Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

B’ il a dit: Brahim Khlil à Paris:Pour des raisons “inavouables”...


Tribunes
Jeudi 5 Juillet 2012 - 21:24


Autres articles
B’ il a dit: Brahim Khlil à Paris:Pour des raisons “inavouables”...

Brahim Khlil à Paris:Pour des raisons “inavouables”


Mohamed Ould Brahim Khlil a été récemment nommé ambassadeur à Paris. Il vient de Bruxelles. C’est quelque peu surprenant pour un homme de confiance du président, Mohamed Ould Abdel Aziz. Surprenant, n’est-ce pas, si on sait qu’Ould Brahim se ‘’nomme’’ et se ‘’dénomme’’ dans la Mauritanie, grâce aux confidences sur l’oreiller présidentiel.

Et,  choisir, dans les murmures parfumés et envoûtants des nocturnes présidentielles,  pour un proche, très proche, mari de la nièce, bien nommée, de la première dame du pays, une ambassade plutôt qu’une autre, c’est que quelque part, le choix devrait être bien pertinent. La pertinence, entendons-le, ici, est relative, très relative. Puisqu’elle ne concerne en rien la logique républicaine. On sait qu’aujourd’hui, encore plus que par le passé, Bruxelles est plus importante que Paris, car la représentation couvre l’Union Européenne, l’Otan et bien d’autres intérêts. Paris, surtout après la fameuse affaire d’Ely Ould Dah, qui a ramené les transactions dans le domaine des armes à Madrid, se limite, désormais, aux relations franco-mauritaniennes. Et encore. On est bien surpris donc de l’amoindrissement protocolaire de quelqu’un de la famille présidentielle. Mais, semble-t-il, à la présidence, au contraire, on considère une telle mutation comme prestigieuse promotion. Or, Paris, la belle, ville des lumières, des parfums et de bien d’autres produits de mode est une destination privilégiée de la première dame du pays. Si la résidence est occupée, heureusement, par l’époux de la nièce, bien des choses se diluent et se confondent. Et, la confusion sauve. En apparence. Quelquefois.


Rosso : SNDE AMEXTIP PDU et autres

Les travaux relatifs aux lots 2 et 4 du projet de renforcement de la production en eau potable des villes de Rosso, Sélibaby et Atar, portant exclusivement sur la ville de Rosso ont été réceptionnés. Réceptionnés uniquement par l’Amextip, le maître d’ouvrage délégué. Mais, la SNDE qui est la véritable bénéficiaire a refusé de signer le pv de réception. Il n’y a pas question pour la SNDE d’approuver un marché, quitte à perdre les fonds, alloués, à travers le PDU, par la Banque Mondiale. 
Financé à hauteur de 500 millions d’ouguiyas, le projet a été confié au groupement FARMEX/ ESB. La société française, la première, et la mauritanienne, ESB, devraient augmenter la capacité de production en eau potable de la ville de Rosso de 200 m3. Il y avait, auparavant, une unité qui produit seulement 100 m3, pour alimenter en eau potable la capitale du Trarza. L’objectif du projet était de multiplier la capacité de production par trois. Ce qui a été fait théoriquement. Théoriquement, car FARMEX/ESB, malgré qu’elle ait mis en place deux unités, distinctes, chacune d’une capacité de 100m3, elle a exposé, selon la SNDE, la ville à un problème épineux. Puisque les deux unités fonctionnent comme si elles étaient une et une seule. Elles sont liées sur toute la ligne. Elles seraient, dit-on, deux sœurs siamoises. La vie de chacune demeure intimement liée à celle de l’autre. Tout était lié. Les automatismes, l’opérationnalité tout et tout. Si une unité tombe en panne, l’autre la suit systématiquement, irrémédiablement. 
C’est qui a provoqué le refus de la SNDE d’accepter de signer la réception d’un marché conçu avec un vice rédhibitoire. Pour l’AMEXTIP, le marché a été accordé dans le cadre du PDU, celui-là qui prend fin le 30 juin 2012. Et, il fallait signer vite avant que les fonds ne reviennent à leur prêteur de la banque mondiale.   


Mauritanie/Libye : Senoussi, c’est tout

Moustapha Abdeljalil, président du Conseil national libyen de transition (CNT), a réitéré, avant-hier, lundi, sa  demande d’extradition d’Abdallah al-Senoussi, ancien chef des renseignements de Kadhafi. L’interlocuteur mauritanien de cet appel n’était autre que Mohamed Ould Abdel Aziz, en personne. Abdel Jelil aurait rappelé l’intérêt pour la Lybie de l’extradition du patron des renseignements de Kaddafi. L’évolution des relations futures entre Nouakchott et Tripoli dépendrait de la coopération des autorités mauritaniennes dans le dossier de Senoussi, aurait menacé Abdel Jelil, dans un entretien antérieur à celui du lundi dernier. L’Agence Mauritanienne d’Information s’est limitée, dans son traitement pour l’information relative à l’appel à la question des relations, sans faire mention du cas Senoussi. ‘’Au cours de cette communication, il a été question des relations existant entre les deux pays et des moyens susceptibles de les renforcer, rapporte-t-elle.’’ 

Abdallah Senoussi a été arrêté par les autorités mauritaniennes, en mars dernier. Après 45 jours de détention préventive, il a été inculpé pour ‘’présence illégale avec de faux documents d’identité sur le territoire Mauritanie" par le procureur près le tribunal de Nouakchott.  Il a été alors mis sous  mandat de dépôt à la prison centrale de Nouakchott par le procureur. Il a aussitôt rouspété, tempêté et tonné contre les conditions de sa détention. C’est ainsi qu’il a été transféré dans une villa, quelque part dans Nouakchott.  Lors de sa détention il a fait aux gardes de la prison une déclaration portant sur un petit montant de 27 mille euros dont il était possesseur.


Mauritanie/UE : Pas d’accord de pêche…

Un nouveau round des négociations relatives à la reconduction de l’accord de pêche entre les autorités mauritaniennes et l’union européenne s’est terminé. Pas d’accord, pour une fois. Donc, pas de contrepartie finacière versée, habituellement, chaque 1er août. Pas de contrepartie du tout. L’échec des négociations coïncide avec la fin du premier arrêt biologique habituel, pendant les mois de mai et de juin. 
On ne sait pas si d’autres négociations devaient s’initier. Ou bien on allait profiter de la rupture de ces accords pour consolider la coopération avec d’autres partenaires, notamment, les chinois. Peut-être bien que les autorités mauritaniennes souhaitent désormais recentrer la coopération en matière des ressources halieutiques avec la Chine. C’est peut-être plus opaques des accords avec la Chine, donc favorisant des dessous de table, sans traces, ni traçabilités. Des contrats conçus, tout simplement, avec des caractères chinois.

B‘...
www.rmibiladi.com

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter