Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Avec ou sans per diem : Jedna Deida et Cheikh Tidiane Dia, deux façons d’encaisser la conférence du FMI…


A.O.S.A
Jeudi 27 Septembre 2012 - 19:09


Avec ou sans per diem  : Jedna Deida et Cheikh Tidiane Dia, deux façons d’encaisser la conférence du FMI…
Mon Dieu ! Quelle différence d’interprétation… Inutile de vous écrire une tartine sur le sujet. Juste un mot : Nous savons que la BCM délivre 100.000 à chaque journaliste présent  aux conférences de presse. Cette fois Cheikh Tidiane Dia du rénovateur y était…  Quant à  Jedna Deida, il n’y était pas par contre son boss Moussa Samba Sy pris la main dans le sac pour lamentable plagiat

http://www.cridem.org/C_Info.php?article=631693

Il y était lui, cela dit c’est le charme du Q.D.N, l’enveloppe au patron n’engage pas le reste de l’équipe. Bilan, l’article de Jedna Deida est digne d’un journaliste quand on connaît le FMI pendant que notre ami Cheikh Tidiane Dia qui était à la conférence à 100.000 a écrit un papier pénible et quasiment honteux...



Jugez vous-mêmes de la différence de traitement de la conférence de presse qui vaut apparemment son pesant d’ouguiyas.



D’abord  la tartine de Cheikh Tidiane Dia où il commence par chanter la gloire des chiffres avant un timide « mais » qui pose une question abstraite à laquelle seul Jedna Deida semble répondre clairement en titrant à propos de la même conférence de presse du FMI « …A beau mentir qui vient de loin ! » lol



Écoutons la chanson de Cheikh Tidiane Dia : « En somme des performances macro-économiques ont été réalisées plus que ne l’avaient espéré les experts monétaires et les officiels mauritaniens. La mission du FMI qui a séjourné pendant deux semaines en Mauritanie s’est félicitée de l’évaluation faite dans le cadre de la 5ème revue de facilité élargie au crédit (FEC).

L’année 2012 consacre ainsi une reprise de l’activité économique qui permettra à la Mauritanie de mettre davantage en œuvre ses programmes, d’assainir ses finances publiques par une politique centrée autour d’une transparence dans le marché des investissements, une amélioration du climat des affaires.

Les résultats de cette mission ne laissent donc pas de doute sur la bonne santé d’une économie dépendante de plus en plus de ses industries extractives et de son poisson avec un accord de pêche faramineux qui dit-on a été bien négocié par la partie mauritanienne. »

http://cridem.org/C_Info.php?article=634611



-------------



Bravo donc au FMI et à l’état ! Les chiffres sont excellents. Les caisses sont pleines ! « Mais » rajoute Dia, comment cela se fait-il que par rapport à ces chiffres, la peuple lui vit une situation de plus en plus difficile car apparemment plus les chiffres sont applaudis par le FMI plus le peuple et la classe moyenne crèvent ? La réponse à cette question est connue de tous ceux qui savent les ravages du FMI dans le tiers-monde ; tous le savent car les analyses sont légion mais Dia estime qu’il s’agit de chiffres « abstraits » pour le peuple sans aller plus loin…  Quel euphémisme !



Pour avoir une réponse plus claire au « mais » de Dia, il faut lire l’article à charge de Jedna qui explique la différence entre les chiffres et « l’abstrait » de Dia par « à beau mentir qui vient de loin ! »



Extrait de l’article de Jedna qui vaut le détour après le somnifère Dia :



« Dans une conférence de presse, faite à l’issue d’une visite « touristique » dans notre pays, le Fmi évoque une «aisance financière» prévue dans les fonds publics. A l’antipode des enseignements des derniers rapports. Sarcastique. Qui a jamais d’ailleurs cru au discours emprunt de «diplomatie» voire de clientélisme des missionnaires du FMI?

«Reprise vigoureuse», « rebond de la production agricole ( ?) », « dynamisme du secteur des bâtiments (?)» . Ce sont les superlatifs employés par les missionnaires du Fonds monétaire international pour endormir les mauritaniens.

Les signes de frilosité ne manquent pas pourtant avec les nombreuses demandes de dérogations pour la non-observation et la modification de critères de réalisation introduites depuis deux ans par les autorités mauritaniennes. De l’improvisation continue face à laquelle les missionnaires du Fmi sont comme frappés de cécité.

Mais dans la réalité, le Fonds monétaire international n’a jamais donné failli à sa vision étriquée du développement par les chiffres ; gonflés ou non. Où est la croissance « inclusive»? Que représentent les dépenses sociales et les dépenses d’investissement dans la nouvelle évaluation optimiste des missionnaires du Fmi? Où se situe l’inflation après le pronostic du Fmi du « repli des prix des produits pétroliers et alimentaires mondiaux» ? Que du pipo!

lire la suite...

chezvlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires