Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Bourses des valeurs mobilières de Nouakchott : Le plan de mise en œuvre


Economie
Jeudi 9 Janvier 2014 - 08:56

Le cabinet «EXEL CONSULTING» chargé par la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), de la conception technique, économique et juridique de la future Bourse des Valeurs Mobilières de (BVM) de Nouakchott, a présenté mercredi un plan de mise en œuvre de cet outil.


Bourses des valeurs mobilières de Nouakchott : Le plan de mise en œuvre
Autres articles
Xavier Roy, fondateur et associé gérant d’EXEL CONSULTING, ancien directeur de NYSE Euronext (ex-bourse de Paris) a donné toutes les indications sur  le processus de mise œuvre de la future place financière mauritanienne, à l’occasion d’une journée de restitution de l’étude de faisabilité.
 
Celle-ci se fera en quatre phases successives : conception, mise en place, démarrage et montée en charge, sur une durée totale d’environ 42 mois.
 
La phase de conception est prévue pour une durée d’au moins 12 mois «pour établir l’ensemble du schéma d’organisation et de fonctionnement, tel qu’appréhendé dans l’étude de faisabilité.
Ainsi, toutes les fondations seront posées pour effectivement construire le marché boursier (aspect institutionnel, juridique, technologique, titres à coter et Intermédiaires Financiers (PSI)».   Durant la phase de mise en œuvre une nouvelle loi devrait être élaborée et adoptée.
 
Les premières entreprises émettrices  font l’objet d’un diagnostic afin d’évaluer le chantier de mise à niveau et la faisabilité en vue de la cotation. Il est recommandé pendant cette période de loger la structure du projet à la BCM.
 
La phase de mise en place devrait durer 9 mois. Les émetteurs de titres lanceront leur chantier d’introduction en bourse avec une échéance de 1 à 2 ans. La quatrième phase conduira à la mise en place du dispositif boursier, avec la rédaction de l’ensemble de la réglementation et des procédures.
 
La création de la Bourse des Valeurs Mobilières de Nouakchott répond aux besoins de financement  des entreprises publiques et privées, de l’Etat  pour les projets d’infrastructures.
 
Vient compléter cette nécessité l’existence d’une épargne significative : les réserves des institutionnels augmentent (Fonds National des Revenus des Hydrocarbures, Caisse de Dépôt et de Développement, Caisse Nationale de Sécurité Sociale…).

Source : Financial Afrik
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires