Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

B’il a dit...“ Voilà l’homme tout entier s’en prenant à sa chaussure…”


Tribunes
Jeudi 19 Juin 2014 - 18:04

B’il a dit et redit des tas de choses. B’il dira et redira des tas d’autres choses. “ Voilà l’homme tout entier s’en prenant à sa chaussure alors que c’est son pied le coupable.” C’est une phrase dite sur la bouche de Vladimir, s’adressant à Estragon, son compagnon d’attente, dans la célèbre pièce théâtrale de Samuel Becket, “En attendant Godot.” Estragon essayait une chaussure plus petite que la pointure de son pied.


B’il a dit...“ Voilà l’homme tout entier s’en prenant à sa chaussure…”
“Tout entier.” Avec toute l’énergie et la sur-énergie possible et impossible, Estragon essayait avec force une chaussure, qui serait bien conçue pour un pied plus fin, plus raffiné. Essayait avec tant de brutalité humaine, la brutalité de l’homme, justement, dans sa brutalité d’homme, une chaussure, qui ne lui appartenait pas. La phrase était sortie de la bouche de Vladimir, dans un décor assez particulier. Tout particulier aussi pour Estragon qui forçait une chaussure qui lui est bien étrange. Elle l’était, en tout cas, à son pied. Non, c’est son pied qui était étrange à la chaussure, si on lit en filigrane le commentaire de Vladimir. Mais, les deux bonhommes attendaient. Ils attendaient un in-certain Godot, qui n’arrivera jamais. Un peu comme on attend un Iss’haq chez nous.

Avec décor amoindri et limite. Un arbre d’automne, visiblement, qui a perdu et sa verdure, ses feuilles et son éclat printanier. Une entrée de campagne. Le vide. Le néant. Et le néant quand il s’associe à l’attente, c’est une vie absurde, qui s’invite. Puisqu’il faut bien meubler le temps vide de l’attente. Et quand, il n’y a rien en face, forcément, humainement, on peut bien s’en prendre à des innocents. Une chaussure, qui traînait, par-là, depuis les temps immémoriaux, confectionnée, durant la belle époque des pieds fins et raffinés. Et on pousse, on pousse la brutalité humaine à s’inventer une adversité absurde. A chaque fois, qu’on y songe. Qu’on soupçonne que Godot, ou Iss’haq, le vrai interlocuteur, partenaire, attendu risque de ne pas arriver, on perd patience. Et on s’en prend à tout ce qui bouge et même, surtout ça, ce qui ne bouge pas. C’est un peu une tentative de tuer l’attente insupportable.

L’assassiner. L’éliminer. Cette attente qui ronge. Comme pour supprimer le temps d’attente. Comme si cela amène un Godot, ou un Iss’haq, qui ne arrive pas. C’est difficile. Quand on s’invente de faux adversaires, c’est qu’il n’y a pas seulement un vide dans les environs, mais aussi, un vide intérieur. Un trou béant, en soi, qui ne suggère que des abysses plus sombres de culpabilité, teintée d’un profond manque de fierté de soi. Ça se comprend, qu’on s’en prenne à une chaussure. Ça se comprend qu’on s’en prenne à des faux adversaires. C’est dire qu’on comprend bien Mohamed Ould Abdel Aziz, l’Estragon de cette campagne électorale, qui, à chaque occasion de sortie médiatique, s’invente un nouvel adversaire dans la course présidentielle. Un adversaire hors course.

L’Estragon de l’élection présidentielle de juin 2014 regarde à gauche, à droite, à l’intérieur de soi, il ne voit que le vide, le néant. Et un non Godot qui n’arrive jamais. Puis, il attaque, jette l’anathème, pas sur tout ce qui bouge, mais ce qui ou celui qui ne bouge pas ‘’ Les criminels, les vieillards séniles, ceux qui ont pillé le pays depuis toujours, qui ont déporté les négros africains, tué leurs enfants militaires, spolié leurs terres.’’ Chaque meeting, l’ancien général putschiste, dit et redit la même rengaine, une avalanche d’anathèmes et d’avanies proférées à l’encontre des ses concurrents. Ses concurrents, qui ne sont pas dans la course. Ceux qui sont dans la course seraient bien sympathiques, tout mignons de candidats, sans, c’est vrai, aucune chance de gagner un quelconque poste présidentiel. Même s’il est bien ‘’ légitime’’ de gagner autre chose. La légitimité, c’est comme la santé, elle n’a pas de prix, mais, elle a un coût. Il l’a déjà eue avec le coup. Un général sait bien troquer une consonne contre une autre.

B’..

“…alors que c’est son pied le coupable.”

Estragon tout entier essaie toujours une chaussure d’un autre. Il l’insulterait bien. Peut-être. C’est humain. C’est l’homme dans sa propension absurde. Dans sa défaite conductrice à l’arbitraire. Il n’a pas seulement une fausse idée sur la chaussure, mais il en a surtout une bonne mauvaise sur son pied. L’Estragon de la campagne, campagne électorale, pas l’autre, même si elles ont le vide en commun, est, comme disait Flaubert, tombé un jour lointain dans une affaire à tomber sur les bottes. Il y avait là les bottes militaires. Il allait chausser les bottes de ses supérieurs. Il occupa la charge de cireur attitré du premier citoyen de la République. Il accepta de vivre sous la botte quelque temps durant. Au passage, il en a bien mis du foin dans ses bottes. Il a pris goût au foin et aux bottes.

C’est dire combien il lui serait difficile de se départir de son foin et de ses bottes. Il essaie les chaussures civiles. C’est compliqué. Il force. Ça ne vient pas. Ça ne rentre pas comme on dit. Il donne un coup de pied à la démocratie mauritanienne, qui lui refuse ses grands souliers. Estragon pousse toujours. Pousse son gros pied. Et à chaque poussée un pan de la démocratie mauritanienne se désagrège, se détache et trébuche dans les abysses de l’absurdité. Estragon regarde. En lui. Et dans les parages. Il n’y a rien. Néant. Vide et vacuité. Qui produisent néant, vide et vacuité. Il a peur Estragon. Il a peur. Il n’y a pas d’adversaires visibles. Il s’en prend à des adversaires invisibles.

‘’Tout entier.’’ Avec son système. Son administration. Ses généraux. Ses ministres et autres sbires poussent dans un élan du vide. Dans l’espoir de tuer l’attente. Le temps d’attente. L’attente de la légitimité. Samuel Beckett, lui-même, a dit à la presse qu’il ne savait pas si Godot allait arriver ou non. Mais, il était tout de même persuadé que les deux bonhommes continueront à l’attendre.

B’...

Source:Rmibiladi
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter