Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Birame est dépassé : le Dr Saad Ould Louleid remportera la mise au nez de Messoud et consorts…


A.O.S.A
Dimanche 5 Juin 2016 - 22:34


Nous assistons là à une prise de pouvoir en règle comme on le voit souvent partout dans le monde quand une révolution s’annonce ou se déclare : toujours un troisième larron sort au bon moment poussé par le destin, son mérite personnel et son opportunisme pour remporter la mise. Deux exemples tout simples : en France lors de la révolution de 1789 en gros,  on assista à un soulèvement des gueux contre l’aristocratie ce qui fit le lit d’un empereur nommé Napoléon mais surtout s’installera jusqu’aujourd’hui un troisième larron qui prospérait entre les gueux et l’aristocratie à savoir le système bourgeois définitivement en place sur les cendres de l’aristocratie.

 

Sans aller plus loin, juste à côté, les révolutions arabes d’abord laïques contre les tyrans ont profité ensuite à des mouvements islamistes mieux organisés pour finir en Egypte par exemple par être écrasés par la loi du plus fort avec l’avènement du radical et implacable général Al-Sissi.

 


En Mauritanie, il se passe des choses mais qu’on ne se trompe pas, le système militaro-tribalo-ethnique qui tient ce pays ne dort pas et il a des longueurs d’avance en terme de génie politique et son lot de manipulations cyniques. En face pour le faire fléchir ou le renverser, rien de sérieux jusque-là. Toute opposition sérieuse a été domptée ou neutralisée avec la force brutale à une époque qui céda la place aujourd’hui à la force politique, économique aux mains du pouvoir militaire civilisé et ses ramifications civiles dont les avantages grattés profitent de près ou de loin à la majorité des têtes pensantes de ce pays quelles qu’en soient les origines ou la race, le tout au milieu d’une misère généralisée et une atmosphère politique, économique, raciale étouffante qui ne promet aucune marche décisive vers un progrès quelconque sinon l’éternelle mutation du statu quo archaïque vecteur d’un gâchis permanent d’énergie et de talent au seul profit d’une coutume généralisée du mensonge politique, de la captation pour une minorité avec quelques miettes pour ceux qui végètent à sa périphérie et la misère pour le reste de la population condamnée à l’ignorance, au fanatisme et toujours sujette à toutes les manipulations de l’élite pour en diviser éternellement les forces dans des tensions raciales et autres nationalistes sans tête ni queue sinon celles des marionnettistes premiers responsables de leurs conditions de vie précaires.

 

 

 

 

 


Ainsi, après le problème négro-mauritanien réglé par la force et réduit à néant depuis, il suffit pour s’en convaincre de voir le triste sort des flamistes qui sont rentrés au pays avec à leur tête monsieur Samba Thiam qui n’arrive pas malgré son discours conciliant à recevoir un récépissé pour son parti les FPC ( dans sa descente au royaume de l’humiliation, le voilà qui dit qu’il est d’accord pour participer au dialogue alors que le pouvoir ne le reconnaît pas ), après le problème des forces  civiles progressistes multi-culturelles que sont  quasiment tous les partis traditionnels des plus anciens aux plus récents anesthésiés et ridiculisés à force de les  avoir vidés de leurs cadres qui ont rejoint le pouvoir définitivement ou font régulièrement la navette entre le pouvoir et l’opposition au gré de la crise économique dans leurs poches jusqu’au FNDD en passant par le FNDU qui rassemble quelques milliers de sympathisants à eux tous, voilà le problème hratine en passe d’être réglé et ce n’est pas plus mal.

 


Ainsi, on pourra dire ce que l’on veut de Birame et de l’IRA, reste que c’est lui avec son discours radical, ses opérations spectaculaires, qui a réveillé le problème H depuis longtemps endormi dans les mains et postes juteux de l’illustre Messoud. Petit à petit à force de discours radicaux, de prix à l’étranger, de postures sans concessions, de séjours en prison, Birame et les siens méprisés jusque-là par le pouvoir ont réussi un coup de force sans précédent à savoir faire de leur lutte contre l’esclavage l’un des soucis majeurs du pouvoir indexé de partout dans le monde pendant que ce discours et cette posture radicale distillaient dans le monde hratine qu’un Mandela s’est levé, incorruptible et courageux.

 

C’est ensuite que les choses se sont gâtées pour Birame. Malgré de nombreux conseils venus de partout de la part de maures et de hratines lui demandant de quitter ce discours radical et souvent mensonger à propos de l’apartheid et de l’esclavage en Mauritanie pour prendre la voie d’un discours rassembleur pour la cause des hratines frères des maures, Birame a persisté dans cette voie de la déchirure jusqu’à ce jour.

 

Pourquoi a-t-il fait cette erreur qui sera mortelle pour sa trajectoire politique, lui réservant certainement pour l’avenir un rôle mineur à l’intérieur du pays s’il ne change pas de dynamique et de rhétorique... C’est difficile à cerner quand on ne connaît pas l’homme. Ce qui est sûr c’est qu’il a peut-être été emporté par son premier élan celui de ne parler que de l’esclavage en Mauritanie conforté par des rapports d’organismes internationaux notamment celui de la Walk Free Fondation qui donna à la Mauritanie le premier rang mondial en pourcentage d’esclaves sur son territoire.

 

 

 

 

Ensuite Birame aveuglément soutenu par l’ambassade des USA en Mauritanie, certainement désinformée par des sources internes peut-être des agents mauritaniens militants contre la domination maure, Birame n’a pas pu aller contre un rapport radical du département d’état à propos de la situation des droits de l’homme en Mauritanie où ce sont toujours les arabo-berbères les premiers indexés alors que le monde négro-mauritanien fut tout aussi raciste et esclavagiste.

 

 


D’ailleurs, à ce jour  en Mauritanie francophone, nous sommes les seuls à avoir parlé du dernier rapport de Global Slavery daté du 31 Mai 2016 qui ne parle pas comme Birame et ses soutiens de 20% victimes de l’esclavage moderne mais de 1% soit 43000. Plaçant d’ailleurs la Mauritanie au 7 rang derrière le Soudan, le Qatar, l’inde etc.

 

http://www.chezvlane.com/2016/06/desintox-le-dernier-rapport-de-global.html

 

Toujours est-il que Birame a insisté sur cette voie injustifiable du discours à propos d’esclaves pieds et mains liés introuvables avant d’opter pour le discours à propos d’esclavage domestique en indexant toujours les arabo-berbères et en préservant les négro-mauritaniens pourtant la littérature scientifique pour l’instruire est gratuite et disponible d’un clic...

 

 

Le rapport d’Alston dont une phrase inventée de toute pièce a servi à la propagande d’état pour dire que de l’étranger on cherche à déstabiliser la Mauritanie en se servant des hratines notamment bien entendu du nouveau Mandela alors en prison. Il a fallu agir pour trouver une issue à cette tension raciale qui n’a jamais atteint un tel seuil entre maures et hratines dans les médias jusqu’au citoyen lambda car l’opposition radicale se sert de ce sujet comme de tout bois pour embêter un pouvoir méprisant, arrogant, roublard et cynique.

 

Dans un autre pays, au Tchad par exemple, ou en Egypte, certainement au Maroc de  Ben Barka, en Algérie, en Libye et partout dans le monde arabe, Birame aurait été liquidé dans l’œuf d’une façon ou d’une autre depuis longtemps car un accident est si vite arrivé ou brisé en prison à force de maltraitances psychologiques qui peuvent ne laisser aucune trace physique mais verser le sang ou créer des martyrs n’est pas dans la politique de cette nouvelle génération de militaires coutumiers des coups d’états sans victimes et des condamnations à mort sans suite.

 

On pourra penser ce que l’on veut de cette génération de militaires fruit du HCE, elle aura au moins su tirer jusque-là profit de la liberté d’expression jusqu’à un certain point car son échec le plus dramatique est l’atmosphère détestable dans laquelle vivent les mauritaniens et surtout l’incapacité pour le pouvoir à déjouer le travail de sape des opposants radicaux qui ont réussi à salir l’image de la Mauritanie dans le monde croyant naïvement que cela allait pousser les occidentaux à traiter différemment avec leur meilleur allié militaire dans la région jusque-là…

 

Dans cette atmosphère, soudain on apprend  l’interview explosive qu’un certain Dr Saad Ould Louleid inconnu du plus grand nombre et surtout des nouvelles générations sinon comme personnage politique de second ordre depuis plus de 30 ans avec des apparitions au FNDD contre le putsch d’Aziz avant de rejoindre l’IRA de Birame pour finalement en être exclu comme un vulgaire militant alors qu’il rappelle lutter pour cette cause depuis plus de 30 ans à une époque où Birame croyait en un avenir politique chez les arabo-berbères.

lire la suite...

 
 
chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires