Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Brahim Sow Deïna, rédacteur en chef de Maurifoot : "L'état doit prendre conscience que le sport est un facteur de cohésion sociale"


Sport
Vendredi 10 Mai 2013 - 13:35

fraîchement lancé cette semaine, le site dédié au football mauritanien, maurifoot.net, entend bien participer à la maturation du football du pays. Conscients du facteur de cohésion sociale déterminant qu’est le football, ses fondateurs ont décidé de contribuer, via cet outil de sensibilisation, à leur niveau, au cimentage du lien social. Son rédacteur en chef, Brahim Sow Deyna explique l'historique du site.


Brahim Sow Deïna, rédacteur en chef de Maurifoot : "L'état doit prendre conscience que le sport est un facteur de cohésion sociale"
Vous venez de lancer un site d'informations totalement dédié au football, maurifoot.net. C'était une demande forte d'une certaine cible mauritanienne?

Cela fera bientôt cinq ans que l’équipe de Maurifoot se sert des réseaux sociaux pour tenir ses lecteurs au fait de l’actualité du football mauritanien. Facebook et Twitter ont été des outils formidables pour la promotion de notre sport roi. Bien que cela ce soit plutôt bien passé, avec le temps nous avons ressenti le besoin de « grandir », de changer de dimension. En jetant un œil sur les pays étrangers, les sites web consacrés au football y sont nombreux, ce qui n’est pas le cas chez nous.

Grâce à des partenaires comme Afrik-foot.com et Noorinfo.com, que nous remercions chaleureusement au passage pour leur disponibilité, nous avions réussi à toucher un large public. Cependant, il nous fallait notre propre support sur lequel nous pourrions traiter l’information « en profondeur ». C’est ainsi, que grâce à l’abnégation de l’ensemble de l’équipe de Maurifoot, nous avons pu mettre sur pied le site web Maurifoot.net. Pour la petite histoire, le 8 octobre 2006, la Mauritanie défiait le Burundi à l’extérieur en match éliminatoire de la CAN 2008.

Ce jour-là, j’ai parcouru tous les cybercafés de Nouakchott pour avoir le résultat de la rencontre, mais en vain. C’est suite à cela que l’idée d’offrir aux Mauritaniens un site où ils trouveront leur bonheur a germé dans mon esprit. Je sais qu’il y’a des mordus du ballon rond comme moi, qui ne demandent qu’à tout savoir sur leur football local. Voilà pourquoi cette nouvelle plateforme se veut être une vitrine pour le football Mauritanien. Et si nous arrivons à changer cette image terne que tout le monde a de notre football, ça n’en sera que meilleur.

Quel regard portez-vous sur l'évolution du football national ces dernières années, autant au niveau des clubs que des Mourabitounes ?

Pour ce qui est de la sélection nationale, je la résumerai en un seul mot: « progrès ». Le football Mauritanien a connu une période difficile depuis l’exploit retentissant des Mourabitounes contre l’Égypte en 2006 à Nouakchott. Les supporters ont longtemps cru que c’était le début d’une longue et belle aventure. Le malheureux forfait de 2010 est venu leur rappeler la dure réalité de notre pays. Depuis une année, on constate une légère amélioration, avec des résultats assez intéressants tant pour les Cadets que pour les Seniors. Même si tout reste encore à parfaire, il y a une progression, c’est certain. Maintenant on attend de voir jouer la sélection « A » avec nos expatriés. Je pense qu’avec des joueurs comme Dominique Da Sylva (Al Ahly), Adama Ba (Brest) entre autres, nous sommes en mesure de faire bonne figure sur le plan continental. Il faudrait pour ça que notre fédération s’y mette sérieusement.

En ce qui concerne les clubs, je me montre un peu plus dubitatif. Nous sommes encore à des années lumières de ce qui se fait dans les autres pays. La qualité des matches du championnat et l’organisation laissent à désirer. Les stades sont quasiment vides, et les rares fois où les tribunes accueillent du monde, ce sont généralement les amis ou familles des sportifs qui répondent présent. Les autres supporters sont découragés et je les comprends. Ce qui me peine, c’est que ceux qui ont le destin de notre football entre leurs mains, n’ont pas encore compris que c’est par le sérieux et le travail que nous pourrons atteindre le stade du semi-professionnalisme souhaité.

Pour le moment on ne sent pas une politique à long terme mise en place pour y arriver. Les étapes ont été brulées. Nous savons tous que le football de base est la solution. Les présidents de clubs doivent avoir plus d’ambitions. En Mauritanie, il n’y a que le FC Nouadhibou, voire le FC Tevragh-Zeïna, qui peuvent se targuer d’être de vrais clubs. Les autres ne sont que des faire-valoir. Il faut qu’ils se prennent en main, qu’ils travaillent pour attirer des sponsors, générer des revenues et ne pas compter perpétuellement sur la FFRIM pour leur donner de l’argent et des équipements. Pour finir, penser à former encore et encore. Les entraîneurs, arbitres, administrateurs, soigneurs, etc... Eux aussi ont leur partition à jouer. Dans le football, tout est lié.

Il faut former les jeunes dès le bas âge, les encadrer. Aujourd’hui, nous n’avons aucune infrastructure adéquate qui aiderait nos sportifs à s’exprimer pleinement. Nos stades sont usés ou inexistants, l’Académie de football loin d’être prête, les aires de jeu restreintes.

Brahim Sow Deïna, rédacteur en chef de Maurifoot : "L'état doit prendre conscience que le sport est un facteur de cohésion sociale"
N'est-ce pas là qu'intervient le rôle de l'état?

Effectivement. L'état doit prendre conscience que le sport est aussi un facteur de développement et de cohésion sociale. En privant les jeunes de taper dans un ballon, de s’adonner à un sport en particulier, il ne serait pas étonnant de les voir sombrer dans la délinquance et la dépravation. Il faut éviter cela, en multipliant les activités sportives, à l’école, dans les rues. Nous avons besoin d’une jeunesse saine, forte et unie. Oui, le football peut aussi guérir nos luttes intestines. Il suffit d’y croire.

Mauritanie joue sa qualification au CHAN 2014 en juin contre le Sénégal. Croyez-vous objectivement aux chances mauritaniennes, pour ce qui serait une première ?

Si j’y crois ? Bien sûr. Sans chauvinisme particulier, j’irai même jusqu’à dire que la Mauritanie va battre le Sénégal et se qualifier pour le CHAN. Pourquoi un tel optimisme ? Tout simplement parce que je crois en nos joueurs, mais aussi et surtout, en Patrice Neveu. Le sélectionneur national a abattu un travail phénoménal depuis son arrivée en février 2012 et les chiffres plaident en sa faveur. Les Mourabitounes locaux surfent sur une incroyable série de huit matches sans défaites, dont une victoire historique face au Liberia à Monrovia. Mais ce qui me pousse réellement à encenser Neveu, c’est le changement qu’il a apporté au niveau de la discipline tactique de l’équipe nationale.

Depuis quelques rencontres, on sent une envie et une confiance se dégager du collectif, et ça fait plaisir à voir. Lors du match contre le Liberia, nos joueurs ont surpris leurs adversaires, mais aussi leurs propres supporters. Car honnêtement, nous étions peu nombreux à miser sur un succès de nos protégés hors de nos bases. Je revois encore les images du match, je revois nos joueurs respectant à la lettre les consignes, se replaçant à chaque perte de balle, et se projetant vers l’avant dès que l’occasion se présentait.

Cette équipe est capable de battre le Sénégal, j’en suis persuadé. Et mon optimisme est renforcé par le fait que le championnat Sénégalais est constamment affaibli par le départ de ses meilleurs éléments vers l’Europe. Le niveau de nos deux championnats est pratiquement similaire. Dans l’intensité et l’engagement ils sont plus forts, mais techniquement nous sommes meilleurs qu’eux. Je donne rendez-vous à tous les amoureux du football Mauritanien et des Mourabitounes au mois de juillet, pour vivre ensemble ce qui serait une première historique pour notre pays.

Vous êtes la principale source d'informations, complètes et régulières, relatives au monde du football mauritanien. Eu égard à cette présence, et au développement du football, quelles perspectives de développement vous accordez-vous?

Nous nous efforçons, malgré nos moyens dérisoires, de tenir le public informé de tout ce qui touche au football Mauritanien. Nous sommes conscients de la difficulté de l’objectif que nous nous sommes fixés. D’autant plus que le football local n’intéresse pas beaucoup de Mauritaniens. Il nous faudra nous battre pour arriver à attirer les gens, en les incitant à prendre part à des débats constructifs, pour qu’ils se sentent concerné par le sort de notre sport à tous. Grâce à Maurifoot.net, nous espérons y arriver.

Cependant, nous n’avons pas envie de nous arrêter au simple fait d’informer. Avec le temps, et par la grâce de Dieu, nous envisageons de mettre en place un système qui permettrait, pourquoi pas, à nos footballeurs de trouver des clubs à l’étranger. Sur le moyen terme, nous projetons de lancer un magazine mensuel qui condensera l’essentiel de l’actualité du football mauritanien, et qui sera téléchargeable sur notre site web.

Par la suite, nous comptons l’imprimer sur papier et l’offrir gratuitement. Nous espérons aussi travailler avec des commerçants de la place pour la mise en vente du maillot national et d’autres articles sportifs sur le site. Pas mal de choses sont envisagées mais ce ne sera pas simple à réaliser. Voilà pourquoi nous demandons un soutien sans faille de tout le monde. Nous avons indéniablement cette envie de participer au développement de notre football. Nous sommes de gros rêveurs, et nous aimons ça !

Un mot particulier que vous voudriez partager?

Principalement exprimer toute ma sincère gratitude à tous ceux qui ont soutenus ce projet ; particulièrement l’équipe de Maurifoot sans qui, ce site web n’aurait jamais vu le jour. Jemal Sevir (responsable général), Ba Mohamed El Kébir (webmaster) et Ali Zaidan (responsable communication et marketing) ont travaillé sans relâche, nuit et jour, pour doter les passionnés d’un support leur permettant de vivre et commenter l’actualité du football Mauritanien. Un grand merci également à Noorinfo.com, qui a cru en nous et en notre projet. Remerciements aussi à Mauritel, qui a accepté de nous accompagner dans notre démarche pour le soutien des Mourabitounes.

Il est important de réunir tous les fans autour du football Mauritanien, si nous voulons avancer. Nous projetons de lancer une grosse campagne de sensibilisation afin que tous les Mauritaniens résidant à Dakar se déplacent pour supporter la sélection mauritanienne lors du match aller contre le Sénégal début juillet. Je demande l’appui du peuple Mauritanien, car sans son soutien notre combat est perdu d’avance.

Maurifoot a pour ambition de faire connaitre le football national en Afrique et au-delà ; et pour cela nous devons tous marcher comme un seul homme. Pour conclure, j’aimerai dire à mes confrères journalistes de prendre leur rôle très au sérieux. Les rares survivants qui n’ont pas encore succombés à l’appât du gain, passent le plus clair de leur temps à reproduire des informations générales connus de tous, sans apporter une profondeur de débat et pousser leurs lecteurs à la réflexion. Ça m’attriste. C’est aussi par les médias que le changement est concevable.

Propos recueillis par MLK
Mamoudou Kane


              


1.Posté par Capricechupa le 10/05/2013 20:43
Trop fière de toi et bon courage a toute l'équipe MAURIFOOT
InchALLAH qu'Allah vous ouvre toutes les portes

2.Posté par fifi le 14/05/2013 17:21
bon vent brahim

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire