuis toujours), il y a encore un Projet de loi de finances rectificative pour le Budget de l’Etat pour l’année 2012.


Budget 2013 : Environ 400 milliards d’UM !
Une donne qui n’empêche pas pourtant le gouvernement de mettre en garde contre les désillusions qui vont immanquablement suivre au cours des douze prochains mois. En soulignant que " l’élaboration du projet de loi de finances initiale (PLFI) pour l’année 2013 intervient dans un contexte marqué par un ralentissement de l’activité économique mondiale." Une manière de se prémunir contre les aléas d’une économie qui, malgré les rebonds dans le secteur des mines et dans celui des BTP, n’arrive pas encore à faire preuve de réelle efficience en matière de lutte contre la pauvreté et le chôme des jeunes. Pour en revenir aux chiffres proprement dits, le projet de loi de finances initiale 2013 s’établit en recettes et en dépenses à la somme de 394. 894. 710. 000 Ouguiyas, enregistrant ainsi une augmentation nette de 6.846.943.690) Ouguiyas en valeur absolue et 1,76% par rapport à la Loi de finance rectificative 2012.

Justificatif donné par le gouvernement : " Cette augmentation relativement faible résulte des efforts visant à contenir les charges de fonctionnement alors que les dépenses d’investissement enregistrent une progression soutenue de l’ordre de plus de 46%, ce qui traduit la volonté du gouvernement de favoriser les dépenses visant à promouvoir une croissance plus inclusive par la création de nouveaux emplois et la lutte contre la pauvreté. "

Par ailleurs, le budget d’investissement inscrit au présent projet de loi de finances se chiffre à 234.644.500.000 UM, soit une augmentation de 20.28% (39.556.000.000) Ouguiyas comparativement à la loi de finances rectificative 2012.

Les mêmes actions, les mêmes attentes

Comme en 2011-2012, l’examen par le gouvernement de la loi de finances coïncide avec le lancement de nouveaux projets censés améliorer les conditions de vie des populations. A peine rentré de sa convalescence, Aziz procède à la pose de la première pierre de deux usines de production d’électricité ; avec des financements extérieurs de plusieurs dizaines de milliards d’UM. Comme l’année dernière, à pareille, époque, le lancement, depuis Néma de plusieurs projets de développement financés par la Banque mondiale qui avait annoncé un décaissement, sur trois ans, de quelque 330 millions de dollars US (environ 89 milliards d’ouguiyas), l’espoir était là. Il l’est peut être encore, mais les projets en question n’ont pas vu le jour ou prennent un retard considérable dans leur exécution. Certes, le gouvernement s’active, mobilise des financements conséquents, auprès de l’UE, de la banque mondiale, du FMI et des fonds arabes, mais c’est leur absorption, la mise en œuvre des projets pour lesquels ils sont destinés, qui pèchent, sur certains plans. Et ça, le président Aziz sait qu’il faut y remédier au plus vite.

Car ce qu’il faut comprendre à la longue, c’est cette situation équivoque : Les financements arrivent, c’est certain, mais la misère s’accentue de jour en jour. Les populations ne cachent plus leur désarroi face à l’incapacité du gouvernement à bien gérer la manne provenant de l’aide publique au développement (APD) mais aussi des investissements directs étrangers (IDE). Trop de programmes, tue les programmes, serait-on tenter de dire, pour paraphraser le dicton qui dit " trop d’impôt tue l’impôt ". C’est une impression de dispersion généralisée qui empêche les mauritaniens d’avoir une vision claire de l’action du gouvernement qui ramène tout au programme électoral du président Aziz, sans que l’on sache, véritablement, par où commencer et où s’arrêter.

La part du lion des financements pour Nouakchott

Au niveau de Nouakchott, l’orientation des investissements (sur financement de l’Etat ?) vers les infrastructures routières et les lotissements sociaux (pour mettre fin au phénomène des gazras) ainsi qu’à une supposé amélioration des services de santé ressemble à cette face visible de l’iceberg qui n’arrive pas à cacher l’océan de misère et de détresse de la plupart des populations vivant dans les quartiers périphériques de Nouakchott. Y compris ceux qui font la " fierté " du gouvernement considérant qu’ils sont l’antithèse de tout ce que les régimes précédents avaient entrepris dans le domaine de l’habitat social.

Les " performances " évoquées par les ministres de la République ne peuvent servir de trompe la faim à des citoyens qui tirent le diable par la queue et ne comprennent plus rien à la propension de leurs gouvernants de tout regarder suivant le prisme déformant des données macroéconomiques et non de leur vécu. Le riz, le sucre, le blé et l’huile coûtent tellement chers aujourd’hui que l’on ne prête plus attention à ces goudrons se voulant une pâle imitation de ceux des grandes villes d’Europe, d’Amérique, d’Afrique et d’Asie. Une telle " attraction " (que les Nouakchottois ont pris l’habitude d’appeler " les goudrons d’Aziz ") n’attire plus les regards et les commentaires de ceux qui voyaient déjà les chantiers du " changement constructif " faire de leur capitale le New York de l’Afrique ! Les misères de la vie, l’incapacité pour bon nombre de pères de famille de joindre les deux bouts, même quand ils versent dans le système D (chauffeurs de taxi, à mi ou plein temps, courtiers dans le monde compliqué de l’immobilier et des bourses de voitures, " Nokta sakhina " ou " marché Tieb-tieb "), font dire à la plupart de ces " damnés de la terre " qu’il faut bien que le gouvernement change de fusil d’épaule et pense à l’essentiel. Goudrons et nouvelles villes (Ribat El Bahr, Chami, Termessa, Nbeïket Lahwach, Rosso) peuvent attendre que passe la tempête.

La pauvreté, au lieu de diminuer stagne ou augmente, et ce n’est pas en pensant à rattraper le temps perdu, dans le domaine des infrastructures qu’on s’attirera les voix, aux prochaines élections municipales et législatives, d’éleveurs, agriculteurs et de citoyens pauvres qui ont des préoccupations de survie.

MOMS.
Pour L'Authentic
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires