Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Aziz à Nouadhibou : le verdict du citoyen Lambda…


A.O.S.A
Mercredi 14 Mars 2012 - 02:51

Pour rire j’ai bien ri ! Heureusement que je n’étais pas assis à côté sinon la TVM allait immortaliser mes sourires et autres rires francs car Aziz m’a bien fait rire… Il faut bien comprendre que je ne regarde jamais la T.V.M donc je ne vois Aziz que très rarement. La dernière fois que j'ai eu l'occasion inespérée de lui prêter quelques attentions, c’était pendant sa grossière prestation de questions aux citoyens. A l’époque, il était au bord de la folie des grandeurs. Il n’avait pas encore encaissé le trop-plein de pouvoir entre ses mains. On commençait déjà à craindre le pire…


Aziz à Nouadhibou : le verdict du citoyen Lambda…
Là, ce fut tout autre chose ; vu le peu de réactivité de nos journalistes, impossible d’avoir le moindre reportage à temps ; il nous a donc bien fallu attendre la T.V.M pour juger de nos yeux. D’abord une pensée à tous ceux qui ne parlent pas hassanya, Aziz parlait à la majorité ; ce qui n’excuse rien ! Il faut vraiment trouver une solution à ce problème de langue : on avait déjà proposé de diffuser les débats et autres déplacements sur deux chaînes et traduire en temps réel en français sur l’une d’elles ; c’est pourtant simple.
 
Passons.
 
Mon jogging coïncidant avec le journal télévisé, je n’ai pas pu tout voir mais je n’ai pas raté l’essentiel qui a été rediffusé. D’abord, agréablement surpris par le service de sécurité qui a réussi à frayer un chemin à Aziz au milieu d’une foule puissante sans que le président ne soit étouffé ni déstabilisé bien que la foule était à un bras de lui. C’est vraiment étonnant de puissance, machallah ; je plains ceux qui ont dû recevoir des coups discrets, secs mais sans appel suite auxquels seul votre ressac peut vous sauver…
 
Avant ça, il a bien fallu à Aziz passer par les salutations à l’aéroport : à sa tête, on voyait bien qu’il s’agissait là d’une corvée qui ne lui disait absolument rien... Curieuse femme noire qui a pu se faufiler entre l'aréopage jusqu’à glisser à Aziz une enveloppe qu’il mit dans sa veste pendant que la femme chantait ses louanges de «  président des pauvres ». Est-ce un coup de son service de communication ? Bien joué…
 
Ensuite le voilà à la tribune : une foule monstre mais cela ne veut rien dire ; Taya jusqu’à sa chute en faisait venir le double puis pas un ne sortit le défendre ! Le pouvoir appelle le peuple et les organisateurs jouant leur peau, le nécessaire est fait. D’ailleurs, vu les tee-shirts et autres turbans, on voyait bien que c’était bien organisé ; pour la spontanéité faudra revenir même si la foule était là aussi pour voir son président.
 
Hélas, à vue d’œil, vu le manque de réactivité du peuple, il est probable que le son n’ait été pas distribué suffisamment à l’intérieur de la foule. De là qu’Aziz semblait parler pour la TVM. Très difficile de bien se faire entendre en plein air aussi faut-il contacter des professionnels qui sauront mettre suffisamment de son ici et là.
 
Apparemment ce ne fut pas le cas ; de là un pénible décalage : d'un côté la passion de l’orateur qui parlait avec conviction et combativité, quand de l'autre, on semblait ne rien entendre sitôt sorti du champ de la caméra…
 
Aziz a parlé haut et fort ; il a dit beaucoup de choses, s’attaquant à l’opposition quasiment point par point en excellent politicien avec toutes les armes de l’exercice, même fumeuses…
 
Que retenir ?
 
On a presque retrouvé l’Aziz de la campagne. Plus simple, moins arrogant et plus combatif.
Bémol : il a péché par excès de zèle côté chiffres ; il en a sorti des tartines, il a parlé de milliards comme s’il se justifiait face à ses banquiers or il ne parlait qu’à un peuple de plus en plus fatigué par la cherté de la vie et le manque de perspective.
 
Aziz a parlé de la Mauritanie qu’il construit quasiment tout seul avec ses faibles moyens : j’ai fait, j’ai réalisé, nous sommes en train de faire ; mille fois il a prononcé le mot mensonge au sujet des allégations de l’opposition en prenant certains points un à un. Il n’a rien fui et il est même allé très loin !
 
Au sujet du passif humanitaire, en désignant clairement un certain Colonel sans citer son nom, il l’a accusé d’avoir du sang sur les mains ; Aziz n’a pas mâché ses mots ! Et il a bien rappelé que lui n’y était pour rien et que tout ce qui a pu être fait a été fait ; étant entendu «  dans les limites défendables des forces en présence ». Le système tortionnaire a dû vouloir sa peau à ce moment précis ; il faut oser !
 
Au sujet du Raid  contre l’AQMI, Aziz nous a donné le fin mot de l’histoire :

lire la suite...

chezvlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires