Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

B’il a dit ...


Tribunes
Jeudi 27 Février 2014 - 13:47

B’il a dit et redit des tas de choses. B’il dira et redira des tas d’autres choses. Dans l’un de ses fameux poèmes panégyriques à l’adresse de Seïf Dewla Al Hamadani, Abu Attayib Al Mutanadi évoquait la grandeur, la gloire et les desseins de ce roi.


B’il a dit ...
 Il disait, dans ce qu’il disait, dans son long poème que les intentions, les desseins, à comprendre volontés futures, de ce monarque-ce qui se définissent un peu dans le jargon politique actuel par promesses électorales- redeviennent une fois, dans l’intention du roi de l’ordre du passé. De l’accompli. Et sortent avec la grandeur qui sied non seulement du temps de l’inaccompli, mais qu’ils sont émancipés, en plus, d’outils de la négation. C’est ce qu’on appelle dans le Cadre Logique de l’Union Européenne et autres organismes de financement internationaux un projet dont les indicateurs sont vérifiables objectivement. Avec des résultats. Un objectif spécifique. Des objectifs globaux. Des sources de vérifications…etc. C’est un peu une question de projet. De volonté. De politique. C’est un peu, aussi, ce qui lie, d’une certaine manière, peut-être, accidentelle, et pourquoi pas arbitraire, les manuels et guides organisationnels des organismes internationaux, et la sagesse et le verbe de l’un des plus grands poètes arabes.

C’est ce qui ne lie pas aussi, ‘’inaccidentellement’’, partialement, ce monarque arabe du 10 siècle après Jésus au président de la Mauritanie Nouvelle au 21 siècle après Jésus. On ne se souvient pas seulement des intentions de l’actuel président, pendant sa campagne électorale et sa période post-électorale, mais on retient, tout comme l’agence mauritanienne d’informations et bien d’autres médias d’ici et d’ailleurs consignent dans leurs archives des projets inaugurés, ici, à Nouakchott, à Nouadhibou et entre les deux villes et entre bien d’autres villes du pays. Des projets dont le coup d’envoi a été donné des fois par le premier citoyen de la Mauritanie Nouvelle, parfois le second de l’exécutif, ou par un ministre de tutelle. Et, qui cinq ans plus tard ne parviennent pas à l’achèvement. On est bien loin de l’inaccompli qui se mue en accompli. Les outils de négation (ne pas, jamais, guère… etc) sont les rares bienvenus de la Mauritanie Nouvelle. Heureusement pour Al Mutanabi. Ici on a déjà déclaré la guerre contre les poètes.

On la confirme, la guerre, dans chaque discours qu’on prononce, dit-on dans ce qu’on prononce, en arabe. Tant pis si les cadres logiques des organismes internationaux ne passent pas par là. Et tant pas si les partenaires chinois, soudanais, arabes n’envisagent pas la logique dans leurs instruments de financements. Toute cette Mauritanie de l’inaccompli, des inachevés, s’évertue à accorder une grande rencontre à la jeunesse. La télévision nationale assène les téléspectateurs chaque instant, entre deux journaux et entre deux riens du tout, d’un clip, où un jeune tente de vendre une rencontre pour les jeunes avec le premier citoyen du pays. ‘’ L’espoir c’est vous.’’ En attribuant l’espoir à la jeunesse. Mais, le jeune, dans ses envolées dessins animés, se trahit un peu. Et on utilise un superlatif.

‘’ L’occasion se présente à vous et même plus.’‘ Lit-on sur le site web crée pour l’occasion. L’occasion du ‘’ et même plus’‘. C’est-à-dire, en d’autre nom le président de la République. Qu’on présente comme un plus de l’occasion. On l’a connu depuis cinq ans dans les affaires d’une manière élective, quoique. On l’a connu un an auparavant d’une manière putschiste. Et, il a su visiblement garder ‘’ ce même plus’‘ tout ce temps. Sans en faire part. Il ne l’a pas offert au pauvre. Qui demeurent toujours dans le moins. Le même moins. L’identique, pas le superlatif de la communication présidentielle. Mais alors, il a bien parlé de Mauritanie- Nouvelle depuis qu’il est là. Le même plus c’est peut-être La Nouvelle Mauritanie Nouvelle. La prise en étau de nouveauté, on ne la connait pas encore. On a connu l’autre Nouvelle, placée après. On sait ce que ça donne. Aujourd’hui, la Nouvelle enserre la Mauritanie des deux côtés. La recette sera donc multiplier par deux. Le tout multiplié par deux cents jeunes.

Arithmétiquement parlant, on ne saurait dire. Surtout que le produit sera multiplié par un. La deux centième et unième tête de la rencontre. Comme quoi l’espoir placé en la jeunesse n’est rien par rapport à ce qui attend cette jeunesse : La rencontre même du président de la République. Tout un programme. Des objectifs spécifiques atteints. Des routes merveilleusement finalisées. Des sociétés porteuses et fonctionnelles. Un chômage contenu. Enfin bref toutes les bonnes intentions déclarées et projets entamés ou inaugurés au début du mandat exécutés dans les règles de l’art. Et avec cette rencontre, on passe à la phase II du régime présidentiel. Une autre Mauritanie Nouvelle. Plus nouvelle que celle dont le mandat se clôture dans quelques mois. Et dont les projets lancés au début ou en cours sont ou bien enlisés à mi-parcours, ou bien abandonnés tout simplement.

B’...

De l’inaccompli sur un projet d’inaccompli

N’empêche ! On peut toujours atteindre, tout de même, un autre objectif spécifique de la Mauritanie Nouvelle : Le comble du ridicule. On l’a atteint l’année passé, celle d’avant et celle d’avant l’avant... Un président qui s’est déplacé, un jour lointain, pour inaugurer ce qui s’avèrera cinq années plus tard une idée mal négociée dans la tête d’un intermédiaire. Quels sont les projets qui pourraient se tramer dans la tête d’une jeunesse, qui n’ont jamais été pensés ? Les projets, bien sûr. Pas la jeunesse. On n’est pas en train de dire qu’il n’y a rien dans la tête des jeunes mauritaniens. Il y a bien pleine de choses. Sans doute. Mais, il faut d’abord se demander ce qu’il a dans la tête, lui, là-haut, qui semble vouloir se la dire vide. Ou du moins c’est ce qui se comprend, entre autres, de cette rencontre. ‘’ Au secours jeunesse, je suis en panne d’idées et de projets ! ” Ce qui veut dire qu’il a déjà parachevé tous les projets et réformes, en instance de promesse, en états embryonnaires ou stationnaires. Il n’a pas besoin de deux cents jeunes pour le savoir. Il faut se regarder dans la glace et se la poser. Se la poser.

La bonne question. ‘’La justice a-t-elle eu sa réforme ? Est-elle réellement indépendante de moi-même, qui veux accueillir deux cents jeunes, dont au moins un juriste au chômage ? Dont au moins une victime ou fils (le) de victime de cette même justice ? Et la réforme éducative, où en est-on ? Et la société mauritano-chinoise de pêche, celle qui a fait couler beaucoup d’encres et de salives ? Et la Ceinture de la Mer que j’ai inaugurée moi-même ? Est-elle toujours enserrée autour de la mer ou se serait-elle desserrée ? La route d’Aweyvia, qu’il a inaugurée, celui-là. Celui-là que j’ai conduit et reconduit ? Et le tronçon de Kiffa-Tintane ? Et la sucrerie soudanaise ? Et l’Aftout Ech Charqi ? Et, et ?’’ A n’en pas finir ! Deux cents jeunes. Avec des idées pleines les têtes. Deux cents têtes. Plus une. Celle du président de la République. Pour réinventer une nouvelle Mauritanie Nouvelle. On imagine combien elle sera encore plus nouvelle que la nouvelle d’hier, dont l’écho enthousiasmé s’effiloche et s’évanouit sitôt confronté à la réalité. Têtue, qu’elle est, la réalité sur le terrain. Des riens, en somme, inaugurés en idées aussi géniales que porteuses, qui ni finissement pas en riens inachevés.

B’...

Source:Rmibiladi
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter