Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

B’ il a dit: Aviation militaire:Mission sécuritaire, pécuniaire ou suicidaire ?


Actu Mauritanie
Vendredi 20 Juillet 2012 - 14:00


B’ il a dit: Aviation militaire:Mission sécuritaire, pécuniaire ou suicidaire ?

Aviation militaire:Mission sécuritaire, pécuniaire ou suicidaire ? 

Le crash du petit avion militaire qui a causé la mort de sept personnes, jeudi dernier, ramène, encore une fois, sur la table,  l’épineuse question de la sécurité aérienne, en Mauritanie. Il est assez fréquent que survienne un crash d’avion militaire dans ce pays. Il faut dire que le pilote a fait de son mieux, en manœuvrant, coûte que coûte,

pour épargner des dommages collatéraux qui allaient toucher le quartier Hay Essaken, où des paisibles citoyens allaient mourir bêtement. Et, peut-être aurait-il choisi le lieu du crash, non loin de l’aéroport de Nouakchott, d’où il venait de décoller quelque instant plus tôt. Pour, espérait-il, sans doute, un secours venant des autorités aéroportuaires. 
Plusieurs fonctionnaires de l’aéroport ont indiqué que le véhicule pompier qui s’est dépêché afin d’étouffer les flammes produites par le crash s’est enlisé dans une petite dune sur son passage. Les passagers à bord continuaient de cramer alors que le sauveteur cherchait, de son coté, sauvetage. Dans un pays où les dunes de sable ne sont guère étrangères, il est bien étrange d’utiliser des véhicules pompiers ou ambulances mécaniquement inappropriés à la réalité du terrain. 
On signale tout de même que cet avion militaire assurait une navette, deux à trois fois par semaine, de et vers Tasiast, la mine d’or. C’est, à bord de cet appareil, qu’on achemine l’or à Nouakchott pour que le produit soit exporté, par la suite, à bord d’Air France. Que vient faire, donc,  un avion militaire dans une mine d’or ? Eh bien la réponse revient sur toutes les langues, ces derniers jours, depuis qu’on sait désormais qu’entre l’armée de l’Air et le géant de l’or canadien la connexion est bien établie. Un contrat, en bonne et due forme, a été signé, entre l’armée de l’air, représentée par son directeur général, le cousin germain et homme de confiance de Mohamed Ould Abdel Aziz, le colonel Mohamed Hreïtani et Tasiast. L’objet du contrat porte sur le transport de l’or de la mine à Nouakchott. Et, au passage, on fait gagner quelques sous à  l’armée de l’air contre son service rendu. Il est bien évident que l’Armée Nationale, d’Air et de Terre, n’a pas vocation commerciale. Un avion militaire se déplace généralement pour une mission sécuritaire et non pas pécuniaire. Une question demeure sans réponse, quand même…Les missions de nos avions militaires sont-elles sécuritaires, pécuniaires ou suicidaires ?
B’...

Akjoujt:MCM, aussi, produit mort et blessés…

 


Un travailleur de MCM, Mohamed Ould Mechdhoufi, un jeune de trente cinq ans, a été tué froidement, dimanche dernier, au petit matin, devant les locaux de la société de cuivre à Akjoujt par quelques éléments d’une unité de la Garde Nationale. Cette unité de la Garde Nationale était venue en renfort, aux forces de l’ordre de la capitale de l’Inchiri, pour disperser un sit-in engagé, par les travailleurs de la société de cuivre, en grève, depuis mercredi précédent. Le sit-in a été décidé par les travailleurs mauritaniens pour faire pression sur MCM afin que celle-ci honore les engagements convenus en faveur du dénouement d’une crise antérieure. 
Une trentaine de travailleurs, restés sur les lieux du sit-in, devant la société de cuivre, ont été pris d’assaut, au petit matin, par une brigade de la Garde Nationale. Copieusement tabassés, les travailleurs ont été attachés, la main de celui-ci menottée à la main de celui-là. L’un des co-menotté remarque que son compagnon était mort. Mais, on peinait à trouver le garde qui détenait les clés des menottes  du malheureux couple. On décidera d’amener le mourant au commissariat de la police. Les policiers ont refusé de prendre en charge un homme mort, de peur, peut-être, de s’impliquer dans une affaire à laquelle ils n’ont pas été associés et de surcroît qui a causé mort d’homme. La panique gagna la ville, les autorités, en particulier. Trois ministres se sont rendus à la ville endeuillée ; le ministre de l’intérieur, celui des mines et celle de l’emploi. 
Le lendemain, le substitut du procureur de la République, va déclarer,  aux médias publics, après avoir pris connaissance des résultats d’une autopsie opérée sur la dépouille du défunt, que la mort d’Ould Mechdhoufi est naturelle. Et, que les ayants droits pourraient même, s’ils le souhaitaient, diligenter une contre autopsie. Une contre expertise refusée, par les autorités,   à la CGTM qui s’investira, par la suite, à effectuer une deuxième autopsie. Le défunt a été enterré. Le président de la République aurait, semble-t-il, octroyé 3 à 5 millions d’ouguiyas à la famille du défunt et promis l’embauche pour leurs deux autres fils à la MCM. La classe politique et les syndicats s’en mêlent. Récupération politique ou pas, les autorités portent sur leur bras un mort de trop. Après la catastrophe tragique du crash d’avion militaire, d’il y a, à peine, quelques jours, voilà que la Garde Nationale accroit les catastrophes militaires.
B’...

Mauritanie/ Sénégal:Dégel…


Le président de la République du Sénégal, Macky Sall, a annoncé, dimanche à Addis-Abeba, qu’il se rendra en Mauritanie, après le mois de ramadan.
Le président Sall a fait cette annonce au sortir d’une visite qu’il a rendue à son homologue mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz,  dans la capitale éthiopienne,  où tous les deux prennent part, au 19e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, dont l’ouverture  a eu lieu eu lieu samedi dernier. 
Le chef de l’Etat sénégalais  a indiqué avoir échangé avec le président Abdel Aziz sur la coopération bilatérale et ‘’ des incompréhensions liées à la carte de séjour‘‘.  Ainsi, dira-t-il,  qu’il a ‘’compris’’ et ‘’accepté’’ les explications données à ce sujet par son homologue mauritanien. Entre autres questions, les deux chefs d’Etat ont aussi évoqué la situation au Mali. 
Le président Sall a souligné que les relations entre le Sénégal et la Mauritanie ‘’se portent à merveille’’.
Il faut dire que les relations entre les deux hommes n’étaient pas au beau fixe. Mohamed Ould Abdel Aziz était très lié avec Wad qui lui a été très favorable, pendant la crise survenue, en Mauritanie, à l’issue du coup d’Etat de 2008. Les autorités sénégalaises ne veulent absolument avoir des problèmes avec leur voisin du nord. Elles seraient prêtes à toutes formes d’arrondissement des angles pour que continuent les relations entre deux Etats, si proches, deux peuples, intimement liés.
B’...


Cuvée Bac 2012: Déclaration de la section du SNES au Brakna


Jeudi 12 juillet courant, le ministère de l’éducation nationale a publié les résultats du baccalauréat 2012. Sur un total de 31281 candidats, seuls 2848 sont déclarés admis par les services du ministère, c‘est-à-dire un taux d’admission de 09,1%. Parmi ces admis, 1433, soit 50,32% ont une moyenne strictement égale à 10. Si l’on suppose que l’écrasante majorité, sinon la totalité de ces derniers, sont repêchés avec une moyenne inférieure que le ministère a arrondie à 10, comme d’habitude, le nombre réel d’admis serait autour de 1415, représentant un taux réel d’admission de seulement 4,52%. Une projection sur la base du même taux d’admission (9,1%) pour les 3118 candidats retenus pour la session complémentaire, nous permet de nourrir l’espérer d’avoir 283 autres nouveaux bacheliers cette année. Ce qui, malheureusement, laisse croire sans risque de se tromper, qu’au moins 28150 jeunes mauritaniens candidats au bac 2012 sont d’ores et déjà condamnés à attendre une année supplémentaire pour obtenir ce diplôme, ou aller gonfler le rang, déjà trop long, des chômeurs. C’est là un résultat fort vraisemblable, à l’issue d’une année scolaire marquée par 57 jours de grèves qui ont mobilisé grand nombre des professeurs des classes terminales. Tout un quart de l’année scolaire sans cours! 
Le ministère de l’Education est seul responsable de ce résultat, car les enseignants du Secondaire avaient mis en garde, depuis l’année dernière, contre les perturbations qui ont marqué cette année scolaire. Dans une déclaration publiée le 24 mai 2011, le SNES tirait la sonnette d’alarme pour attirer l’attention sur le risque que courait cette année scolaire. En vain. Malheureusement, le Ministère n’avait pas pris au sérieux la mise en garde du Syndicat. 
Aujourd’hui, à la section du SNES au Brakna, nous nous rappelons de cet avertissement et nous demandons au ministère de l’Education d’ouvrir un dialogue franc et positif avec les syndicats des enseignants pour que la prochaine année scolaire ne soit pas aussi perturbée. 
Aussi, nous attirons de nouveau l’attention des responsables de l’Education sur la crise profonde que traverse notre système éducatif, en particulier sur les conditions des enseignants. Une crise reconnue, pourtant, au plus haut niveau de l’Etat, mais que rien n’est fait pour résorber. Les paroles, seules, ne suffisent pas, il faut des actes forts et urgents. 
Par ailleurs, nous lançons un appel pressant aux parents d’élèves et à l’opinion publique dans son ensemble, à se mobiliser pour conduire un plaidoyer soutenu auprès du gouvernement mauritanien afin qu’il se rende compte de l’urgence d’engager les mesures nécessaires pour sauver notre système éducatif.
 

B’...
www.rmibiladi.com

 

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires