Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Attention aux dérapages


Actu Mauritanie
Jeudi 24 Mai 2012 - 10:21


Attention aux dérapages
Les militants de l’organisation IRA continuent à manifester pour demander l’élargissement de leur leader Biram Ould Dah Ould Abeid et de ses codétenus arrêtés suite à l’autodafé de livres du rite malékite. Dimanche dernier, un manifestation qui est en réalité la troisième du genre, a connu un dérapage passé inaperçu aux yeux de beaucoup de mauritaniens, malgré sa gravité : un accrochage sectaire entre un membre d’IRA et un individu qui passe pour un provocateur. Faut-il rappeler à ceux qui ont en charge la sécurité des mauritaniens que les drames et autres conflits sociaux commencent toujours de cette manière ?

Si la polémique soulevée par l’acte de Biram commence à s’estomper, laissant le pouvoir gérer une situation qui pèse, tant sur le plan politique que social, il est évident que les prolongements de l’autodafé et de l’arrestation des militants d’IRA sont appelés à se poursuivre dans la rue.

Mais, en réalité, la peur qu’engendre un risque réel de dérapage de part et d’autre est de loin moins grande que celle qu’éprouvent les mauritaniens en ne voyant pas le gouvernement du Premier ministre Moulay Ould Mohamed Laghdaf réagir, conséquemment, à cette épreuve. En arrêtant, purement et simplement, la campagne qui tente, par médias interposés, de déplacer la question d’un acte que son auteur déclare être personnel vers le terrain d’une " punition collective " ou d’une exploitation politique visant à démontrer par l’absurde une corrélation non évidente entre IRA et la COD dans cet acte d’incinération exploité malicieusement par des cercles de pression qui cherchent noise aux Haratine.

Comme lorsque "Touche pas à ma nationalité " manifestait à Nouakchott et à Kaédi contre l’enrôlement, la façon dont l’affaire Biram sera traitée, dans le cadre de la justice ou en dehors, repose la question de l’unité nationale comme préoccupation essentielle de l’ensemble des mauritaniens. Il faut pour cela que la question de l’esclavage ayant conduit Biram à aller jusqu’au bout de la contestation de l’Ordre établi, soit discutée dans le cadre d’un vrai débat dont la finalité première est, justement, d’assurer la stabilité politique et sociale à la Mauritanie en lui évitant les soubresauts que connaissent des pays voisins ou éloignés (Libye, Sénégal, Tunisie, Syrie, Yémen).

Face à tant de raisons d’inquiétude, on a pourtant l’impression qu’il faut plus que cela pour que le gouvernement accepte qu’il y a un malaise dans ce pays. Peut-être bien que les manifestants n’ont pas encore réussi à braquer sur eux les caméras des grandes chaînes comme Al Jazeera qui donnent à l’actualité une dimension internationale et poussent les puissances occidentales à " faire des recommandations " allant dans le sens des exigences des populations, mais tout le monde s’accorde à dire que le phénomène prend de l’ampleur. Avec la résurgence de la menace des conflits interethniques, on n’est plus vraiment aux premiers jours de la manif de la " jeunesse de Facebook " quand les initiateurs de ce mouvement peinaient encore à faire comprendre leur message.

Sneiba.
lauthentic


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires