Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Boubacar Ould Messaoud : «Je combats ma propre violence»


Actu Mauritanie
Dimanche 7 Décembre 2014 - 12:15

Il y a des êtres dont l'essence morale est marquée sur les traits. Boubacar Ould Messaoud est de ceux-là, transparents et sincères dans l'engagement qu'ils ont fait leur. Une puissance et une volonté inébranlables dans son combat, qu'une humble discrétion n'altère pas. Même pas deux emprisonnement, en 1998 (condamné à 13 mois de prison puis amnistié sous la vigueur de la pression internationale en faveur de sa libération) et en 2002 (arrêté à son domicile de Nouakchott, en présence du premier conseiller de l’ambassade des Etats-Unis, et de quelques témoins, suite à une intervention sur les ondes de Radio France internationale). Il y a cinq ans, presque jour pour jour, il était déclaré par le département d'État américain «héros de la lutte contre l'esclavage et la traite des personnes des temps modernes». Entretien avec un combattant anti-esclavagiste, un des tous premiers du pays.


Boubacar Ould Messaoud
Boubacar Ould Messaoud

Depuis quand luttez-vous contre l'esclavagisme ?

Je lutte contre l'esclavagisme depuis que j'ai pris conscience de cette réalité qui m'entoure, un peu avant mon adolescence. J'ai 70 ans aujourd'hui, donc ça fait un long moment. Vous continuez à dénoncer ce phénomène.

Comprenez-vous le négationnisme des autorités par rapport à cela ?

L'état continue à nier l'existence de l'esclavage, pour se conformer certainement à cette position de l'état, déclarée à plusieurs reprises par le président de la République. Les juges d'instruction requalifient systématiquement les cas qu'on lui porte, comme du «travail de mineur non-rémunéré». Ceci fait qu'on n'a quasiment pas de cas repris et condamnés par la justice.

Il n'y en a eu qu'une seule : en 2011, une famille, dont l'un des membres a été condamné à 2 ans de prison. Le Parquet a fait appel, et nous de même. Ce monsieur ne fera finalement que deux mois de prison. Entre temps, et je le signale avec force, la rapporteuse spéciale de l'ONU de l'époque, sur les formes contemporaines de l'esclavage, qui est venue ici, a constaté qu'un individu était en prison pour pratique esclavagiste, et a estimé, à tort, qu'il y avait une jurisprudence. Deux mois après le départ de la rapporteuse, il est mis en liberté provisoire, liberté provisoire qui perdure jusqu'à ce jour.

Il y a d'autres cas pendants devant la justice, qui dénotent une mauvaise volonté politique et judiciaire évidente de lutter contre l'esclavagisme. Une mauvaise volonté encore plus évidente au vu du refus de donner la possibilité aux ONG de se porter partie civile. On hypothèque les chances de la victime d'avoir une justice. Or, tant que cela ne sera pas fait, la loi criminalisant l'esclavage ne sera qu'un amas inutile de mots. Qui juge ? D'où sont issus les prétendus «indépendants» juges d'instruction ? Ils sont issus des classes dirigeantes encore largement féodales, et donc propriétaires elles-mêmes d'esclaves. Il est donc difficile pour eux de concevoir qu'on puisse arrêter et juger quelqu'un qui pratique l'esclavage. C'est une évidence culturelle et historique à leurs yeux. La question de l'égalité n'a jamais été posée pour eux. Les formes de rapports traditionnels n'ont jamais été contestées et déconstruites dans la tête des gens.

Et les religieux dans cela ?

L'esclavage a été instrumentalité par les religieux de ce pays, qui ont une mainmise psychologique et morale sur la majorité du pays analphabète. Pour une large majorité des esclaves, c'est un devoir sacré d'obéir à son maître. C'est une condition sine qua non selon leurs esprits trompés par ces thuriféraires de la religion, d'accéder au Paradis. Bien sûr, l'Islam n'a rien à voir avec ça ! Ce sont des individus qui travestissent pour leurs intérêts personnels et tribaux, les propos divins. Ce qui fait que toute la société mauritanienne ignore ce fait social. On n'en parle pas.

Même dans les communautés noires-mauritaniennes ?

Même dans la société négro-mauritanienne. L'esclavage y est moins visible, avec une forme essentiellement de castes, mais tout aussi condamnable. Là encore, un discours d'égalité n'a pas été construit pour faire pièces au caveau où sombre la pensée féodale. Les esclaves eux-mêmes se regroupent en tant qu'esclaves et sont fiers de revendiquer ce patronyme, et prétendent demander aux autres, «nobles», leurs dûs, ce qu'on donne aux misérables : des petits cadeaux aux mariages ou baptèmes, et ils s'en orgueillissent. Cette société noire-mauritanienne encore profondèment traditionnelle, avec des intellectuels lâches, je dis bien "lâches", parce qu'ils n'évoquent pas la question, le plus souvent étant du bon côté de la barrière. Ils ont des diplômes, des doctorats, ils ont vu le monde, mais ils ne parlent pas de ce fait de castes dites «inférieures», qui gangrène leur réalité.

A cause de cela, dans notre histoire récente, on constate qu'il a toujours été impossible pour un esclave de se libérer et s'émanciper dans son propre milieu. Car dans son propre milieu, tout le monde l'insulte, le montre du doigt, même ceux de sa propre caste ! «Comment !? Tu oses te rebeller contre ta condition. Qui es-tu ? Qui sont tes parents ? Qui sont tes grands-parents ? Des esclaves tous ! Et toi tu oses te rebeller !?». Voilà l'essence du discours qu'ils entendent. Pour vous dire jusqu'où va l'aliénation ! Surtout quannd on mêle le fatalisme qu'on veut nécessairement, dans tous les cas de figure, lier à la volonté d'Allah. Allah n'est pas responsable des faillites de nos actions et de nos idées. C'est bien pour cela qu'il y a un Jugement Dernier : répondre de ces actes et idées.

Quelle issue observez-vous pour les hommes ou femmes, qui veulent s'en détacher ?

La seule issue pour ces nouveaux hommes libres, c'est la fuite, notamment et particulièrement dans la société maure. A moins de se faire affranchir par le maître, ce qui n'est à mon sens, qu'une technique de gestion de l'esclavage.

Comment cela ?

Parce qu'on affranchit l'esclave récalcitrant, qui veut éveiller d'autres comme lui, qui sème la zizanie avec ses discours. A ce moment-là, on dit à son maître «Affranchis-le ; et tu le verras plus docile qu'un chien. Il te sera reconnaissant pour la vie» : c'est une forme d'anoblissement par rapport à ses cousins. Et c'est ce processus qui se déroule malheureusement dans beaucoup de cas : il devient un parfait contremaître !

Quand on me dit qu'un tel a été affranchi, j'ai l'habitude de dire à mes amis : «Avant il était l'esclave d'une famille, maintenant le voilà l'esclave d'une tribu». Car c'est là qu'une subtile nuance se fait : l'esclave est un objet et appartient à son maître. L'affranchi est sensé devenir membre de la tribu, la renforcer, alors qu'il n'en devient qu'un instrument, reconnaissant par dessus tout, jusqu'à sa mort, de voir cesser son statut de paria, de damné.

Les autorités semblent craindre ce mouvement d'émancipation des Haratines, qu'on observe de plus en plus...

La société mauritanienne est divisée en groupes ethniques, en tribus; et le pouvoir a été transmis par l'ancien colon, la France, à la communauté arabo-berbère. Et cette dernière, même si elle était à l'époque la moins instruite pour prendre administrativement les rênes d'un pays, était majoritaire, en tout cas se présentait comme telle, car comptabilisant leurs esclaves. Aujourd'hui avec la libération des esclaves, ils voient une possibilité de séparation avec ces esclaves, donc une perte de pouvoir. Car ces anciens esclaves vont demander leur dû et leur place dans la société mauritanienne ! D'où la négation pure de ce phénomène par les autorités, qui parlent plutôt de «séquelles», axant ainsi leur discours sur l'ignorance et la pauvreté qui touchent l'écrasante majorité des Haratines.

C'est ainsi qu'ils disent que c'est pour lutter contre de telles séquelles qu'un organisme comme Tadamoun et d'autres agences ont été créées. Mais ces agences travaillent surtout pour créer une autre forme de dépendance vis-à-vis des anciens esclaves regroupés dans des localités, où on leur porte leurs nécessaires de vie, les intrants agricoles dont ils ont besoin. Et qui leur apporte cela ? Leurs anciens maîtres. Il y a une forme de soumission qui demeure, et qui ne va nullement dans le sens de lutte contre les séquelles liées à l'esclavage.

Pourquoi deux associations comme IRA et SOS-Esclaves, qui vont pourtant dans le même sens du combat social ?

Vous devriez poser cette question à Birame (Ould Abeid – ndlr). Birame était membre de SOS-Esclaves. Je pense qu'il n'a pas considéré notre démarche, comme satisfaisante. Peut-être nous trouvait-il frileux, si je compare nos moyens à ceux qu'il utilise. Il faudra lui demander (sourire).

SOS-Esclaves a été créé dans quel contexte ?

D'abord, on a créé SOS-Esclaves pour venir en détresse à celles et ceux qui subissent ce fléau, dans un pays où l'esclavage est nié. Nié par les esclaves, par les anciens esclaves, les autorités, et ce déni touche toutes les communautés. Mais moi, descendant d'esclaves, j'ai constaté aussi que tous les esclaves ne veulent pas toujours rester esclaves. Souvent l'esclave veut lever la tête, commence à la lever, mais il ne voit aucune issue, et aucune main tendue.

Quand j'étais fonctionnaire on est venu souvent me voir pour me demander d'intervenir, par rapport à des esclaves présents à Nouakchott ou ailleurs, décédés, et dont le maigre héritage revenait entièrement au maître, laissant les orphelins sans rien. Des orphelins ! En lisant le Saint Coran, vous verrez qu'une des pires choses qu'un être humain peut faire et de disposer des biens d'un orphelin... En allant voir la police pour ces problèmes, on nous disait souvent «Il n'y a pas de souci : allez voir les leurs». Mais en Hassanya il y a un terme ambivalent, «Ehlou», qui peut autant vouloir dire «maître», que «parent». Notre démarche est d'aider en priorité les hommes et femmes qui posent le problème.

Mais que pensez-vous des méthodes révolutionnaires de l'IRA? Vous semblent-elles efficaces ?

(Silence). En tout cas ce n'est pas contre-productif. C'est une voie de sensibilisation par le choc dont on ne peut nier l'efficacité. Je ne l'insulte pas. Elle est valable ; c'est un choix. Mais elle appelle une inquiétude de ma part (silence) : Des pans actifs de la communauté arabo-berbère, des dirigeants notamment, veulent provoquer une confrontation, dont personne ne sortirait gagnant. Quelque soit le dit «gagnant», ce serait une victoire à la Pyrrhus. Si une confrontation devait arriver, les victimes seraient essentiellement celles qu'on veut libérer, car les maîtres sont armés, s'entraînent périodiquement, à travers la cible, au nom de traditions guerrières qu'on prétend entretenir. Une grande partie de la communauté maure est armée ; armes de poings, armes de guerre, munitions données par l'armée elle-même! Et ce sont eux par ailleurs les propriétaires d'esclaves essentiellement.

En milieu noir-mauritanien la contestation de l'esclavage de castes semble moins vigoureuse...

Effectivement. L'unité ethnique et de couleur masque le débat. Mais je dois dire que je ne comprends pas : l'égalité n'est pas question de couleur; on la doit à tous les humains. Ce n'est pas ma couleur, ou la vôtre qui détermine nos relations ! Non! C'est plutôt la qualité morale, humaine, que vous observeriez chez moi, et vice-versa. La question que je me pose quand je découvre quelqu'un c'est «Est-ce un être humain correct, équitable, bon ?», et non pas des questionnements liés à sa couleur ou ses origines. Donc les revendications liées à la lutte contre l'esclavagisme doivent rester dans ce cadre. Ce combat ne doit pas devenir un manichéisme «noir contre blanc» ! Toutes les forces vives, politiques, morales, communautaires, intellectuelles, économiques, de bonnes intentions, et de bonnes fois, doivent y veiller.

Comment voyez-vous la suite de la lutte ?

Je voudrais que cette lutte soit menée pacifiquement. A mon sens, la confrontation n'est pas une bonne approche. Les victimes n'ont aucun moyen de se confronter à leurs anciens maîtres. Ils sont désarmés. Je dis cela par rapport à de plus en plus de jeunes, descendants d'esclaves, que je rencontre, et qui sont choqués, frustrés par le système dans lequel ils vivent, et qui nie leur condition. Et je leur dis que s'ils vont à une confrontation directe, ils seront liquidés, physiquement.

On a vu à Niabina qu'un siège pouvait être mis autour d'un village, impunément, comme en temps de guerre, pénétrant chaque foyer avec des armes de guerre, pour de vulgaires soupçons qui se sont avéré infondés ! Mais cela illustre bien à mon sens, le rapport de force déséquilibré du moment. Je ne peux donc pas être pour cette voie.

Par contre je ne suis pas contre l'éclosion des identités, les gens ne se voyant pas dans ce pays, des modes de gouvernances parallèles peuvent être mises en avant. De quelle unité, de quelle cohabitation peut-on décemment parler ici aujourd'hui ? L'autonomisation des régions n'est pas une mauvaise idée. Que les populations décident comment elles veulent développer leurs régions, leurs villages.

Vous considérez-vous comme un arabe ?

Que les maures ou les haratines se considèrent comme des arabes, ce sont des histoires ! Moi je ne suis pas un arabe. Ce n'est pas parce que mes parents ou moi, avons été esclaves d'individus parlant hassanya que je suis devenu arabe. Je le crie à tous les intellectuels mauritaniens qui assimilent la langue à l'identité : les noirs américains sont-ils des anglo-saxons ? Les noirs brésiliens sont-ils des portugais ? Les angolais, noirs, sont-ils portugais ? Il faut arrêter avec cette malhonnêteté intellectuelle qui découle d'un profond complexe identitaire non réglé. On veut faire de moi un arabe, pour continuer à donner la majorité à un groupe communautaire. Donc je ne me considère pas comme un arabe.

On vous oppose souvent à Birame...

(Il coupe, visiblement énervé...) Quand Birame Ould Abeid a eu son prix des Nations-Unies pour les droits de l'Homme, je suis le seul en Mauritanie à avoir salué cet honneur fait à un mauritanien. Beaucoup sont venus me voir pour titiller l'orgueil : «c'est toi qui aurais dû l'avoir» etc... Mais où est le problème que ce soit lui, Fatimata Mbaye ou moi ? L'essentiel étant que le combat de la société civile mauritanienne, face à des autorités négationnistes, soit reconnu. Ce prix attribué à Birame donne encore plus de poids, un élan supplémentaire aux combats de tous les défenseurs des droits humains en Mauritanie.

Lire la suite
Source: Mozaikrim

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires