Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

B’ il a dit: Mrabih, le négociateur au nom de la République…


Tribunes
Samedi 16 Juin 2012 - 11:00


Autres articles
B’ il a dit: Mrabih, le négociateur au nom de la République…

Mrabih, le négociateur au nom de la République…

Pour le transport du programme EMEL 2012, un appel d’offres a été lancé pour acheminer les produits vers les villes intérieurs. C’est le transporteur Mohamed Vadel Ould Hadrami, dit Mrabih, l’actuel directeur de l’agence en charge d’enrôlement des populations, qui a gagné le marché de transport. Le marché en question portait sur le transport d’un volume de 20 mille tonnes. Le marché a été exécuté, comme convenu. Après le transport de ces 20 mille tonnes, Mrabih a également pris en charge le transport supplémentaire d’un second stock d’environ 80 mille tonnes, cette fois-ci. Mais, Mrabih a majoré de 100% le coût du transport de la seconde opération qui n’était pas, il convient de le souligner, l’objet d’un appel d’offres, au préalable. 

Le comité interministériel en charge du programme (présidé comme ls comités interministériels par le PM), pensait, peut-être, que le directeur de l’agence nationale des titres  sécurisés allait reconduire le même prix de transport à la tonne. Un peu embarrassé, le comité a appelé Mrabih pour une négociation, après coup (coût), et le très généreux homme de confiance du président de la République a accepté, après d’âpres négociations, de rabaisser la majoration à 60%.

Une source du comité interministériel a indiqué à Biladi que les ministres étaient, en réalité, en mauvaise posture, et quelque peu gênés ‘’en osant’’ renégocier à la baisse avec cet homme influent. Car, ils ne savaient pas s’ils négociaient, sans le savoir, avec le Président de la République, qui serait, le véritable détenteur du parc de camions géré par Mrabih. Rappelons que le coût de la partie déjà acheminée des produits du programme transport EMEL 2012 a atteint un petit milliard d’ouguiyas, au lieu de 400 millions pévus au départ.


L’engrais d’un autre cousin…

C’est l’histoire des engrais. C’est aussi l’histoire d’un autre cousin, très  en vue du président de la République, Mohamed Limam Ould Ebbenna, docteur vétérinaire, président de la jeunesse de l’UPR.
Ould Ebbenna a gagné un marché pour la fourniture d’engrais pour le compte du ministère du développement rural. Après un retard considérable sur le délai de livraison et moult relances de la part du ministère, Ould Bennaa restait indéfiniment insensible.  Ce n’est qu’à l’issue de plusieurs pressions que Benna se décide à proposer au ministère 10 mille tonnes d’engrais disponibles à Dakar. Un stock que ce fournisseur bien nommé propose avec une majoration, sur le prix qu’il a indiqué, initialement, de 80 dollars par tonne.
Le ministère qui a voulu s’en tenir ou, au moins, contraindre le fournisseur à respecter son offre financière a fini par se dégonfler et a accepté cette majoration. Un sur-bénéfice de 800 mille dollars USA d’un coup. Avant qu’il ne soit le mot très usité pour désigner cette matière organique ou chimique pour fertiliser le sol, l’engrais est d’abord, le premier sens dans le dictionnaire, le substantif du verbe engraisser. Ould Ebbenna, en signant le marché avec le ministère, n’avait en tête, peut-être, que le sens premier du mot.


Quelques amis ‘’ saisonniers’’ du président…
Le président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz, n’est pas très réputé pour sa fidélité en amitié. Son parcours politique est parsemé d’humeurs et de volte-face, dans le domaine relationnel. Il se trouve un plaisir quelque peu malicieux de larguer bien des amis, pour en élire d’autres. Juste pour une saison. Et, les saisons présidentielles dépassent de loin celles de l’année.

L’opinion publique, ‘’ les renifleurs’’, surtout, du parfum du pouvoir, ne cessent leur quête effrénée visant à s’asperger des fragrances présidentielles, chez telle ou telle personne. Mais, le président n’aime pas  qu’un homme lui soit identifié. Ainsi, change-t-il, au gré de ses saisons. On Cite beaucoup de noms. Bahaye Ould Ghadda, nouvellement, acquéreur, récemment, d’un agrément bancaire ; Feil Ould Lehah, le proche cousin, le tout nouveau riche ; Mrebih, le patrimoine roulant ; Ould Ebbena, Ould Ghaddour et bien d’autres. Mais, il y a un nom qui ne revient jamais sur les langues des persifleurs férus des copains du président. Et, pourtant, il a une belle saison, bien à lui, seul. C’est Tijani Ben Hussein, le patron Star-Mauritanie. Celui-là qui a été parmi les premières victimes de la rectification, payant, rubis sur ongle une caution de 100 millions d’ouguiyas pour retrouver sa liberté, après un séjour dans la prison, se compte, aujourd’hui, parmi les plus proches du Président, Mohamed Ould Abdel Aziz. Tijani aurait joué un rôle précieux dans la rébellion touarègue. On dit qu’il aurait assuré la logistique  et toute l’intendance et fourniture de carburant pour quelques assauts de pelletons Touaregs. La guerre préventive lancée par Mohamed Ould Abdel Aziz serait également la mise en application d’un stratagème fourni par le patron Star Mauritanie. 


Seyid Ould Ghaïlani: Il s’est dégonflé 

Ceux qui le connaissent n’étaient pas surpris de le voir faire marche arrière, revenir à des sentiments meilleurs envers le président et perdre son élan guerrier du départ. Lui, c’est Seyid Ould Chaïlani, désormais ex président de la Cour suprême. 
Il a publié un communiqué pour annoncer qu’il accepte bien sa démission et qu’il allait continuer à soutenir le chantier de la ‘’rectification’’ lancé par le président Aziz et que Seyid avait servi, dans le passé, sans états d’âmes et toujours avec beaucoup de zèle. 
Il semblerait que c’est son cousin, l’homme d’affaires Ahmed Ould Mougueya, qui est derrière sa volte-face. Ce dernier vient de faire un grand dans l’affaire de la BACIM qui lui aurait permis de gagner à peu près un milliard d’ouguiyas. Un cadeau qui justifie, n’est-ce pas? De faire pression sur Ould Ghaïlani pour éteindre un dossier encombrant pour le président.  
Mais le mal est déjà fait et la nouvelle position de Seyid n’y change strictement rien. Déjà, tout le monde a vu que le président s’en fout des textes et des lois de la République et qu’il n’en fait qu’à sa tête. Comme si les lois sont adoptées pour être violées par celui-là même qui est sensé être leur protecteur.
Toujours est-il qu’au-delà des avantages ou inconvénients de cette affaire pour le pouvoir, elle nous rappelle encore les limites de l’engagement des personnes dans notre pays. A tel point que chaque personne puisse caresser n’importe qu’elle position le début de la journée avant de la dénoncer le soir.


Jamil et Saleh : Main dans la main

Le président du parti Tawassoul a reçu dans ses bureaux le président du parti Hatem, Saleh Ould Hanenna. Les deux hommes dirigent des formations politiques qui appartiennent à la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD). Pourquoi ont-ils senti le besoin d’accorder leurs violons et d’être plus proches que les autres partis de la Coalition ? Y-a-t-il des problèmes de positionnement ou de leadership au sein de celle-ci ? 
Le communiqué publié à l’issue de cette rencontre ne donne pas plus d’informations. Il s’est juste contenté de mentionner la rencontre et de noter la volonté des deux formations à travailler ensemble.
Il faut dire qu’à l’intérieur de la COD, les Islamistes de Tawassoul se montrent très actifs pour pousser l’opposition à aller plus vite dans la vision de rupture avec le pouvoir et dans la seule perspective d’un soulèvement populaire, comme c’est le cas dans les pays du printemps arabe, qui chasse Ould Abdel Aziz du pouvoir.
On trouve la même appréciation de la situation politique du pays chez le RFD, le parti d’Ahmed Ould Daddah, qui, lui aussi, est convaincu de la possibilité d’une révolution en Mauritanie.
Les deux formations politiques, RFD et Twassoul, ne sont peut être d’accord que sur ce point de départ de Aziz. Chacune d’elles estime qu’il lui revient de droit de diriger l’opposition…
Est-ce la rencontre entre Jamil et Saleh ne s’inscrit-elle pas dans cette guerre de tarnchées, encore souterraine ?

B’...

www.rmibiladi.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter